Le Belarus va prouver sa valeur, selon Bukatkin

Nikita Bukatkin estime que la qualification du Belarus pour le dernier carré n'est pas un hasard et il entend le prouver face à l'Espagne, mercredi.

Pour le milieu Nikita Bukatkin, le Belarus peut rivaliser avec l'Espagne
Pour le milieu Nikita Bukatkin, le Belarus peut rivaliser avec l'Espagne ©Getty Images

Nikita Bukatkin estime que la qualification du Belarus pour le dernier carré n'est pas dû qu'à un concours de circonstances et il entend le prouver face à l'Espagne, mercredi.

Le Belarus s'est extirpé du Groupe A avec seulement 3 points au compteur, à égalité avec l'Islande et l'hôte danois. "D'un côté, on a de la chance de se qualifier car trois équipes avaient le même total de points dans le groupe", reconnaît Bukatkin sur UEFA.com. "Certains vont dire qu'on ne mérite pas notre qualification alors, en demi-finales, on veut montrer qu'on fait bien partie des quatre meilleures formations."

Le milieu défensif du FC Naftan Novopolotsk s'attend à un match compliqué face à un adversaire qui monte en puissance à chaque rencontre. "Ça s'annonce dur contre l'Espagne mais, au coup d'envoi, c'est toujours du 50-50", ajoute Bukatkin. "Il faudra être au top, même si cette équipe me fait penser au Barça."

Le Belarus a néanmoins de sérieux atouts à faire valoir. "Notre état d'esprit et notre volonté sont nos forces, tout comme notre capacité à changer le jeu rapidement."

D'ailleurs, les hommes de Georgi Kondratyev ont croisé les Espagnols récemment. "Début mars, on les a affrontés en amical", se souvient Bukatkin. "Ils ont bien conservé le ballon mais on s'est procuré autant d'occasions qu'eux. On sait comment jouer contre eux."

Bukatkin est conscient que l'enjeu est de taille. En effet, comme l'Angleterre n'a pas passé le Groupe B, il ne reste que trois places à prendre pour les Jeux olympiques de l'été prochain. Les perdants des demi-finales vont donc s'affronter samedi à Aalborg pour décrocher le dernier billet.

"Dommage que l'Angleterre ne se soit pas qualifiée", fulmine le joueur de 23 ans, qui a assisté avec ses coéquipiers à l'élimination des troupes de Stuart Pearce à Viborg. "On était derrière eux pour leur dernier match. Ils ont échoué, à nous de faire le boulot. Il faut terminer au moins troisièmes pour participer aux JO l'année prochaine."