Barcelone "pas favori"

Les Barcelonais Andrés Iniesta et Dani Alves évoquent une Super Coupe plus équilibrée qu'annoncée contre le FC Séville, mardi.

Andrés Iniesta en conférence de presse
©Getty Images

Andrés Iniesta, Barcelone, milieu
Nous n'avons pas oublié (le Barcelone - Séville de 2006 en Super Coupe). Séville avait mérité de gagner à l'époque, c'est la raison pour laquelle tous ceux qui affirment que nous allons gagner facilement se trompent et ce n'est pas notre façon de penser. Ce sera un match difficile contre un adversaire difficile. Il nous faut aborder cela comme une vraie finale.

Le fait d'avoir remporté trois titres la saison dernière nous donne encore plus faim de trophées comme la Super Coupe ou la Coupe du Monde des clubs. Bien sûr, nous réalisons que ce n'est pas facile de remporter ces titres. Très peu d'équipes l'ont déjà fait, mais ce match va lancer la série.

La saison dernière, nous n'avons cessé de progresser et nous espérons qu'il en sera ainsi cette saison. Chaque fois qu'il y a un changement d'entraîneur ou de joueur, il faut s'adapter. Nous avons démontré des progrès significatifs la saison dernière et nous avons très bien fini. Ce fut un succès total. On espère maintenant continuer à grandir cette saison.

Dani Alves, Barcelone, défenseur
En 2006, je jouais de l'autre côté et cela m'a appris énormément. L'une des choses que j'ai apprises c'est que dans une finale, il faut se battre. J'ai lu que nous étions favoris pour gagner, mais il faut bien comprendre qu'aujourd'hui il n'y a plus vraiment de favori dans ce genre de match. Les gens disent cela un peu pour se protéger, ils font l'éloge de leur adversaire de manière à protéger leur propre réputation. Si nous sommes favoris, alors nous devons le démontrer sur la pelouse.

Jouer contre (son ancien club) Séville est devenu assez normal pour moi. Barcelone et Séville sont de grandes équipes qui ont toujours beaucoup de chances de s'affronter. Cependant, j'ai vécu à Séville, j'y ai grandi en tant que joueur et en tant que personne, je serai toujours redevable envers cette ville. Avec le temps, les matches ont moins de signification. Il y a toujours des amitiés et une fois que le coup d'envoi est donné, c'est un match de football comme un autre.

Égaler (Paolo) Maldini (au nombre record de Super Coupes remportées) serait un honneur, mais je ne peux pas me comparer à lui. Il a joué à une époque différente et il avait des qualités différentes.

Dani Alves à l'entraînement à Tbilissi
Dani Alves à l'entraînement à Tbilissi©Getty Images
Haut