Parisi et l'Italie veulent faire oublier 2009

La milieu de terrain italienne Alice Parisi espère que les Azzurre prendront leur "revanche" face à l'Allemagne, qu'elles affrontent en quarts de l'EURO.

Alice Parisi (à gauche) à la lutte avec la Finlandaise Annika Kukkonen en première journée
Alice Parisi (à gauche) à la lutte avec la Finlandaise Annika Kukkonen en première journée ©Getty Images

Battue 2-1 par l'Allemagne à ce stade de la compétition en 2009, l'Italie sera à nouveau opposée aux tenantes du titre en quarts de finale du Championnat d'Europe féminin de l'UEFA.

Deux réalisations signées Inka Grings avant et après le repos avaient décidé de l'issue de la rencontre à Lahti il y a quatre ans, malgré la réduction du score de Patrizia Panico à la 63e minute. Alice Parisi – qui assistait à cette partie du banc de touche âgée tout juste de 18 ans – n'a toujours pas digéré cette élimination. "Je me souviens d'une tête de Patrizia échouant devant Nadine Angerer en toute fin de rencontre. Nous étions à deux doigts d'arracher la prolongation", confiait-elle à UEFA.com.

Les deux formations se retrouvent en quarts de finale quatre ans plus tard suite à la défaite surprise 1-0 de l'Allemagne face à la Norvège mercredi – une première défaite allemande dans cette compétition depuis plus de 17 ans qui donne l'occasion aux Italiennes d'exorciser leurs démons de 2009.

"J'ai tout d'abord eu un sentiment de revanche", déclarait Parisi. "Affronter l'Allemagne nous motive encore un petit peu plus à cause de cette élimination en 2009. Et puis, c'est un grand nom du football féminin."

"Nous voulons gagner tous nos matches", elle continuait, prouvant ainsi l'état d'esprit positif installé au sein du groupe d'Antonio Cabrini. "Le fait qu'elles ont eu du mal nous donne confiance. Beaucoup de leurs joueuses sont blessées et leur effectif est très jeune. Bien sûr le talent est au rendez-vous, mais l'expérience peut-être pas."

Après une belle victoire 2-1 contre le Danemark lors de la deuxième journée, c'est une équipe d'Italie remaniée qui s'inclinait 3-1 contre les hôtes suédoises, un résultat qui n'inquiète pas Parisi. "L'Italie monte en puissance en tant que groupe. Notre moral est au beau fixe. Contre la Suède, de nombreuses joueuses effectuaient leurs débuts, alors ce n'était pas évident mais elles ont prouvé que l'on pouvait compter sur elle, que nous n'étions pas que 11, mais bien 23", concluait-elle.