Le site officiel du football européen

Fiesta à Eindhoven

Publié: Jeudi, 11 mai 2006, 0.15HEC
Middlesbrough FC - Sevilla FC 0-4
Les Anglais craquent sur la fin. Le trophée retourne en Espagne.
par Christian Châtelet
 
Publié: Jeudi, 11 mai 2006, 0.15HEC

Fiesta à Eindhoven

Middlesbrough FC - Sevilla FC 0-4
Les Anglais craquent sur la fin. Le trophée retourne en Espagne.

Dans une finale tendue, mercredi aux Pays-Bas, la décision s'est faite dans le dernier quart d'heure grâce à un doublé de Vicenzo Maresca pour le Sevilla FC. Contraint de pousser après l'ouverture du score andalouse en première période, le Middlesbrough FC laisse filer le bonheur d'un premier trophée européen.

Un sans faute
Au dépens du 14e de la Premiership, Le 5e de la Liga remporte son premier trophée depuis la Copa Del Rey 1957/58. Les hommes de Juande Ramos ont effectué un sans faute au long de la saison et dans leur dernier match, où ils se sont montrés très efficaces. Les tombeurs du LOSC Lille Métropole en 8e de finale deviennent la troisième équipe espagnole vainqueur de la Coupe UEFA. Julien Escudé, lui, est le sixième Français à remporter cette compétition.

Rouge et blanc
Cette 35e finale s'est déroulée dans une ambiance festive toute rouge et blanche : les couleurs des deux clubs et du PSV Eindhoven qui prêtait son PSV Stadion pour l'occasion. Le spectacle était à la hauteur des supporteurs enthousiastes. A l'image de la saison des deux prétendants qui les a amenés à disputer leur première finale.

Adriano déboule
C'est sans doute pourquoi les débuts étaient hésitants de part et d'autre. Bientôt, toutefois, le scénario prévu – ballon dans les pieds espagnols, "kick and rush" anglais à destination de Mark Viduka et Jimmy Floyd Hasselbaink  - se mettait en place. Masqué de plexiglas en raison de sa fracture à la pommette, le gardien de Middlesbrough Mark Schwarzer intervenait deux fois dès la 8e minute sur des centres en retrait d'Adriano Correia remuant sur la gauche.

Palop à l'aise
Boro avait adressé la première frappe cadré par Fábio Rochemback. Andrés Palop ne pouvait que repousser (6e). C'était le seul arrêt de l'ancien Valencian en première période. Car le jeu roulait ses "r" et faisait reculer la défense commandée par Gareth Southgate.

Fabiano plus haut que Southgate
Le vétéran anglais - 35 ans - défaillait le premier. Sur un long centre aérien de Daniel, le capitaine anglais restait scotché au sol alors que Luis Fabiano s'élevait à douze mètres du but pour décroiser sa tête. Poteau rentrant (0-1, 26e). Trois minutes plus tard, Adriano Correia loupait le break de l'entrée de la surface, cherchant plus la puissance que la précision. Le manager Steve McClaren avait du travail à la mi-temps.

La réaction anglaise
Le futur sélectionneur de l'Angleterre décidait de lancer Massimo Maccarone, le joker génial des deux derniers tours, mais la première occasion était un contre mené par Jesús Navas terminé par un tir hors cadre d'Adriano pour les Andalous (49e). Les changements de McLaren commençaient à faire effet à la 51e minute quand Viduka, servi par la tête de Rigott, après un coup franc dans l'axe, butait de près sur Palop.

Hasselbaink au-dessus
C'était le signal. Dès lors, Boro prenait le contrôle des opérations pour égaliser. Maccarone forçait Palop à une claquette dans un angle impossible (59e). Hasselbaink bottait un coup franc, idéalement placé, juste au-dessus (68e). Lancé par le Néerlandais, Viduka visait aussi à côté (76e). Acceptant la domination anglaise, Juande Ramos, lui, avait fait entrer Frédéric Kanouté à la place de Javier Saviola, au cas ou quelque contre express pouvait hâter le dénouement.

Boro prend des risques
Une option d'autant plus intéressante que l'arrière gauche Franck Queudrue sortait à la 71e minute pour les Anglais, remplacé par l'attaquant Yakubu Ayegbeni. En 3-3-4, le club de la Teesside devait vaincre ou mourir. L'agonie était précipitée par Enzo Maresca à la 78e minute. L'Italien du FC Séville marquait le second but à l'issue d'un contre mené par l'implacable Jesus Navas. Schwarzer s'interposait sur la frappe de Kanouté. Le ballon arrivait dans les pieds de l'ancien de la Juventus (0-2).

Coup de tonerre
"La foudre a frappé deux fois au même endroit", commentait McClaren après les deux renversements de situation face au FC Basel 1893 (tot. 4-3) et au FC Steaua Bucuresti (tot. 4-3) en quart et en demi-finale. Le troisième coup de tonnerre, cette fois, venait de Maresca, qui marquait un doublé pour faire chavirer le virage attenant au but de Schwarzer, piégé sur la reprise croisée du Transalpin des 20 m.

Score historique
Complètement démobilisés, les Anglais encaissaient encore un but par Frédéric Kanouté à la 89e minute (0-4). Une reprise imparable scellant la plus large victoire en finale sur un match. Succédant au Valencia CF (2003/04) et au Real Madrid CF (1984/85 et 1985/86), le FC Séville ramenait la Coupe UEFA en Espagne après l'intermède du PFC CSKA Moskva.

Pas fini pour Séville
Tandis que la saison se termine trop durement pour Boro, les Sévillans peuvent encore viser la 3e place de la Liga et agrémenter leur triomphe d'une place en UEFA Champions League.

Mis à jour le: 28/09/14 2.46HEC

En relation

Équipes
Match associé
  • SSI Err

http://fr.uefa.com/uefaeuropaleague/season=2005/matches/round=2214/match=84102/postmatch/report/index.html#fiesta+eindhoven