UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Super soirée pour Séville

Le FC Séville a déjoué les pronostics en remportant la Super Coupe de l'UEFA 3-0, le 25 août, face au FC Barcelone.

Le FC Barcelona était favori de la Super Coupe de l'UEFA, le 25 août, fort de sa victoires dans l'UEFA Champions League et la Liga. Il a pourtant subi la lois du Sevilla FC, détenteur de la Coupe UEFA, et 5e du championnat d'Espagne (3-0).

Rencontre entre compatriotes
C'était la troisième fois que des compatriotes se disputaient le trophée, l'AC Milan ayant participé aux deux autres finales : une victoire en 1990 face à l'UC Sampdoria et une défaite en 1993 face au Parma AC. A l'époque, la compétition se jouait en matches aller-retour entre le vainqueur de la Coupe des champions et celui de la Coupe des vainqueurs de coupe européenne. Cette année, 17 480 personnes, emplissait le stade Louis II, un record depuis cinq ans.

Barcelone pris à froid
Les joueurs de Frank Rijkaard ne sont jamais vraiment entrés dans la rencontre. Face aux Sud-Américains de Séville, c'est un péché qui peut coûter cher. Sur une montée de la recrue andalouse Christian Poulsen, Renato servait Luis Fabiano au-delà de la ligne d'avantage au point de penalty. Le Brésilien butait sur la sortie de Victor Valdés, mais son passeur avait suivi pour pousser le ballon dans le but vide (0-1, 7e).

Ronaldinho se chauffe
Avec Barcelone mené d'entrée, les spectateurs neutres de Louis II se frottaient les mains. Les stars "blaugrana", elles commençaient à peine à se dérouiller les pieds. Il fallait attendre la 32e minute pour voir Samuel Eto'o balle au pied dans la surface… contré par un bas noir, après une accélération de Ronaldinho.

Kanouté enflamme le match
Une frappe d'Eto'o (40e), puis les dribbles de plus en plus débridés de Lionel Messi ne déstabilisaient pas l'adversaire qui restait d'ailleurs sur une victoire face au champion d'Espagne en Liga. Sur leur seul corner de la première période, les Sévillans allaient même aggraver la marque. Le dégagement aux poings de Valdés tombait sur la tête de Jesús Navas qui trouvait celle de Frédéric Kanouté. Dos au but, le Malien né en France faisait mouche (0-2, 45e).

L'envie est andalouse
A la reprise, Juande Ramos lançait José Luis Martí sur la droite, à la place de l'attaquant Fabiano, pour conserver le résultat. Ce qui ne changeait pas, en revanche, c'est l'envie andalouse. Les entrées d'Eidur Gudjohnsen et Andrés Iniesta allait-elles modifier la donne. Le premier Islandais à porter le maillot du Barça obtenait une demi-occasion pour son premier ballon (58e). Le transfuge du Chelsea FC mettait ensuite à contribution Palop sur une volée écrasée (63e).

Le Barça impuissant
Dans le même temps, Seville profitait du moindre contre pour lancer Kanouté. A 22 minutes de la fin, la remise de ce dernier sur Renato manquait d'offrir le doublé au Brésilien. Dans le dernier quart d'heure, la partie s'animait encore avec l'entrée de Ludovic Giuly. Mais même avec cinq attaquants (Messi, Giuly, Ronnie, Gudjohnsen et Eto'o), le Barça était inopérant. Pire, Antonio Puerta obtenait un penalty pour une faute de Carles Puyol et Enzo Maresca marquait le penalty en force (0-3, 90e).