UEFA Europa League : les surnoms des qualifiés

Des Canaris aux Aigles, des Garçons aux Minuers, revue des 32 surnoms des qualifiés de l'UEFA Europa League.

©Getty Images

Arsenal – The Gunners (Les Canonniers)
Arsenal fut créé par des ouvriers de l'armement à Woolwich en 1886. D'où le nom Arsenal, le canon sur le logo et donc, le surnom.

BATE : en jaune et bleu
BATE : en jaune et bleu©Getty Images

BATE Borisov – Zholto-Sinie (Jaune-Bleu)
BATE est l'acronyme de Borisov Automobile and Tractor Electronics, qui fonda le club en 1973. Ce n'est pas avant 2001 - cinq ans après la reformation du club - que les couleurs du club apparaissent sur le nouveau logo. Le drapeau au centre de celui-ci symbolise le désir de victoire. Il est inspiré de celui du PSV Eindhoven.

Bayer Leverkusen – Die Werkself (L'équipe des travailleurs)
Leverkusen a débuté en tant qu'équipe du géant de la pharmaceutique Bayer en 1904 suite à une pétition signée par 170 ouvriers.

Le top buts de la phase de groupes
Le top buts de la phase de groupes

Benfica – Águias (Les Aigles)
Surnom issu de l'aigle qui surmonte le logo de Benfica depuis la création du club en 1904 et qui symbolise l'indépendance, l'autoritié et la noblesse. Le club possède actuellement deux aigles, Vitória (Victoire) and Glória (Gloire). Avant chaque match à domicile, l'un des deux survole le stade avant de venir se poser sur le logo du club. 

Celtic – The Bhoys (Les Garçons)
Le club possède des racines irlandaises et était initialement connu sous le terme 'the bold boys' (les audacieux garçons). L'orthographe du surnom est inspiré du gaélique où la lettre b est souvent accompagnée d'un h.

Le bleu, la couleur de Chelsea
Le bleu, la couleur de Chelsea©Getty Images

Chelsea – The Blues (Les Bleus)
Chelsea a toujours évolué en bleu, à l'origine un bleu plus pâle issu de l'école publique d'Eton, alma mater du premier président du club. Le bleu roi est adopté en 1912. "Blue is the Colour" (Bleu est la couleur) est toujours populaire à Stamford Bridge. Cette chanson, originellement chantée par l'équipe lors de la préparation de sa finale de Coupe de la Ligue en 1972 et qui a atteint la cinquième place des charts britanniques.

Club Bruges – Blauw-Zwart (Bleu et Noir)
Un autre club dont le surnom est le simple reflet des couleurs du club bien que la mascotte soit un our - le symbole de la ville de Bruges. L'histoire de l'ours est liée à la légende selon laquelle le premier comte de Flandre, Baldwin Ier de Flandre, s'était battu et avait vaincu un ours durant sa jeunesse.

Dinamo Zagreb – Modri (Bleus)
Dinamo a succédé au HŠK Građanski après la Seconde Guerre Mondiale. Le nouveau club a repris les couleurs de son prédécesseur, les supporters et plusieurs de ses joueurs en étant issus, disputant ainsi les matchs sur l'ancien terrain.

Les meilleurs arrêts de la saison
Les meilleurs arrêts de la saison

Dynamo Kyiv – Bilo-Syni (Blanc-Bleu)
Le surnom fait référence aux couleurs que le géant ukrainien porte depuis plus de 90 ans.

Eintracht Frankfurt – Adler (Les Aigles) or Launische Diva (La Diva Capricieuse)
Le logo du club est issu des armoiries de la ville, en référence à l'aigle impérial à une tête du XIIIe siècle. La Diva Capricieuse est utilisée en grande partie durant les années 90 pour rappeler que le club parvenait à régulièrement battre les grandes équipes mais souffrait contre les petits.

