UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Édouard Mendy, le gardien de Chelsea, raconte son parcours atypique, du chômage à la Champions League

Le gardien de but de Chelsea raconte à UEFA.com comment il a finalement atteint le sommet du football européen avec Chelsea, non sans un passage par la case chômage à 22 ans.

Édouard Mendy a pris un long chemin vers la gloire en UEFA Champions League
Édouard Mendy a pris un long chemin vers la gloire en UEFA Champions League Chelsea FC via Getty Images

Édouard Mendy, 29 ans, a connu la consécration au printemps dernier. L'ancien gardien du Stade Rennais était dans le but de Chelsea lors de la finale victorieuse en Champions League contre Manchester City, point d'orgue d'une carrière à rebondissements pour le Sénégalais, qui la raconte avant le match de Super Coupe de l'UEFA contre Villarreal.

Chelsea - Villarreal, direct, stats, réactions...

Édouard Mendy sur la finale de la Champions League

La dernière semaine de la saison dernière, quand nous avons su que le dernier match serait la finale de la Champions League, il y avait beaucoup de discipline, beaucoup d'adrénaline et beaucoup de pression positive parce que nous savions que la finale est quelque chose qui doit vraiment être vécu. C'est peut-être quelque chose que l'on ne peut vivre qu'une fois dans sa vie.

Nous avons tous gardé les yeux sur l'objectif. Nous voulions vraiment jouer la finale à notre façon, alors nous avons fait ce que nous devions faire pour préparer le match. Au final, nous avons surtout été à la hauteur de l'événement. Pour moi, les deux meilleurs moments ont été, bien sûr, quand Kai (Havertz) a marqué le but ; et ensuite, quand l'arbitre a donné le coup de sifflet final, j'ai vu que tout le monde était très heureux, j'ai vu des larmes de joie. J'ai vu le staff et les remplaçants courir sur le terrain et nous savions que nous avions fait quelque chose de grand. Je crois que ce n'est que quelques jours plus tard que j'ai compris que nous avions vraiment réussi à gagner. Brandir le trophée est une expérience unique.

Chelsea soulève le trophée de la Champions League
Chelsea soulève le trophée de la Champions League

Édouard Mendy sur l'apport de Thomas Tuchel

Il est charismatique, il a des qualités de leader. C'est quelqu'un qui fait participer les gens, donc avoir un coach comme ça est vraiment très motivant.

Il a vraiment introduit l'idée que nous étions une équipe dans laquelle chacun était important. Cela a été démontré au cours des six mois qui ont suivi sa nomination. Presque tous les joueurs de l'effectif ont joué. Ensuite, il a apporté sa propre philosophie, qu'il a inculquée. Je pense que cela a tout de suite convenu au groupe. Ce qu'il voulait faire était éminemment possible avec cet effectif, et les résultats ont été immédiats.

Édouard Mendy sur son parcours de gardien de but

Je n'ai pas toujours voulu être gardien de but, mais je n'avais pas beaucoup d'avenir plus haut sur le terrain. On m'a demandé d'aller dans les buts, et tout s'est fait naturellement après cela. J'ai connu toutes les divisions en France, de la sixième division à la Ligue 1. Entre les deux, il y a eu une période où j'ai été au chômage pendant un an, à 22 ans, mais j'ai travaillé pendant cette année, j'ai travaillé deux fois plus que les autres. J'ai eu la chance de mon côté et cela a heureusement payé. J'ai eu la chance de signer à l'Olympique de Marseille. Et je n'ai fait que grimper à partir de là.

Après la saison écourtée par le COVID, Chelsea s'est intéressé à moi, et malgré ma qualification pour la Champions League avec Rennes, c'était quelque chose que je ne pouvais pas refuser. C'était la ville où je voulais vivre, c'était le club où je voulais jouer, les couleurs que je voulais défendre. Rennes a compris. J'ai rejoint Chelsea et tout s'est bien passé pour moi.

Regardez la superbe parade de Mendy devant Benzema
Regardez la superbe parade de Mendy devant Benzema

Édouard Mendy sur ses moments compliqués

Un an sans club, c'est long, alors on se dit : « Peut-être que je ne suis pas fait pour ça. » J'ai eu la chance d'avoir ma famille autour de moi. Ils m'ont rassuré sur le fait que je pouvais réussir dans le football et m'ont dit de ne pas abandonner.

Lorsque je me suis retrouvé au chômage à 22 ans, j'ai été laissé en plan par mon ancien agent. J'étais intérieurement en colère. J'étais également contrarié de rentrer chez moi car j'avais l'impression de tout recommencer. Jusque-là, j'avais été indépendant, j'avais été libre, j'avais mon appartement, j'avais mon salaire, donc je n'avais eu besoin de personne. Puis je me suis soudain retrouvé à avoir clairement besoin de ma famille, alors que c'est moi qui les avais aidés jusque-là. Je me suis senti gêné, et il y avait aussi ce sentiment d'impatience parce que c'était une année très longue.

Édouard Mendy sur le fait d'avoir été repéré par Petr Čech de Chelsea

Čech, la kryptonite de Messi
Čech, la kryptonite de Messi

J'ai souvent parlé à (mon agent), qui m'a parlé de l'intérêt de Chelsea. J'essayais de ne pas y penser parce que Chelsea est une grosse pointure et que je venais de loin, mais quand les conversations téléphoniques ont commencé à s'intensifier, j'ai compris que Chelsea était vraiment intéressé et que je devais foncer.

Je me suis dit que Chelsea signerait peut-être un autre gardien de but, mais Petr m'a appelé. Il m'a dit : « Écoute, un seul gardien va signer pour le club, et ce sera toi. Je ne veux que toi. » Quand un gardien comme Petr, avec la carrière qu'il a eue et étant la légende de Chelsea qu'il est, vous dit ça, ça vous calme un peu.

Édouard Mendy pose avec son maillot au Chelsea Training Ground, le 24 septembre 2020 à Cobham, en Angleterre.
Édouard Mendy pose avec son maillot au Chelsea Training Ground, le 24 septembre 2020 à Cobham, en Angleterre.Chelsea FC via Getty Images

Édouard Mendy sur les prochaines étapes

Cette année a été fantastique. Maintenant, nous devons continuer. Nous devons nous remettre en question, nous devons repartir de zéro lorsque la saison reprendra. Ce que nous avons fait était bien, mais nous devons laisser cela de côté et continuer à nous fixer d'autres objectifs, continuer à progresser et à nous efforcer de rendre ce club meilleur.

Suis-je l'un des meilleurs gardiens de but du monde ? Je ne pourrais pas vous le dire, mais pour moi, le plus important est d'être le meilleur pour mon équipe. Être le meilleur pour mon club signifie être le meilleur chaque jour et être le meilleur possible sur le terrain, en aidant mon équipe à gagner des trophées. J'ai progressé chaque année et j'ai fait de même l'année dernière, or c'est quelque chose que je veux faire chaque année. C'est quelque chose que je veux tout le temps.