UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Helgadóttir et l'Islande veulent avancer

La gardienne islandaise Thóra Björg Helgadóttir pourrait jouer sa 99e sélection, contre la Norvège. Elle s'est entretenue avec UEFA.com.

La gardienne islandaise Thóra Helgadóttir
La gardienne islandaise Thóra Helgadóttir ©Sportsfile

Jeudi, la gardienne Thóra Björg Helgadóttir devrait disputer son 99e match avec l'Islande et sans doute le plus important.

Les Islandaises affrontent la Norvège à Kalmar en ouverture du Championnat d'Europe féminin de l'UEFA 2013, dans l'espoir de réaliser ce qu'elles n'ont pu faire il y a quatre ans, pour leurs débuts dans la compétition : prendre au moins un point. Helgadóttir, qui s'est remise d'une blessure contractée avec le FC Malmö juste avant la trêve internationale, a disputé deux matches en 2009, dont la défaite 1-0 contre la Norvège qui mettait fin aux espoirs islandais. Elle s'est entretenue avec UEFA.com.

UEFA.com : Qu'attendent les Islandais de votre équipe ?

Thóra Björg Helgadóttir : Je pense que beaucoup de gens se disent qu'on a déjà atteint notre objectif en étant qualifiées. Mais nous ne sommes pas d'accord. On va en Suède pour être compétitives. Je pense que le quart de finale est un objectif réaliste. Ensuite, on verra bien.

UEFA.com : Vous avez joué dans beaucoup de pays : les USA, l'Australie, la Belgique, la Norvège et maintenant la Suède. Quelle expérience en tirez-vous ?

Helgadóttir : Je pense que mis à part l'expérience personnelle, l'apprentissage d'autres cultures et d'une nouvelle langue, vous apprenez aussi à connaître des footballs différents. Chaque pays a son style de jeu. Et ça vous donne une excellente compréhension du jeu. Cela vous ouvre les yeux sur de nouvelles façons de jouer auxquelles vous n'êtes peut-être pas habitué.

UEFA.com : Comment décririez-vous la façon dont le football féminin a évolué ces derniers temps ?

Helgadóttir : Il est devenu plus professionnel. Il y a plus d'investissement et je pense que les gens commencent à comprendre que vous pouvez vous faire de l'argent avec le foot féminin. Ils ont découvert que quand vous arrivez à attirer les fans une fois, ils reviennent. Le changement le plus notable vient donc du fait que les joueuses sont plus professionnelles, on s'entraîne plus dur et plus souvent.

Et je pense surtout que l'EURO ne va cesser de s'améliorer. Je pense que 2013 sera le meilleur EURO jamais organisé, mais je pense aussi que 2017 sera le meilleur EURO jamais organisé car le football féminin progresse très, très vite et s'améliore très vite.