La perfection selon Palop

Andrés Palop reconnaît qu'il n'est pas près d'oublier cette Coupe UEFA après sa performance unique en finale.

A l'origine du premier but, auteur de plusieurs arrêts impressionnants et héros des tirs au but, Andrés Palop estime que cette Coupe UEFA restera gravée dans sa mémoire.

"Il a fait la différence"
Le gardien du Sevilla FC a été le bourreau du RCD Espanyol à Glasgow. A 33 ans, c'est lui qui a trouvé la faille dans la défense adverse à la 18e minute, sur une superbe relance vers Adriano Correia en milieu de terrain à la suite d'un corner, permettant au Brésilien de filer au but. 90 minutes plus tard, c'est dans un rôle plus habituel qu'on le retrouve, il détourne les tirs au but de Luis García, Jônatas et Marc Torrejón pour offrir une deuxième Coupe UEFA d'affilée à Séville. L'entraîneur de l'Espanyol Ernesto Valverde jugeait : "C'est le gardien [de Séville], un joueur de grande classe, qui a fait la différence".

"Reconnaissance personnelle"
Palop continue pourtant de faire preuve de modestie, minimisant son titre d'homme du match. "La reconnaissance personnelle, c'est bien, mais le triomphe de l'équipe est bien plus important à mes yeux", insiste l'ancien du Valencia CF. "Je suis très content d'avoir apporté ma contribution en effectuant quelques beaux arrêts et je me sentais en pleine forme. Avant la séance de tirs au but, j'étais vraiment nerveux. C'est une question d'intuition et de chance. Nous en avons eu et je suis tout simplement heureux d'avoir pu offrir ce trophée à tous les supporteurs qui ont fait le déplacement." Ceux-ci ne s'y sont pas trompés et leurs acclamations ont redoublé d'intensité lorsque Palop s'est avancé pour brandir la Coupe.

Excellents souvenirs
Séville était à deux doigts de se faire sortir de la compétition en huitièmes de finale face au FC Shakhtar Donetsk. Il ne restait que quelques secondes à jouer et les Sévillans perdaient 4-3 au total des deux rencontres lorsque Palop surgit sur un corner pour propulser le ballon au fond des filets d'un puissant coup de tête et forcer la prolongation. Dès cet instant, les Andalous n'ont plus jamais regardé vers l'arrière. "C'était un tournoi parfait pour moi. J'ai inscrit un but, j'ai arrêté des penalties et j'ai offert des occasions à mes coéquipiers - ce sont des souvenirs que je ne suis pas près d'oublier."

Haut