Le site officiel du football européen

Vers la finale

Vers la finale
Gedson Fernandes est félicité pour avoir marqué le but de la victoire en demi-finales en faveur du Portugal ©Sportsfile

Vers la finale

Dans la chaleur brûlante de Tbilissi, la Suède et la République tchèque lancèrent ce Championnat d'Europe des moins de 19 ans de l'UEFA 2017, et très vite l'attention des joueurs dériva vers les bouteilles d'eau les plus proches.

©Sportsfile

Daniel Turyna célèbre la victoire de la République tchèque lors de la première journée

L'expression "faire vivre le ballon" ne pouvait être mieux mise en application quand les Tchèques alignaient 11 passes avant que Denis Granečný ne centre pour la remise de Libor Holík sur la tête de Daniel Turyna, auteur du premier but du tournoi. Courir après le score était sans doute la dernière chose à faire dans la chaleur du Mikheil Meskhi Stadioni. Après la volée de l'entrée de la surface qui doublait l'avantage tchèque, la Suède passait du 4-4-2 au 4-3-3 et s'en voyait récompensée. Le capitaine Dusan Jajic se replaçait dans l'axe et dans une position plus offensive, échappant aux latéraux tchèques, pour pouvoir servir Viktor Gyökeres, qui marquait le but de la consolation.

La chaleur n'était plus un gros problème lors du match de la soirée, à Gori, mais le climat restait bouillant grâce aux 4156 spectateurs locaux venus soutenir la Géorgie contre le Portugal. Ce dernier s'imposait, en maîtrisant le ballon. L'envie des joueurs géorgiens ne pouvait masquer totalement leur manque d'expérience à ce niveau, alors que le gardien portugais, Diogo Costa, était présent pour annihiler toutes les frappes qui atteignaient son but, se mettant en évidence avec une série d'arrêts spectaculaires. La patience portugaise était récompensée lorsque Rui Pedro convertissait un penalty en milieu de seconde période. Il était synonyme de victoire.

Malgré l'absence d'une vingtaine de joueurs qui auraient pu postuler dans le 11 de départ, les Pays-Bas étaient loin d'entamer la compétition sur la réserve alors qu'ils s'imposaient 4-1 contre l'Allemagne. Cette équipe s'appuyait sur les talents de gardien de son capitaine Justin Bijlow, dont la lecture du jeu intelligente et l'autorité immanente démontraient qu'il n'avait pas à son répertoire que des talents trouvés sur la ligne. Les Néerlandais pouvaient également s'appuyer sur une défense bien organisée. Elle a cédé devant Aymen Barkok en début de seconde période, mais elle a réagi et le latéral allemand Mats Köhlert n'est pas près d'oublier les montées de Che Nunnely et Javairo Dilrosun, qui ont permis aux Pays-Bas de se détacher : Joël Piroe était le principal bénéficiaire de ces efforts avec un triplé, alors que Jay-Roy Grot inscrivait le quatrième but.

©Sportsfile

Joël Piro,le buteur néerlandais, savoure un triplé contre l'Allemagne

Un peu plus tôt dans la journée, l'Angleterre annonçait la couleur avec des buts en début de partie et en début de seconde période prenant chaque fois la Bulgarie à froid, malgré le mercure plutôt haut placé. Mason Mount et Ryan Sessegnon étaient les plus décisifs.

Le Portugal était la seule équipe à assurer sa qualification pour les demi-finales à une journée de la fin des groupes, s'imposant contre la République tchèque sur le score de 2-1 avec une nouvelle démonstration de patience et un jeu tout en construction. Comme dans leur premier match, les Lusitaniens pouvaient compter sur des latéraux très impliqués dans le jeu offensif. Abdu Conté, notamment, était impressionnant par ses dédoublements. Leurs couloirs étaient la clé de leur victoire grâce notamment aux jambes fraîches de Rafael Leão, donnant le but du succès. Quant à Rui Pedro, il marquait pour le deuxième match consécutif.

Plus de 8000 spectateurs se massaient dans le Mikheil Meskhi Stadioni pour voir le pays organisateur remporter sa première victoire. Les trois Géorgiens Arabidze, Kokhreidze et Chakvetadze étaient des joueurs clés, participant au jeu d'équipe et perçant avec leurs dribbles la muraille suédoise. Le jeu sur les ailes de la Géorgie mettait la Suède en difficulté – comme contre les Tchèques – et la pression presque incessante qu'elle subissait la forçait à commettre des erreurs dont l'opposition profitait avec délice, donnant un coup de pouce à sa confiance avant son dernier match de groupe contre la République tchèque. Avec deux défaites en deux matches, la Suède prenait la porte de sortie.

L'Allemagne revenait dans la course à la qualification grâce à une victoire 3-0 sur la Bulgarie, dont deux penalties. Le sélectionneur allemand Frank Kramer encourageait ses latéraux à monter et à dédoubler avec des ailiers enclins à repiquer vers le centre, mettant leurs adversaires en difficulté avant que du soutien n'arrive. Pas étonnant donc qu'un centre venu de la gauche soit à l'origine de l'ouverture du score d'Etienne Amenyido, dont l'excellent jeu en mouvement, la vitesse et la technique furent des facteurs clés de la victoire allemande. C'est le numéro neuf encore qui obtenait les deux penalties. Le premier s'accompagnait d'un carton rouge pour la Bulgarie après seulement 19 minutes. Kaloyan Krastev et Tonislav Yordanov se sont donnés jusqu'au bout pour essayer de préserver quelque chose dans ce match, mais l'Allemagne était trop forte en supériorité numérique.

