Le site officiel du football européen

De la Fuente partage cette victoire

De la Fuente partage cette victoire
Le sélectionneur espagnol Luis de la Fuente savoure ©EPO

De la Fuente partage cette victoire

Tandis que ses joueurs fêtaient la victoire autour du podium, Luis de la Fuente, lui, la partageait avec son staff. Et, quand Jesús Vallejo a soulevé le trophée, lui, a lev�� les bras, les index pointés vers le ciel grec. Il était heureux. Et on le comprend. Il a été loué par ses joueurs et ses pairs pour son travail, ses efforts et son approche, mais le succès a mis du temps à arriver.

Nul doute que les éloges de Ginés Meléndez, coordinateur au sein des équipes de jeunes de la fédération espagnole, président de la formation des entraîneurs et vainqueurs de compétitions de jeunes de l'UEFA en tant que sélectionneur, lui plairont. "Nous avons invité Luis à nous rejoindre car c'est un entraîneur de qualité," a-t-il déclaré. "Mais c'est également un bon manager et un meneur d'hommes. Il ne prend que des décisions positives qui permettent d'unir le groupe. Son attitude et ses relations avec ses adversaires lors de ce tournoi montrent que les principes du fair-play font partie de sa personnalité."

©Sportsfile

Les 'insatiables' Espagnols soulèvent le trophée

Après la victoire contre la Russie, à Katerini, De la Fuente n'a pas tardé à rendre hommage aux autres : à ses "insatiables" joueurs, d'abord, qui ont "très bien joué car ils tenaient à remporter ce trophée", puis au "travail abattu par les différentes provinces d'Espagne, qui dénichent des talents et les amènent à la fédération. Il a salué "le développement mis en place par les clubs, qui s'améliore continuellement. Nous produisons des joueurs à fort potentiel qui ne sont, à ce niveau-là, qu'à une marche de l'élite."

Contrairement à Dmitri Khomukha, sélectionneur de la Russie et adversaire lors de deux des cinq matches de la compétition, De la Fuente n'a pas eu le luxe de travailler avec le même groupe pendant cinq ans. En effet, après 16 ans passés à entraîner des jeunes et des équipes de divisions inférieures, l'ancien défenseur de l'Athletic Club, de Séville et du Deportivo Alavés n'a rejoint la fédération qu'en 2013.

La sélection de son groupe, néanmoins, n'a été qu'un processus méticuleux basé sur la supervision, la recoupe de données, l'analyse, le suivi et la consultation auprès des entraîneurs de clubs. "Nous avons pris en compte les qualités personnelles et le comportement, en plus des qualités footballistiques," a-t-il expliqué. "Puis, durant nos stages mensuels, nous avons pris des notes sur chaque joueur, pour apprendre à les connaître et définir les plus aptes à participer à cette compétition."

©Sportsfile

Luis de la Fuente fête un but contre l'Allemagne

En Grèce, tandis que les joueurs entraient en phase de reprise physique de pré-saison, il a préféré le travail tactique au travail foncier. "Nous avons beaucoup travaillé les phases arrêtées, offensives et défensives, car, à cet âge, les joueurs ne sont pas toujours conscients de leur importance dans le sort d'une rencontre."

En plus de préparer ses joueurs et de les motiver pour qu'ils gagnent, De la Fuente a fait en sorte qu'ils s'enrichissent au cours de cette compétition. "Les tournois de l'UEFA sont une expérience unique," dit-il. "En club, ils apprennent d'autres hommes : les joueurs expérimentés. Mais faire partie d'un groupe où tous les joueurs ont le même âge et le même niveau, c'est très enrichissant.

"Heureusement, en Espagne, les clubs reconnaissent la valeur ajoutée qu'apporte la compétition internationale sur bien des aspects, et le fait qu'elle mette en lumière le travail effectué par les clubs, en amont. Je pense sincèrement que les joueurs, quand ils reviennent en club, sont meilleurs."

Ils sont également revenus avec une médaille d'or, et un septième sacre pour leur pays dans cette compétition. Et, là où Luis de la Fuente leur a offert ses conseils, eux, lui ont offert le bonheur.

https://fr.uefa.com/under19/season=2015/technical-report/winning-coach/index.html#coach+heureux