Le site officiel du football européen

Points de débat

Points de débat
Arrosage de la pelouse à Varazdin, un usage pas partagé partout ©Sportsfile

Points de débat

S'arroger l'arrosage ?
Les entraîneurs peuvent contrôler les joueurs ; les joueurs peuvent contrôler les matchs ; mais personne ne contrôle les cieux. Et les cieux se sont ouverts de manière assez régulière pendant le tour final en Croatie. Assez fréquemment pour éviter d'avoir à se demander s'il fallait arroser les pelouses avant le match et à la mi-temps. Cependant, il y eut suffisamment de soleil pendant la phase de groupes pour réchauffer le débat concernant cette règle. Plusieurs entraîneurs étaient enthousiastes à l'idée de pouvoir arroser la pelouse, mais ont été frustrés par le refus de leur collègue du vestiaire voisin.

En tant que points de débat, cette question peut être abordée de plusieurs manières. Dans la situation actuelle, les deux équipes doivent se mettre d'accord concernant l'arrosage de la pelouse. Est-ce l'idéal ? Si un entraîneur s'y oppose, le non doit-il prendre le pas sur le oui ? Le côté négatif doit-il prévaloir sur le côté positif ?

On peut également voir le problème sur le plan stratégique. Les équipes demandant l'arrosage de la pelouse le font habituellement pour pouvoir accélérer le jeu. Elles prétendent que cela permet de poser les bases d'un football plus attractif.

Leurs adversaires, qui souhaitent que le ballon circule moins vite, préfèrent ne pas faire actionner l'arrosage par les jardiniers parce qu'ils pensent que cela va avantager l'autre équipe. Sans le dire, ils préféreraient une herbe plus haute et une surface de jeu moins rapide pour donner de meilleures chances à leur équipe. Et pour un même entraîneur, la position peut varier.

©Sportsfile

En Croatie, un entraîneur a exprimé sa frustration que sa demande pour arroser la pelouse ait reçu un veto de la part de son adversaire, mais plus tard dans la compétition, il a lui-même donné une réponse négative à la même demande effectuée par un adversaire différent. En d'autres termes, la question de la stratégie prenait souvent le pas sur la question de principe. Le point de débat est de se demander si la décision devrait être prise de manière indépendante plutôt que si elle devrait être prise à l'issue d'un débat qui peut mettre en opposition les deux entraîneurs.

Pour Dany Ryser, champion du monde des moins de 17 ans avec la Suisse et membre de l'équipe des observateurs techniques de l'UEFA en Croatie, la question, dans tous les cas, est d'une pertinence limitée. "Selon moi", a-t-il affirmé, "les joueurs à ce niveau devraient être en mesure de jouer sur n'importe quelle surface. Ils doivent être capables de s'adapter à n'importe quelles conditions cela fait tout simplement partie de leur formation." Êtes-vous d'accord ?

Pause fraîcheur
De l'eau. C'était un matin gris au ciel chargé sur Velika Gorica. Alors que le tonnerre grondait au loin, les spectateurs étaient prêts à enfiler des vêtements imperméables en regardant le ciel d'un air inquiet pendant le quart de finale entre l'Angleterre et la République d'Irlande. Les sourires étaient d'ailleurs narquois, après 20 minutes dans la première période, quand une pause fraîcheur d'une minute était décidée par l'arbitre.

©Sportsfile

Le ciel était dégagé, un peu plus tard dans la journée, pour le début du match entre l'Allemagne et les Pays-Bas pour ce que le site Internet de l'UEFA décrivait comme "une soirée brûlante à Zapresic". Et oui, vous l'avez peut-être deviné, il n'y avait pas de pause fraîcheur au programme.

Une semaine plus tôt, dans le même stade, on jouait entre la France et les Îles Féroé un match du Groupe B. La température au début du match était officiellement de 19°C. Il y eut donc une certaine surprise lorsqu’une pause fraîcheur était décrétée au milieu de la première période. Cet interlude a permis aux joueurs des Féroé de souffler un peu alors qu'ils étaient déjà menés quatre buts à zéro. "La pause fraîcheur a été clairement utile !", affirmait l'entraîneur Áki Johansen dans un sourire après le match. "Nous avons réussi à changer deux ou trois choses qui nous ont permis de mieux contenir l'équipe de France après cela."

