UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

L'Angleterre fière de son EURO

La sélectionneuse anglaise Hope Powell revient sur le succès populaire que connut l'EURO 2005, l'été dernier.

Au premier abord, le Championnat d'Europe féminin de l'UEFA, en juin dernier, a peut-être été une compétition ordinaire, l'Allemagne décrochant son quatrième titre consécutif en remportant pour la troisième fois la finale face à la Norvège. Mais le tournoi disputé en Angleterre a marqué une très nette avancée pour le football féminin.

Public record
Dès le match d'ouverture, près de 30 000 supporteurs - un record pour la compétition - se sont rassemblés au City of Manchester Stadium pour voir la nation organisatrice s'imposer 3-2 contre la Finlande. Après les 15 matches 117 384 spectateurs avaient assisté à la compétition dans les cinq stades du nord-ouest de l'Angleterre, dont plus de 20 000 pour la finale à Blackburn.

Audience télévisée
Si les Anglaises n'ont pas dépassé la phase de groupes, la sélection a néanmoins captivé comme jamais. Plus de 3 millions de téléspectateurs ont assisté à l'élimination après une courte défaite face à la Suède, finaliste de la Coupe du Monde de la FIFA. L'entraîneur Hope Powell, qui est devenue en 1998 le premier entraîneur à plein temps de la sélection nationale féminine d'Angleterre, a orchestré la montée en puissance de l'équipe. Six mois après, elle reste fière des performances de l'été 2005.

Une belle aventure
"Toute l'aventure a été magnifique", a déclaré Powell à uefa.com. "Ça m'a vraiment plu, du début à la fin. C'était une déception d'être éliminées si tôt mais c'était une formidable expérience en tant qu'entraîneur et une chance unique devant notre public. Depuis, les gens nous abordent dans la rue en disant 'c'était super, cet été, je sais qui vous êtes'."

Prestige accru
Pour Powell, la compétition a eu un impact durable sur le football féminin en Angleterre et sur le prestige et la confiance de sa jeune équipe. "Je dirais qu'il y a eu une évolution considérable. Après l'EURO, c'était plutôt surréaliste. Je ne fais pas vraiment attention à ces choses d'habitude, mais le côté agréable, c'est que beaucoup de gens nous soutenaient avec fierté et optimisme."

Eloge de Theune-Meyer
"Je pense que grâce à ce tournoi, l'équipe d'Angleterre est mise au rang de celles avec qui il faut compter", a ajouté la sélectionneuse anglaise. "(Sa collègue allemande) Tina (Theune-Meyer) s'est montrée très élogieuse, elle a dit : 'Vous êtes sur la bonne voie, continuez, prenez votre temps'. De la part de quelqu'un qui a remporté la Coupe du Monde, le Championnat d'Europe, qui a tout fait et tout vu, c'est vraiment un compliment pour l'équipe."

Efforts de l'UEFA
Après la phase finale, l'UEFA a pris plusieurs mesures pour consolider ce succès : le football féminin a désormais sa place dans la section du football professionnel et l'édition 2009 du tournoi rassemblera 12 nations, contre 8 cette année. Powell est favorable à ces changements, et estime que le nombre de résultats surprise - la qualification de la Finlande pour les demi-finales, la récente victoire des Pays-Bas contre la France en éliminatoires de la Coupe du Monde - montre bien que le football féminin est en pleine expansion en Europe.

Nouvelles possibilités
"L'Europe est très forte, 12 sélections ont le niveau pour ces compétitions", affirme Powell. "Notre qualification pour l'EURO 2001 m'a permis d'ouvrir vraiment les yeux sur ce que nous devions faire pour progresser. Aujourd'hui, cela ouvre des possibilités pour d'autres pays."

Construire l'avenir
L'Angleterre est en tête de son groupe des éliminatoires de la Coupe du Monde 2007. Powell tient toutefois à aborder les matches "les uns après les autres". Mais la sélectionneuse peut se retourner avec fierté sur le mois de juin. "On devrait s'en servir comme modèle, et espérons qu'on pourra faire mieux", dit-elle. "Si quelqu'un dit que ce n'était pas un grand évènement, je n'en croirai pas mes oreilles."