Interviews

Le site officiel du football européen

Interviews

Peacock en quête de perfection
Manager John Peacock (England) ©Domenic Aquilina

Interviews

Peacock en quête de perfection

"Ce n’est jamais bon pour une équipe de s’incliner aux tirs au but, mais l’Angleterre en a souffert par le passé, alors c’était en quelque sorte notre tour de gagner.” La retenue de John Peacock après la victoire s’est aussi manifestée lorsqu’il est allé à la rencontre de son homologue Maarten Stekelenburg au coup de sifflet final, une fois le dernier penalty converti. Le sélectionneur néerlandais, cependant, était déjà entré dans l’aire de jeux pour consoler ses joueurs. La poignée de main fraternelle entre les deux hommes a donc attendu quelques minutes.

Pour des raisons psychologiques, sociales, nous avons besoin d’un groupe homogène
John Peacock

Après avoir mis un terme à la disette de l’équipe d’Angleterre des moins de 17 ans dans les compétitions européennes, menant sa formation à la victoire contre l’Espagne en 2010 au Lichtenstein, Peacock avait noté : “Espérons que nous n’allons pas devoir attendre encore 17 ans pour gagner un autre”. Ce vœu a été exaucé à Malte et le technicien déclaré : “Je suis absolument ravi pour tous les joueurs”.

Sa joie fut longue à venir. Des performances certes convaincantes contre Malte contre la Turquie n’avaient généré au mieux que de l’optimisme. “J’ai dû souligner auprès des joueurs”, a-t-il reconnu, “que nous étions une équipe qui avait du potentiel mais que nous n’étions pas la seule dans ce tournoi et qu’il faudrait travailler très dur pour venir à bout de nos adversaires.” Sa tentative pour faire en sorte que tous ses joueurs soient concernés et motivés trouvait un soutien inattendu avec une défaite contre les Pays-Bas et une première période en demi-finale contre le Portugal où son collectif était mis à mal. Dans ce match comme en finale, sa causerie à la mi-temps avait des effets très positifs.

Le sélectionneur de l'Angleterre compte maintenant deux titres chez les moins de 17 ans

Les images télévisées montrant le sélectionneur gesticulant sur son banc de touche sont rares. Peacock ne voit aucun inconvénient à laisser son adjoint Kenny Swain donner des instructions à ses joueurs dans la zone technique. Il mise, pour sa part, sur la confiance et la cohésion dans le vestiaire. En outre, il considère ces facteurs comme pertinents au moment de choisir son groupe.

"La dynamique d’un groupe est fondamentale”, déclare-t-il. “Pour des raisons psychologiques, sociales, nous avons besoin d’un groupe homogène. Si vous le pouvez, vous mêlez des personnalités flamboyantes avec d’autres plus discrètes et ensuite, vous essayez de donner autant que faire se peut les clés aux joueurs pour qu’ils organisent leur vie de groupe. Ces tournois donnent aux garçons une compréhension de ce que va être leur futur de joueurs professionnels, s’ils n’adoptent pas la bonne attitude sur deux semaines de tournoi, alors ils pourraient ne pas être faits pour le football au plus haut niveau.”

Ce point de vue est exprimé avec la voix de l’expérience. Après une carrière de joueur qui a été tronqué à 24 ans, Peacock est devenu entraîneur trois ans plus tard. Il a passé huit années au sein de la Fédération anglaise de football (FA), occupant diverses fonctions dont la direction de l’équipe des moins de 16. En 1998, il prenait en charge l’école de football du club anglais du Derby County FC. Il est également titulaire d’un diplôme pour diriger les centres de formation et d’une licence UEFA Pro.

©FA

Les Anglais s’entraînent à St George's Park

Peacock était de retour au sein de la Fédération en 2002, d’abord pour entraîner les moins de 17 ans, mais il donnait souvent un coup de main à ses collègues responsables des autres équipes de jeunes. Depuis 2007, il est entraîneur en chef de l’association.

“J’ai vu une évolution à ce niveau”, a-t-il commenté. “Le niveau général a progressé. Évidemment, au plan technique, cela varie, mais les équipes sont de mieux en mieux organisées, elles sont bien entraînées et deviennent difficiles à battre. Je pense que c’est un signe quand on constate que de nos jours il y a de plus en plus de joueurs de 17 ans qui évoluent au sein des équipes premières de leur club.”

https://fr.uefa.com/under17/season=2014/technical-report/winning-coach/index.html#selectionneur+vainqueur