Fenerbahçe – Sarı Kanaryalar (Les Canaris jaunes)
L'histoire veut que Cihat Arman, gardien entre 1939 et 1952, portait un maillot jaune clair et ses arrêts accrobatiques le faisaient ressembler à un oiseau. Un supporter l'a appelé alors Le Canari Jaune, le surnom est resté.

Cimbom : Le surnom de Gala
Cimbom : Le surnom de Gala©AFP/Getty Images

Galatasaray – Cimbom
L'origine exacte du mot Cimbom est inconnue mais il est entouré de plusieurs légendes urbaines : d'une interview d'un boxeur à des filles françaises vendant des bonbons devant l'école en passant par un chant suisse modifié.

Genk – De Smurfen (Les Schtroumpfs)
Certains les appellent les Genkies (le nom générique des habitants de la ville), d'autres les Mineurs (en souvenir des mines de charbon) mais les Schtroumpfs, c'est le surnom préféré des supporters, ça leur rappelle évidemment cette bande dessinée belge et ces créatures bleues vivant dans la forêt. Cela vient de leur équipement bleu et blanc et plus tard, cela a inspiré un tifo lors du derby contre Saint-Trond (les Canaris) où l'on voyait le Grand Schtroumpf avec un Titi dans sa main.

Inter Milan – Nerazzurri (Les Noir et Bleu) ou Il Biscione (Le Serpent)
Depuis sa fondation en 1908, l'Inter porte des bandes noires et bleues, suggérant que le noir a été choisi pour représenter la nuit et le bleu pour signifier le ciel. Le serpent est un symbole important pour la ville, apparaissant souvent dans l'héraldique milanaise et sur les armoiries de la ville.

Les stars montantes de l'UEFA Europa League
Les stars montantes de l'UEFA Europa League

Krasnodar – Byki (Les Taureaux) 
La bête est représentée sur l'écusson d'une équipe fondée il y a seulement neuf ans. Le président du club, Sergei Galitski, explique : "Il aurait été étrange qu'un club de la région du Kuban ait un logo représentant un perroquet ou une girafe. Les taureaux, cependant, sont très communs."

Lazio – Aquile (Les Aigles) ou Aquilotti (Les Aiglons)
Ce surnom reflète l'insigne du club qui remonte à 1900 et Luigi Bigarelli, officier de l'armée et sportif. Au moment de choisir l'emblème lui-même, l'aigle était un choix immédiat : un fier animal symbolique des légions romaines.

Malmö – Di Blåe (Les Bleus), Himmelsblått (Les Bleu ciel)
Les couleurs du club qui ont généré les surnoms n'ont pas toujours été utilisées. Leur prédécesseur, BK Idrott, portait des maillots à rayures bleues et blanches, initialement utilisés lors de la fondation de Malmö en 1910. Une décennie plus tard, les rayures rouges et blanches signifiaient que Malmö était devenu un club indépendant.

Napoli – Partenopei
De l'ancien nom de la ville, Parthenope. Dans la mythologie grecque, Parthénope est l’une des sirènes qui s’est jetée à la mer et s’est noyée lorsque son chant a échoué à attirer Ulysse. La ville a été nommée en son honneur, car la légende raconte que son corps a été emporté sur l'île locale de Megaride.

Best-of de la phase de groupes
Best-of de la phase de groupes

Olympiacos – Thrylos (La Légende)
L’Olympiacos doit son surnom à des journalistes sportifs enthousiastes de la fin des années 1920 lors d’une série de rencontres amicales disputées lors de tournois internationaux.

Rapid Vienne – Die Grün-Weißen (Les Vert et Blanc)
Les maillots verts et blancs ont été à l'origine du surnom, introduit en 1904. Le premier club de football des travailleurs viennois, fondateur du club, avait à l’origine joué en rouge et en bleu, couleurs encore souvent utilisées pour le maillot extérieur.

