Deux finalistes aux nouveaux visages

Si les sélectionneurs sont les mêmes mais les équipes d'Espagne et de Suisse qui se retrouvent cinq mois après leur finale danoise ont évolué.

Iker Muniain (à d.) et Philippe Koch lors de la finale 2011. Deux des rares joueurs qui pourraient se croiser à nouveau
Iker Muniain (à d.) et Philippe Koch lors de la finale 2011. Deux des rares joueurs qui pourraient se croiser à nouveau ©Getty Images

Presque cinq mois après la finale du Championnat d'Europe des moins de 21 ans de l'UEFA, les Espagnols retrouvent les Suisses dans la course à la phase finale 2013.

Les Ibères se sont imposés 2-0 à Aarhus et, si les sélectionneurs sont les mêmes, les effectifs ont beaucoup bougé depuis le 25 juin. Les troupes de Luis Milla dominent le Groupe 5 après 3 victoires en autant de matches, mais les Helvètes suivent à deux longueurs avant la rencontre de lundi à Cordoba.

Vainqueur 1-0 en Géorgie le mois dernier, la Suisse de Pierluigi Tami reçoit ce même adversaire jeudi à Lugano, avec l'objectif de maintenir la pression sur l'Espagne, qui accueille l'Estonie dans le même temps avec un effectif remodelé.

Javi Martínez, Juan Mata et Adrián López, meilleur buteur de la phase finale estivale au Danemark, ne sont plus là, alors que Sergio Canales est absent sur blessure. Milla s'appuie désormais sur de nouveaux joueurs, comme l'attaquant du FC Barcelona Isaac Cuenca, le milieu du Chelsea FC Oriol Romeu ou le buteur du SL Benfica Rodrigo.

Milla explique à propos du match contre la Suisse : "Il va nous rappeler des souvenirs et faire comprendre à tout le monde qu'on a deux générations de joueurs exceptionnelles. Ça va surtout être un superbe spectacle proposé par de grands joueurs."

Élément moteur de la sélection helvétique vainqueur de la Coupe du Monde des moins de 17 ans de la FIFA en 2009, Nassim Ben Khalifa espère battre les Espagnols. "C'est un nouveau match", lance le joueur de 19 ans. "Il ne reste pas beaucoup de joueurs de la finale 2011. On ne peut donc pas vraiment parler de revanche."

En effet, Philippe Koch est l'unique survivant du 11 de départ suisse à Aarhus. Patjim Kasami est entré en jeu, contrairement à Benjamin Siegrist et Fabio Daprelà qui, comme Ben Khalifa, ont suivi la finale de puis le banc.

Sûr de lui, Ben Khalifa ne craint pas les tenants du titre. "On forme une équipe rapide et créative. On n'a pas à se cacher face à l'Espagne. On est jeunes et ambitieux, on va à Cordoba pour gagner."

Haut