Simeone : "Fier d'Hernandez et Griezmann"

Dans une interview exclusive avant la Super Coupe de l'UEFA, Diego Simeone revient sur la saison dernière et sa fierté de voir Hernandez et Griezmann remporter la Coupe du Monde.

©Getty Images

L'Atlético Madrid de Diego Simeone rencontre le Real Madrid en Super Coupe de l'UEFA, mercredi prochain à Tallinn (Estonie). Nous avons rencontré l'entraîneur argentin à la "grinta" légendaire qui fait le point sur l'été des Matelassiers...

Tout ce qu'il faut savoir sur la Super Coupe

 

Simeone vainqueur de la Super Coupe 2012
Simeone vainqueur de la Super Coupe 2012©Getty Images

UEFA.com: Commençons par parler de la Super Coupe de l’UEFA, que vous avez gagnée en tant que joueur et comme entraîneur. Que représente cette compétition pour vous ?
Diego Simeone :
C’est toujours un trophée très important, car il s’agit d’un choc entre le vainqueur de l’UEFA Champions League et celui de l’UEFA Europa League, qui s’affrontent pour le titre de rois d’Europe. C’est évidemment le genre de trophées pour lequel on désire se battre. Et c’est une finale importante pour l’Espagne, car le Real et l’Atlético Madrid représentent le pays. Nos deux clubs se sont rencontrés à de nombreuses reprises ces dernières années, et c’est une nouvelle occasion de briller pour nous deux.

Revenons sur la saison dernière : après le coup dur de l’élimination en phase de groupes de la Champions League, vous avez rebondi et remporté l’Europa League. Quelles leçons en tirez-vous ?
Cette élimination a été difficile à digérer, d’autant que c’est face au vainqueur de notre groupe que nous avons pris le plus de points. Ce n’est pas face à la Roma ou à Chelsea que nous perdons la qualification, mais contre Qarabag. C’était un vrai coup dur, car nous voulions réaliser un bon parcours en Champions League.

Mais nous avons réussi à relever la tête et à nous réinventer. Nous avions l’étiquette de favori en Europa League : nous avions alors le devoir et la responsabilité de la gagner. Ce n’est jamais simple, mais l’équipe y est parvenue. Nous avons parfaitement assuré notre rôle pour aller remporter ce titre.

Revivez la finale de l'Europa League remportée par l'Atlético face à Marseille
Revivez la finale de l'Europa League remportée par l'Atlético face à Marseille

Quels souvenirs gardez-vous de la finale à Lyon ?
Je l’ai vécue de façon différente, car j’étais suspendu. Marseille était meilleur que nous en début de match, il s'est créé plus d’occasions. Il est parfaitement entré dans la rencontre, en mettant beaucoup de rythme, comme on s’y attendait. Mais au fil du match, nous avons repris l’ascendant et pu mettre en pratique ce qu’on avait travaillé à l’entraînement. Grâce à notre pressing au milieu de terrain et à nos transitions rapides, nous leur avons causé des problèmes.

Ça prouve que nous avons les qualités pour remporter des titres européens. C’est important, car nous avions perdu nos deux finales précédentes (en Champions League) face au Real Madrid : une fois aux tirs au but, l’autre en prolongation. Aller si loin et perdre à la fin, c’était vraiment difficile à avaler. C’est presque plus simple de perdre 4-0 : on se dit alors qu’on a été surclassés ! Mais ce trophée vient récompenser tout le travail réalisé au club ces dernières années.

Était-il important pour le club de conserver (Antoine) Griezmann, votre meilleur atout offensif ?
Je pense que le club a franchi un cap en parvenant à convaincre Griezmann de rester - peu importe la saison qu’il réalisera. Car ça démontre que les joueurs n’ont plus envie de quitter le club. Ça vaut pour l’entraîneur, pour [Diego] Costa qui voulait y revenir, d’autres joueurs qui souhaitent rejoindre le club…

Griezmann, tous ses buts dans l'Europa League 2017/18
Griezmann, tous ses buts dans l'Europa League 2017/18

C’est un symbole de la progression du club : on travaille la main dans la main avec des gars qui veulent continuer à écrire l’Histoire. Avant, les favoris étaient toujours des clubs comme le Real Madrid, le Barça, le Bayern Munich, etc. On veut intégrer cette liste. Le club grandit et rend tout cela possible. La présence d’Antoine et le retour de Costa représentent un joli coup pour l’équipe et le club pour notre statut en Europe.

