Liverpool a du retour !

Liverpool FC – CSKA Moskva 3-1 a.p.
Mené pendant près d'une heure à Monaco, le vainqueur de la Champions League a fait craquer le tenant de la Coupe UEFA.

Par Christian Châtelet

Le Liverpool FC a remporté vendredi à Monaco sa troisième Super Coupe de l'UEFA aux dépens du PFC CSKA Moskva pourtant en tête de la 28e à la 82e minute mais terrassé en prolongation (3-1). L'entrée de Djibril Cissé en fin de match fut décisive. L'attaquant international français a inscrit un doublé et réalisé une passe décisive.

Ne pas marcher seul
Liverpool avait remonté trois buts à l'AC Milan pour remporter la finale de l'UEFA Champions League il y a trois mois. Avec une longueur de retard, les Moscovites, vainqueurs de la Coupe UEFA, étaient loin d'être à l'abri.

Ils avaient promis un grand match
Pour succéder au Valencia CF, vainqueur il y a un an sur cette pelouse du FC Porto, Valeri Gazzaev le Russe et Rafael Benítez le Merseysider avaient promis à la fois de l'envie et du spectacle. On pouvait les croire car les deux équipes sont déjà bien avancées dans leur saison. Mais en début de match ils avaient beau s'agiter sur leur banc, les occasions ne venaient guère (intervention d'Igor Akinfeev sur Luis García, 10e minute).

Gerrard absent
Côté anglais, l'absence du meilleur joueur européen de la saison dernière se faisait sentir. Steven Gerrard – touché au mollet – n'était même pas sur le banc. En face, il manquait le Croate Ivica Olic en attaque, remplacé par Miloš Krasic.

La tactique qui fait mal
Le Serbo-Monténégrin décochait la première frappe moscovite (27e , un peu trop croisée). Une rareté car, selon une tactique qui fit le malheur de l'AJ Auxerre au printemps dernier, le CSKA faisait le dos rond. Lorsque Liverpool était enfin installé dans le camp russe, Daniel Carvalho réveillait un stade acquis aux joueurs de l'Armée en contre, servi entre John Arne Riise et Sami Hyypiä par Vágner Love (0-1, 28e).

Habitué des lieux
Cet amour du geste juste si cher à Gazzaev avait encore frappé. Il menacerait sans relâche les rois d'Europe qui pâtissaient du manque d'inspiration de Luis García pourtant bien épaulé par Fernando Morientes, un habitué des lieux.

Le CSKA inébranlable
Ni Josemi (53e, au-dessus), ni les entrées de Florent Sinama-Pongolle à la place Steve Finnan (55e) et Mohamed Sissoko pour Xabi Alonso (70e), ni même une première demi-erreur d'Akinfeev (60e) ne parvenaient à infléchir le destin de la rencontre disputée au rythme choisi par les Russes. Il fallait attendre l'arrivée en jeu de Djibril Cissé pour voir renaître l'espoir.

Les Français prolongent le désir
Sur un long dégagement de José Manuel Reina, le troisième remplaçant français des Reds était lancé par une passe de la poitrine de García. Un contre favorable de la main lui ouvrait le chemin du but (1-1, 82e). Prolongation.

Cissé encore
La dernière datait de 2000. Le Galatasaray SK l'avait emporté 2-1 sur le Real Madrid CF. Une nouvelle course de Cissé sur une ouverture venue de l'arrière permettait à l'histoire de se répéter. Butant une première fois sur Akinfeev à bout portant, "Djib" bondissait sur le rebond (2-1, 103e).

Cissé toujours
Peu après la reprise, Reina réussissait son premier arrêt de la soirée devant Love mais les Russes abdiquaient à la 109e minute. Sur un superbe centre de Cissé, Luis García, seul, trompait Akinfeev de la tête (3-1, 109e). Liverpool réussissait encore une mémorable remontée.

Haut