Deschamps, le chef de chantiers !

Sans Raphaël Varane, menagé, les Bleus affrontent le Pays de Galles vendredi au Stade de France. Début de la dernière ligne droite vers la Russie.

Didier Deschamps est loin d'avoir sa liste des 23 en tête
Didier Deschamps est loin d'avoir sa liste des 23 en tête ©AFP/Getty Images

La qualification pour la Coupe du Monde FIFA 2018 en Russie acquise depuis un mois, l'équipe de France attaque vendredi sa série de matches amicaux, sept mois avant la grande échéance. Didier Deschamps et ses hommes, sauf Raphaël Varane ménagé en raison d'une blessure à la cuisse gauche, affrontent le Pays de Galles au Stade de France. Et mardi, ce sera les retrouvailles avec l'Allemagne, battue en demi-finales de l'UEFA EURO 2016. 

Le programme des amicaux

France-Belarus, le match de la qualif
France-Belarus, le match de la qualif

Ces deux rencontres, plus celles du mois de mars prochain, ce sera autant d'occasions pour le sélectionneur de tester des joueurs en vue de sa liste. "Je peux tout faire dans l’absolu", a-t-il annoncé.

Incertitudes

"L'équipe qui va commencer demain ne sera pas la même que mardi. Certains joueront mais je ne sais pas encore exactement lesquels. On a aussi la possibilité de faire six changements en match amical et non pas trois. Cela donne la possibilité de faire jouer plus de joueurs."

N'Zonzi rêve de la Russie

Pavard, quelle histoire !

"On a aussi beaucoup d'absences (Lloris, Kanté, Mendy, Sidibé, Pogba, Lemar, Dembélé, Payet) mais j'ai confiance en ces 24 joueurs. Que ce soit sur dix minutes, une mi-temps, un match, à eux d'être performants pour l'intérêt du collectif. L'équipe est au-dessus de tout." Le message est clair pour ceux qui ne sont pas "assurés" d'aller en Russie et qui peuvent profiter de ce dernier rassemblement de 2017 pour se montrer.

Anthony Martial fait partie de ceux qui doivent profiter des absences
Anthony Martial fait partie de ceux qui doivent profiter des absences©Getty Images

Comme les joueurs, Didier Deschamps sait parfaitement que la qualification n'était qu'une étape mais les derniers mois avant la Russie vont passer très vite. "J'ai des dossiers partout ! Évidemment, on a une marge de progression. On a huit joueurs absents, et pas des moindres.

C'est encore le moment de jouer l'ouverture. Je n'ai pas de certitudes, j'ai des convictions", a continué l'ancien capitaine des Bleus champions du monde 1998. Beaucoup de travail donc pour les Bleus et leur sélectionneur mais peu de matches, il ne faut plus perdre de temps ! 

Haut