Parlez-nous de votre bilan sur le banc de l’Atlético de Madrid. Êtes-vous fier de ce que vous y avez accompli jusqu’ici ?
Ce qui me rend le plus fier, c’est de voir Lucas (Hernández) et (Antoine) Griezmann remporter la Coupe du Monde. Je suis fier de voir les joueurs progresser continuellement au sein de l’équipe et apporter beaucoup d’attention aux joueurs plus expérimentés, comme (Diego) Godín, Filipe (Luís) et Juanfran.

Les deux Bleus de l'Atlético fêtant leur sacre à la Coupe du Monde
Les deux Bleus de l'Atlético fêtant leur sacre à la Coupe du Monde©Getty Images

J’en suis fier car c’est le résultat du travail de tout le staff. C’est une conséquence des compétitions que nous avons gagnées, et en tant qu’entraîneur, je suis fier de voir mon équipe se mêler systématiquement à la lutte pour le trophée dans toutes les compétitions dans lesquelles nous participons. Et bien sûr, je suis fier de voir les joueurs qui viennent de remporter la Coupe du Monde.

QUI EST SIMEONE ?

Date de naissance : 28 avril 1970
Nationalité : Argentine
Carrière de joueur : CA Vélez Sarsfield, AC Pisa, Sevilla FC, Club Atlético de Madrid, FC Internazionale Milano, SS Lazio, Club Atlético de Madrid, Racing Club
Carrière d'entraîneur : Racing Club, Club Estudiantes de la Plata, CA River Plate, CA San Lorenzo, Calcio Catania, Racing Club, Club Atlético de Madrid

• Milieu de terrain combatif du Vélez Sarsfield, il est sélectionné en équipe A d'Argentine à l'âge de 18 ans en juillet 1988, contre l'Australie. Il dispute trois Coupes du Monde de la FIFA et au moment de sa retraite, il est le joueur le plus capé d'Argentine (106 sélections, 11 buts). Il se rend en Italie pour jouer à Pise puis rejoint les Espagnols de Séville deux ans plus tard. Il évolue alors aux côtés de Diego Maradona pendant une saison.

• Avec l'Atlético, qu'il rejoint en 1994, il gagne le doublé coupe-championnat. Il s'agit de ses deux plus grands trophées avec ses deux titres en Copa América (1991 et 1993) et la Coupe des confédérations de la FIFA 1992 avec l'Argentine.

• De retour en Italie, il gagne la Coupe UEFA avec l'Inter, ainsi que la Super Coupe de l'UEFA et le doublé Serie A-Coppa Italia avec la Lazio (1999/2000). Après quatre ans à Rome, il retrouve l'Atlético pour deux années avant de mettre un terme à sa carrière avec le Racing Club dans son pays natal.

• En tant qu'entraîneur, il gagne le titre de champion d'Argentine avec l'Estudiantes (2006 Apertura) et River Plate (2008 Clausura). En décembre 2011, il est nommé entraîneur de l'Atlético.

• Son impact est immédiat puisque l'Atlético remporte la finale de l'UEFA Europa League 2012 face à l'Athletic Club ainsi que la Copa del Rey 2013 contre le Real Madrid CF. Un an plus tard, l'Atlético remporte même son premier titre de champion d'Espagne depuis 1996 mais s'incline lourdement face au Real à Lisbonne en finale de l'UEFA Champions League.

• Simeone conduit l'Atlético à une nouvelle finale de l'UEFA Champions League en 2016, même si les Colchoneros subissent un nouveau revers face au Real, mais il était victorieux deux ans plus tard, avec une nouvelle victoire en UEFA Europa League.



Haut