Dans cet exemple, la pause n'a pas changé le résultat du match. Mais cela illustre bien le fait que les entraîneurs utilisent pleinement cette pause fraîcheur pour le transformer en "temps mort" au cours desquels ils peuvent donner des instructions à leurs joueurs. Dans ce contexte, est-ce que tous les entraîneurs devraient avoir les mêmes chances ? Ne devrait-il pas y avoir une plus grande uniformité dans l'application du principe de la pause fraîcheur ? Dans des mi-temps de 40 minutes doit-on intercaler une pause fraîcheur dans tous les matchs ?

Plus en est de fous...
Parmi les entraîneurs présents en Croatie, une large majorité soutenait le fait de faire passer le groupe de 18 à 20 joueurs. Pour cela, plusieurs raisons, à commencer par tout ce que pouvait apporter au niveau de la formation le fait d'offrir une expérience internationale du plus haut niveau à davantage de joueurs, et aussi peut-être à des joueurs plus jeunes (seuls 25 des 288 joueurs présents en Croatie étaient nés en 2001 et 43,75 % de ces joueurs étaient nés dans le premier trimestre de l'année 2000).

©Sportsfile

L'Italien Moise Kean a marqué contre la Croatie pour sa seule sortie dans la phase finale

Certaines équipes avaient dû effectuer des remplacements en raison de blessures, en particulier l'Italie, qui avait perdu deux membres de son groupe, plus l'attaquant Moise Kean, retenu par son club pour le derby de Turin, auquel il n'a d'ailleurs pas pris part. La Turquie et l'Écosse ont commencé le tournoi avec trois joueurs de champ suspendus, ce qui limitait considérablement leurs options tactiques sur le banc de touche.

Même s'ils se félicitaient d'avoir davantage d'éléments à leur disposition, certains entraîneurs auraient aimé en avoir plus, estimant que le chiffre de 22 pouvait leur donner l'avantage d'effectuer des matches d'entraînement à 11 contre 11. Cependant, on peut se demander si un groupe plus élargi est synonyme de plus grandes opportunités.

On comprend que parmi les gardiens certains jouent peu, mais rappelons que 26 joueurs de champ ont joué moins de 40 minutes (une mi-temps) même si six équipes ont joué cinq ou six matches en Croatie. Neuf joueurs ont joué moins de 10 minutes. Est-ce que des groupes encore plus élargis vont signifier encore plus d'inactivité pour certains joueurs ?

©Sportsfile

Les joueurs anglais accusent le coup après la séance de tirs au but

Maîtres du temps
Cette question soulève d'autres points de débat. Est-il temps de revoir la durée des périodes qui est fixée pour l'instant à 40 minutes à ce niveau alors que beaucoup de participants jouent des matches de 90 minutes avec leur club ? Cela aurait-il davantage de sens de jouer des matchs de 2 × 45 minutes, ce qui permettrait d'utiliser davantage de joueurs qui commencent les rencontres sur le banc ?

L'expérimentation avec un remplacement supplémentaire pendant la prolongation n'a pas pu se dérouler pendant ce tournoi où il n'y a pas de prolongation dans les matches à élimination directe. Avec davantage de joueurs sur le banc, sera-t-il positif de remettre en place une prolongation, peut-être avec une durée réduite ? Gardant l'esprit que cinq des six dernières finales se sont jouées aux tirs au but, est-ce que cela, concernant le côté sportif, serait plus satisfaisant plutôt que d'avoir recours directement à la séance fatidique ?

La question est devenue d'autant plus pertinente en finale. Après le coup psychologique d'avoir encaissé le but de l'égalisation alors qu'il restait deux secondes à jouer, s'en remettre pour remporter la séance de tirs au but disputée immédiatement après aurait demandé une force mentale qui était visiblement au-delà des capacités de l'équipe anglaise à cet âge. N'aurait-il pas été plus juste de leur donner une chance de reprendre l'avantage dans le jeu ?

Par ailleurs, si on considère que la fatigue et le facteur déterminant dans ce débat, serait-il positif pour les associations nationales (sous le fond de l'anonymat) de transmettre les données GPS qu'elles recueillent de plus en plus pendant ces tournois aux instances indiquées de l'UEFA ?

https://fr.uefa.com/under17/season=2017/technical-report/talking-points/index.html#points+debat