UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Welbeck, de belles pages à écrire

L'attaquant anglais Danny Welbeck, auteur de deux buts face à la Slovénie, laminée 7-1 dans le Groupe A, pense qu'il en faudra bien plus pour passer face à la France.

Danny Welbeck (Angleterre)
Danny Welbeck (Angleterre) ©Sportsfile

Les Anglais de Brian Eastick étaient déchaînés lors de leur dernier match du Groupe A, au Championnat d'Europe des moins de 19 ans de l'UEFA, face à la Slovénie (victoire 7-1 à Donetsk, record de la compétition). Un score bien différent des deux matches nuls face à la Suisse et l'Ukraine lors des deux premiers matches, mais l'attaquant Danny Welbeck, auteur de deux buts face à la Slovénie, pense qu'il en faudra bien plus pour passer face à la France.

"Passer un tour de plus"

"On n'a pas très bien débuté mais, pour ce dernier match, on a vraiment poussé pour atteindre les demi-finales et on est très heureux", affirme le jeune attaquant sur uefa.com. "On est en pré-saison et on s'entraîne seulement depuis deux ou trois semaines, mais on se sent de mieux en mieux. Il s'agit des huit meilleures équipes européennes, tous les matches sont durs, physiquement et mentalement. On espère progresser encore et passer un tour de plus."

"On en veut toujours plus"
Welbeck trouve pourtant à redire sur la dernière performance anglaise, malgré les six buts d'écart : "On ne doit jamais être satisfait, on en veut toujours plus, surtout les attaquants. On va essayer de faire encore mieux lors du prochain match. J'en suis à deux buts, ce n'est pas mal, mais j'aurais déjà pu en inscrire d'autres sur des demi-occasions." La jeune vedette du Manchester United FC n'a pas encore pu disputer la moindre partie en intégralité en Ukraine, la faute à une douleur au genou, même si Welbeck soutient : "Je vais bien. Les pelouses sont dures, alors on ne prend pas de risque. Mais j'ai retrouvé le rythme en accumulant du temps de jeu. Ça me donne encore plus envie de jouer."

La France pour une revanche

La France, battue par Welbeck et six de ses coéquipiers en demi-finale de l'édition précédente, il y a deux ans, s'avance désormais pour une place en finale. "La France est une bonne équipe, rapide et physique. On les a battus 1-0 la dernière fois. Henri Lansbury est sorti sur blessure et on a souffert pendant les dix dernières minutes, mais la qualification reste un super souvenir." Quand on lui demande ce qu'il va retenir de ce tournoi pour s'imposer à Manchester, il glisse malicieusement : "Pourquoi pas une médaille ? Et en or, tant qu'à faire."