Pavlovski fier des M19 serbes

Le milieu et capitaine Marko Pavlovski clame sa fierté de mener les M19 serbes en finale du Championnat d'Europe de l'UEFA, jeudi contre la France.

Le capitaine des M19 Marko Pavlovski veut écrire une page d'histoire du football serbe
©Sportsfile

Avant la finale du Championnat d'Europe des moins de 19 ans de l'UEFA face à la France, jeudi à Marijampole, le capitaine de la Serbie Marko Pavlovski explique sur UEFA.com que ses coéquipiers et lui sont animés d'une certaine euphorie.

L'équipe dirigée par Ljubinko Drulović s'est qualifiée pour sa toute première finale en venant à bout du Portugal aux tirs au but, elle qui avait atteint le dernier carré à trois reprises. "C'était un match long et intense dans des conditions difficiles", concède le milieu à propos de la demi-finale (2-2 à la fin de la prolongation). "Il faisait extrêmemnt chaud et humide ; j'avais du mal à repsirer, et je fais pourtant partie des plus endurants."

Les deux finalistes sont sont déjà croisés en phase de groupes pour un match nul 1-1, suffisant pour qualifier la France, laquelle a sorti en demi-finale l'Espagne tenante du titre. Pavlovski, auteur du but égalisateur face aux Français, estime que son équipe a dominé la rencontre : "Même si on n'a pas aligné notre meilleure équipe, on était peut-être meilleurs que la France en seconde période."

Le joueur de l'OFK Beograd pense qu'il y a des choses à retenir de ce match disputé à Kaunas, vendredi. "L'état d'eprit de la France (est une de ses forces), tout comme ses individualités, surtout au milieu", précise-t-il. "Mais on a joué quatre super matches et, même si on ressent un peu de fatigue, on est prêts à se battre contre cette équipe fantastique. L'équipe la plus calme dans sa tête l'emportera."

Très suivis dans leur pays grâce à leurs exploits en Lituanie, les jeunes Serbes deviendront de véritables héros nationaux s'ils renversent les Petits Bleus. "J'ai entendu dire qu'on créait l'événement chez nous", sourit Pavlovski. "En tant que capitaine de l'équipe, je suis heureux de [représenter] cette génération de joueurs."

"Il règne une certaine euphorie dans notre groupe, on ne joue pas une finale européenne tous les jours. On va entrer dans l'histoire du football serbe si on gagne et on ne veut pas manquer l'occasion de brandir le trophée."

Haut