©Sportsfile

Ben Brereton après avoir donné la victoire à la dernière minute à l'Angleterre contre les Pays-Bas

L'Angleterre remportait la bataille du Groupe B entre les deux vainqueurs de la première journée, s'imposant devant les Pays-Bas avec un but à la 84e minute de Ben Brereton. Contrairement à ce qu'ils avaient réussi contre l'Allemagne, les Pays-Bas n'avaient pas l'occasion d'inverser la tendance après avoir été menés, malgré un Justin Bijlow à nouveau remarquable dans le but. Le sélectionneur Maarten Stekelenburg concédait que l'Angleterre "était une classe au-dessus", même si la blessure en début de match de Piroe a certainement réduit les chances des Oranges. Son remplacement à la huitième minute par Jay-Roy Grot, très actif, a montré que les Néerlandais possédaient une réserve conséquente.

Quelque 25 154 spectateurs se trouvaient au Mikheil Meskhi Stadioni pour le match décisif du Groupe A entre la République tchèque et le pays organisateur. Une marche peut-être trop haute pour les Géorgiens, cependant, car ils ne pouvaient s'opposer à une équipe tchèque mieux organisée, dont la défense semblait impénétrable. Le plan de jeu géorgien, porté sur l'attaque, était rapidement annihilé par quatre défenseurs tchèques intraitables et faisant coulisser leur adversaire sur les ailes. Avec le joueur le plus petit par la taille sur le terrain comme attaquant de pointe, même si les centres étaient bien décrochés, difficile de bien les exploiter. Les Tchèques utilisaient à merveille leur taille en défense, mais aussi pour ouvrir le score avec Ondřej Šašinka, libre de tout marquage pour convertir un corner juste avant la pause. Ensuite, Libor Holík trouvait de l'espace dans le dos de la défense géorgienne pour frapper de volée à la suite d'un corner, mettant un terme aux espoirs géorgiens de revenir à 20 minutes de la fin.

Déjà assuré de la victoire dans le groupe, le sélectionneur du Portugal Hélio Sousa effectuait sept changements dans son 11 de départ comparé à celui de la deuxième journée. Les longs ballons suédois se succédaient et perçaient le coffre-fort lusitanien. Puis Sousa appelait la cavalerie en renfort avec trois changements pour égaliser à 2-2, privant la Suède d'une victoire dans ce tournoi.

©Sportsfile

Ryan Sessegnon échappe à Gökhan Gül (Allemagne)

Avant les derniers matches du Groupe B, la situation était beaucoup plus serrée, même si l'Angleterre pouvait sans trop de calcul remporter le groupe avec une nouvelle bonne performance, surtout grâce à un milieu de terrain qui lui assurait la victoire contre l'Allemagne 4-1. Précis, assuré, que ce soit en passes courtes ou longues, le jeu anglais mettait hors de position la défense allemande. Ben Brereton et Ryan Sessegnon inscrivaient un but chacun. Brièvement, l'Allemagne reprenait espoir grâce au but de Tobias Warschewski, mais tous ces efforts étaient vains et l'équipe allemande était éliminée à ce stade de la compétition pour la troisième année d'affilée.

Enfin, les Pays-Bas, toujours privés de Piroe, étaient tenus en échec 1-1 par la Bulgarie, qui remportait son premier point dans cette phase finale. À nouveau, Biljow était excellent dans son but pour l'équipe néerlandaise. Cette dernière évoluait avec seulement deux changements par rapport à sa défaite contre l'Angleterre.

©Sportsfile

Lukas Nmecha marque le but de la victoire pour l'Angleterre en demi-finales

Biljow, cependant, allait gâcher son superbe tournoi avec une erreur commise en demi-finales, l'unique de sa part dans cette compétition. Elle coûtait aux Pays-Bas une place en finale. La frappe de Gedson Fernandes semblait anodine, mais elle échappait au gardien néerlandais. Il se rachetait avec des arrêts de classe dans la seconde période, mais il avait de quoi être inconsolable après le coup de sifflet final. L'absence de Piroe, blessé, n'a bien entendu pas aidé le collectif néerlandais, qui continuait à attaquer par les ailes, mais ne trouvait que rarement preneur de ses centres dans l'axe. Les Portugais, dans une tactique similaire, avec peut-être davantage de permutations qui troublaient leurs adversaires, se qualifiaient pour leur troisième finale après 2003 et 2014.

Ils étaient rejoints par l'Angleterre, arrivant en finale pour la troisième fois de son histoire et la première sur les huit dernières années en venant à bout d'une équipe de République tchèque bien organisée. Les deux équipes ont eu des occasions au cours des 90 minutes très serrées qu'elles ont disputées. Les deux remplaçants, Marcus Edwards et Lukas Nmecha, combinaient bien pour le but de la victoire dans la troisième et dernière minute de temps additionnel, brisant les cœurs tchèques et scellant un huitième succès consécutif dans ce tournoi des Anglais qui amenait les joueurs au septième ciel.

https://fr.uefa.com/under19/season=2017/technical-report/road-to-the-final/index.html#vers+finale