Semb salue la nouvelle génération

Nils Johan Semb, directeur technique de la Fédération norvégienne de football (NFF), discute de la nouvelle génération de footballeurs norvégiens.

Nils Johan Semb a mené la Norvège à la 3e place en 1998
Nils Johan Semb a mené la Norvège à la 3e place en 1998 ©Sportsfile

Parmi la délégation norvégienne au Championnat d’Europe des moins de 21 ans de l’UEFA en Israël, nous retrouvons Nils Johan Semb, le directeur technique de la Fédération norvégienne de football (NFF), un homme qui connaît bien ce tournoi.

Semb était le sélectionneur de la seule autre équipe de Norvège à avoir disputé l’EURO des Espoirs. Et comme cette année, elle se retrouvait en demi-finale contre l’Espagne, en 1998. Avec UEFA.com, il a comparé la nouvelle génération à celle de 1998 et a parlé du football scandinave.

Mon équipe de 1998 avait moins de profondeur
Les deux équipes ont une excellente force offensive et des joueurs extrêmement doués, mais ce groupe a davantage de bons joueurs. Dans la liste de 40 joueurs de pré-tournoi, il y avait beaucoup de bons joueurs qui ont dû rester chez eux. En 98, il y avait peut-être 14-15 bons joueurs.

La demi-finale
Nous n’avons pas eu de chance contre l’Espagne, nous avons perdu 1-0 sur un but en or, donc c’était vraiment serré. C’était un peu décevant de ne pas atteindre la finale donc j’espère que ces garçons y parviendront. Ce sera très dur. Nous ne sommes pas favoris, mais parfois les petits poucets gagnent.

Ce que cela signifie
Nous sommes un tout petit pays et nous sommes souvent proches de nous qualifier, avec les A et avec les jeunes. Nous n’avons plus participé à une grande phase finale depuis l’EURO 2000 donc c’est très important de montrer aux Norvégiens que nous avons de bons footballeurs. Avec l’intérêt viennent les sponsors, les médias et les gens au stade. Cela donne confiance à la fédération, aux joueurs et aux entraîneurs.

Une inspiration pour cette génération
Les jeunes ont travaillé si dur pour faire partie de ce groupe de 23 joueurs. Ceux qui ont joué en Albanie avec les A avaient hâte de venir ici pour affronter de grandes nations comme l’Espagne, les Pays-Bas, l’Angleterre, l’Italie. Ça peut leur donner confiance et ils savent qu’ils peuvent jouer à ce niveau. Espérons qu’ils puissent progresser pour être au même niveau avec les A.

Plus d’opportunités en club
Les jeunes ont plus de facilités à jouer en club en raison de la crise financière. Je pense que le football norvégien a importé beaucoup de joueurs lors des cinq ou six dernières années, des joueurs pas très bons que les clubs ont achetés cher. Aujourd’hui, les clubs se concentrent davantage sur les joueurs qu’ils forment.