Le site officiel du football européen

Débats

 

Débats

©Sportsfile

Gagner n'est pas tout à ce niveau

Former ou gagner?
On a demandé aux entraîneurs du tour final des moins de 19 ans si leur principal objectif était d’éduquer et de former leurs joueurs ou de gagner des matches et de faire un effort commun pour enlever le titre européen dans cette classe d’âge. Ils ont été unanimes à dire que la formation des joueurs était prioritaire mais qu’une combinaison des deux éléments était idéale – l’esprit de compétition est également encouragé à cet âge où les jeunes joueurs vont de l’avant. Après avoir longuement discuté avec tous les entraîneurs, les observateurs techniques de l’UEFA ont souligné le besoin de tenir compte des deux aspects. «Bien sûr, tous les joueurs désirent progresser et les entraîneurs affirment également que la chose la plus importante est de former les joueurs», a déclaré Stefan Majewski, l’un des observateurs du tournoi. «Mais si vous leur parlez un peu plus longuement, vous verrez qu’aucun des joueurs n’a dit une seule fois qu’il ne désirait pas remporter un match. La formation des joueurs est très importante mais n’oublions pas que chaque joueur et chaque entraîneur ont besoin de victoires afin que l’équipe puisse éprouver le sentiment de sa valeur.»

Les bons caractères revêtent de l’importance
Les entraîneurs ont été catégoriques quant à la nécessité d’intégrer des joueurs ayant une attitude positive dans leurs contingents finaux – et il ne saurait y avoir de place pour des caractères conflictuels ou difficiles qui pourraient avoir un effet défavorable sur l’esprit d’équipe ou causer des problèmes pour les entraîneurs. Plusieurs entraîneurs ont affirmé qu’ils avaient mis des joueurs à la porte de leur équipe indépendamment de leurs aptitudes tandis que d’autres ont fait usage de leur droit de laisser de côté des joueurs afin qu’ils réfléchissent sur leur comportement avant de les rappeler. La Serbie a remporté le titre et une de ses principales mesures a été de sélectionner des joueurs au caractère adéquat afin d’assurer le bon amalgame qui constitue la recette du succès.

©Sportsfile

L'échauffement de la Géorgie avant la rencontre face à la France

Les entraîneurs ont tous fait référence aux qualités psychologiques requises pour gérer des joueurs de cet âge. Ils ont souligné qu’il était important, dans un championnat comme celui-ci, de les introduire dans une culture spécifique de l’équipe nationale et de les aider à se former en tant que personnes, afin de lier les deux éléments: bonne personne = bon footballeur. «Bien sûr, chaque entraîneur décide lui-même comment sélectionner des joueurs pour son équipe», a déclaré l’observateur technique de l’UEFA Ghenadie Scurtul. «Mais la tendance générale était qu’ils devraient être des joueurs collectifs. Un joueur peut être très fort individuellement mais s’il ne s’adapte pas, disons, aux principes moraux de l’équipe, les entraîneurs préfèrent ne pas sélectionner de tels joueurs pour leurs équipes.»

Appeler davantage d’entraîneurs?
L’une des propositions émises lors des discussions sur le tour final M19 était que davantage d’entraîneurs pourraient être encouragés à suivre le tournoi afin de voir des joueurs de cet âge et d’observer les tendances tactiques et techniques qu’un tel tournoi apporte chaque année. L’une des suggestions était d’associer les réunions d’entraîneurs au tour final dans le cadre du programme de groupes d’étude de l’UEFA, dans lequel les associations nationales échangent leurs connaissances techniques. Une autre était d’utiliser les entraîneurs locaux des pays hôtes au sein de l’équipe technique du tournoi afin de leur permettre d’acquérir une expérience utile.

Un sujet de réflexion
Le déroulement de la compétition en juillet demeure un sujet de réflexion. La période de préparation a été courte – entre deux semaines et six jours dans la plupart des cas – le premier match de certaines équipes étant véritablement leur première rencontre du tour final. Certains entraîneurs ont mentionné les difficultés auxquelles ils ont dû faire face en étant dans l’incapacité de prendre certains joueurs clés en raison de leur engagement au sein de clubs participant aux tours qualificatifs des compétitions de l’UEFA ou parce que les clubs étaient réticents à l’idée de libérer des joueurs durant la période de préparation de la prochaine saison. Les joueurs venant de rentrer de vacances pour commencer l’entraînement avec leurs équipes M19 ont aussi représenté une difficulté tant en ce qui concerne la préparation et l’entraînement pour les matches que les matches eux-mêmes. Par ailleurs, les entraîneurs ont dû travailler sans d’autres joueurs qui avaient fait le choix personnel de rester au sein de leurs clubs, par exemple, afin d’essayer d’imposer leur présence avec le nouvel entraîneur.

