Juvisy peut battre Lyon selon Thiney

Le FCF Juvisy Essonne reçoit l'Olympique Lyonnais dimanche. Malgré la défaite 3-0 du match aller, Gaëtane Thiney croit à la qualification francilienne.

La lyonnaise Megan Rapinoe (gauche) au duel avec la Juvisienne Camille Catala lors du match aller
La lyonnaise Megan Rapinoe (gauche) au duel avec la Juvisienne Camille Catala lors du match aller ©AFP

Pour Gaëtane Thiney, la clé du match sera de marquer rapidement afin que le FCF Juvisy Essonne reprenne espoir lors de la demi-finale retour de l'UEFA Women's Champions League face à l'Olympique Lyonnais.

À l'aller, la demi-finale historique entre deux clubs français avait tourné en faveur des tenantes du titre grâce à un doublé de Lotta Schelin et une tête de Wendie Renard. Devant les 22 000 spectateurs du stade de Gerland, les Lyonnaises s'étaient donc affirmées comme les favorites pour une place en finale à Stamford Bridge le 23 mai prochain. En retrouvant le vainqueur de l'opposition entre l'Arsenal LFC et le VfL Wolfsburg, les Fenottes se qualifieraient pour la quatrième fois consécutive et participeraient à l'ensemble des finales disputées depuis que la compétition a pris son format actuel en 2009/10.

Mais si Juvisy n'a pu empêcher Lyon de s'adjuger un septième titre de champion d'affilée, le club francilien compte bien empêcher son adversaire de glaner une troisième couronne européenne de rang. "Nous nous donnerons à fond à domicile", affirmait la milieu juvisienne à UEFA.com. "(Lors du match aller) nous les avons mises en difficulté et elles ont été plus inquiétées que prévu. Mais en Champions League, tout va très vite et nous manquons peut-être d'expérience." 

"C'est dommage de ne pas avoir marqué mais c'est comme ça. Nous nous rattraperons au retour et si nous marquons rapidement, alors ça nous permettra d'y croire. De toute façon, nous donnerons tout, c'est évident". 

Lyon, qui pourra compter sur le retour de la défenseure Laura Georges, sera particulièrement motivé puisqu'il se rendra sur le terrain à Juvisy 48 heures seulement après avoir retrouvé le trophée lors de sa présentation à Londres, ville du premier sacre lyonnais à Craven Cottage en 2011.

L'internationale française Élodie Thomis, sous le coup d'une suspension, n'avait pu assister à la finale de 2012. Tout comme ses partenaires Amandine Henry et Sonia Bompastor, l'attaquante préfère se montrer prudente et voit la victoire de l'aller comme un bon départ plutôt que comme un résultat décisif.

"On ne vit que pour ça (arriver en finale) d'autant qu'elle se disputera à Chelsea", expliquait Thomis. "Le club ne s'y est jamais rendu donc ça serait génial de jouer là-bas. Mais il reste le match retour à Juvisy et nous savons que ça ne sera pas facile. Nous ne sommes pas qualifiées même si nous avons une avance confortable."

Joueuses suspendues pour la finale en cas d'avertissement
Juvisy : Anaïg Butel, Camille Catala, Amélie Coquet, Nelly Guilbert, Julie Machart, Aissatou Tounkara, Emilie Trimoreau
Lyon : Sonia Bompastor, Ami Otaki, Élodie Thomis

 

Haut