UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Krahn veut des progrès

Annike Krahn affirme qu'elle a mis de côté la déception du nul contre les Pays-Bas. Place maintenant à l'Islande.

Annike Krahn espère voir l'équipe d'Allemagne franchir une étape lors de la deuxième journée, et remporter trois points
Annike Krahn espère voir l'équipe d'Allemagne franchir une étape lors de la deuxième journée, et remporter trois points ©Sportsfile

L'arrière centrale de l'Allemagne Annike Krahn affirme qu'elle a mis de côté la déception du nul contre les Pays-Bas (0-0), dans la première journée du Championnat d'Europe féminin de l'UEFA. Place maintenant à l'Islande.

"C'est toujours difficile un match d'ouverture", a déclaré la joueuse du Paris Saint-Germain FC qui est de retour de blessure.  "On n'arrive pas toujours bien à entrer dans ce genre de rencontre." Mais ce premier match, maintenant, il est sorti de mon esprit. Je veux faire les choses mieux dans ce deuxième match. Ce n'est jamais bon de ressasser un match d'ouverture. Notre but, maintenant, c'est clairement de remporter la victoire."

Et contre l'Islande, l'Allemagne reste sur 12 victoires lors de leurs 12 derniers matches. Elle a marqué 19 buts sans en encaisser un seul dans les cinq rencontres de compétition que les deux équipes ont disputées ensemble. Le danger numéro un des insulaires se nomme Margrét Lára Vidarsdóttir et ses 70 buts en 89 sélections.

 "J'ai joué à ses côtés à Duisbourg pendant un court moment", explique Krahn, se souvenant de la saison 2006/07. "Je sais quelle est la star de cette équipe islandaise. Elle est très dangereuse devant le but et elle a beaucoup progressé. Je suis assez enthousiaste à l'idée de l'affronter."

Krahn est l'une des rares joueuses évoluant en club à l'étranger. "Mon transfert en France m'a permis de progresser dans de nombreux domaines", a-t-elle déclaré. Cela m'a fait du bien de changer d'air de connaître une culture différente, des personnes différentes. C'est toujours bon pour la personnalité." Et de la personnalité, il lui en faudra pour contenir les attaques islandaises.