©Saulius Čirba

L'équipe de Lituanie salue les spectateurs

En ce qui concerne l’importance des effectifs pour le championnat, une proposition émise par les entraîneurs était d’augmenter les effectifs de 18 à 20 joueurs, voire davantage, et ce pour de multiples raisons. Premièrement, si une équipe parvenait en finale, elle disputerait cinq matches, tant et si bien que de sérieux problèmes avec les cartons rouges et jaunes ou les blessures pourraient la contraindre à disputer la finale en étant affaiblie par l’absence d’un certain nombre de joueurs clés – ce qui, comme un entraîneur l’a souligné, ne serait pas bon pour le football. On a donc exprimé le point de vue que, comme certains pays s’étaient préparés pour le tournoi avec plus de 18 joueurs, il pourrait être bénéfique d’être à même de prendre ces joueurs supplémentaires afin de leur donner l’expérience d’un tour final même si leur temps de jeu devait être limité. Et, troisièmement, l’aspect de l’âge biologique a été mentionné: avec certains joueurs, qui dans l’effectif du tour final ont atteint l’âge adulte, et d’autres qui sont encore des adolescents, des effectifs plus importants en nombre aideraient à alléger le fardeau pesant sur des joueurs physiquement moins mûrs à cet âge.

La Lituanie apprend
Les avantages qu’offre l’organisation du Championnat d’Europe M19 ont été clairement visibles dans le cas de la Lituanie. Bien que l’équipe du pays hôte ait perdu ses trois matches, elle a été à l’origine de vibrants moments, elle a marqué deux magnifiques buts et ses joueurs ont acquis une précieuse expérience en évoluant devant un nombre important de spectateurs – 7 436 contre les Pays-Bas, 8 900 contre l’Espagne et 8 075 contre le Portugal. «Je pense que la participation de la Lituanie est un exemple manifeste de la manière dont un petit pays peut, grâce à un tel tournoi, réaliser des progrès considérables dans le développement du football», a rapporté Ghenadie Scurtul. «Ce n’est pas un secret que lorsque ce pays a su que ce tournoi allait avoir lieu chez lui, il a créé un centre de formation et a constitué un groupe spécial de joueurs qui s’est préparé pour le Championnat d’Europe. L’équipe a montré que dans un petit pays des résultats considérables peuvent être obtenus dans le développement des footballeurs si on s’en occupe adéquatement.»

©Sportsfile

Espagne - France, un match de haute qualité

L’avenir sera-t-il brillant?
Etant donné que le tour final M19 est une vitrine pour les vedettes potentielles de demain, les observateurs techniques de l’UEFA ont-ils été enthousiasmés par ce qu’ils ont vu en Lituanie? «Oui, parce que dans chaque équipe il y avait déjà un ou deux joueurs capables de jouer dans les premières équipes à un très haut niveau», a déclaré Scurtul. «Je suis sûr que l’avenir du football européen est tout à fait positif parce qu’il y a une symbiose entre la maturité dont ont fait preuve les entraîneurs dans la conduite tactique et l’ardeur juvénile que les joueurs ont montrée dans ce tournoi. Enfin, certains joueurs se sont hissés à un niveau élevé sur les plans technique et tactique.»

«C’est toujours agréable pour un entraîneur de voir quelque chose dans un joueur», a ajouté Stefan Majewski. «S’il repère un jeune joueur doué, il continue ensuite à l’observer. Là, il y en avait plusieurs, peut-être entre dix et vingt joueurs qui seront certainement importants à l’avenir. La question est de savoir s’ils auront assez d’endurance et de charisme pour continuer à se développer et pour devenir des joueurs de la première équipe. S’ils progressent, nous aurons certainement la chance de les admirer, non seulement dans leurs clubs mais également dans les équipes nationales.»

https://fr.uefa.com/under19/season=2013/technical-report/talking-points/index.html#debats