Vert et Blanc, deux couleurs populaires
Vert et Blanc, deux couleurs populaires©AFP/Getty Images

Real Betis – Verdiblancos (Les Vert et Blanc)
Le surnom du club est inspiré par les couleurs, les mêmes que le Celtic, mais c'est aussi un hommage à leur plus célèbre entraîneur. L'Irlandais Patrick O'Connell a mené le Betis à son seul titre de champion, en 1934/35. Les Andalous avaient fini avec un point d'avance sur le Real Madrid.

Rennes – Les Rouge et Noir (The Red and Blacks)
Le Stade Rennais a fusionné avec son rival, le FC Rennais, en 1904 pour former le Stade Rennais Université Club. Le club a adopté le rouge et le noir, ce qui a inspiré leur surnom.

Fils de Mozart, en quelque sorte
Fils de Mozart, en quelque sorte©AFP/Getty Images

Salzbourg – Die Mozartstädter
Le principal club autrichien est plus souvent associé au nom de la boisson énergétique qui en est propriétaire. Mais il est aussi connu sous le nom de Die Mozartstädter, un nom en lien avec l'enfant prodige de la ville : Wolfgang Amadeus Mozart.

FC Séville – Palanganas (Les lavabos)
Un autre surnom de provenance incertaine. Une explication est que l’Estadio Ramón Sánchez Pizjúan ressemble à un lavabo. Une autre dit que les lavabos dans le début du 20ème siècle étaient blancs avec une doublure rouge, imitant les couleurs du club.

Shakhtar Donetsk – Les Mineurs
Hommage au milieu minier de la région du Donbass - Shakhtar signifie ouvrier des mines en ukrainien. Il y a un marteau et une pioche sur l'écusson du club et de nombreux supporters portent des chapeaux orange vif.

Slavia Praha – Sešívaní (The Stitched)
Selon la légende, les étudiants qui ont fondé le club en 1892 ont demandé à leurs mères de coudre leur chemise ensemble pour eux, après avoir opté pour le rouge et le blanc. Le rouge symbolise le cœur que les joueurs mettent dans les jeux, tandis que le blanc représente le fair-play et l'esprit sportif.

Les plus beaux gestes de la phase de groupes
Les plus beaux gestes de la phase de groupes

Sporting CP – Leões (Lions)
En hommage au Roi de la jungle que l'on peut voir sur l'emblème du club. Les Lisboètes sont également souvent surnommés les Vert et Blanc, en raison de leurs couleurs traditionnelles.

Valencia – Blanquinegros (Les Blanc et noir) or Los Murciélagos (Les Chauves-souris)
Il y a près d'un siècle, le kit d'origine de Valencia consistait en un maillot blanc avec un short et des chaussettes noires, mais la référence de la chauve-souris est encore plus riche en histoire, elle remonte à 1238. La légende raconte qu'une chauve-souris aurait atterri sur le drapeau de James I alors qu'il allait conquérir la ville - il l’a interprétée comme un signe positif et l'a ajoutée aux armoiries de la ville.

Viktoria Plzeň – Viktoriáni
Auto-explicatif. Le surnom a perduré même lorsque l'équipe tchèque a abandonné la partie célébrant la déesse romaine de la victoire pendant plus de 40 ans avant d'y revenir en 1992. La saison suivante, ils ont été promus.

Dans le Sous-Marin jaune
Dans le Sous-Marin jaune©Getty Images

Villarreal – El Submarino Amarillo (Le Sous-Marin jaune)
C'est un groupe de supporters qui a associé le club aux Beatles durant un match austade El Madrigal, en 1968, en changeant les paroles de la chanson du célèbre groupe : "Amarillo es el Villarreal/amarillo es/amarillo es" (Villarreal are yellow, they are yellow ; en français : Vilarreal est jaune, oui, jaune).

Zenit – Sine-Belo-Golubye (Bleu, Blanc et Bleu ciel) 
D'après Wikipedia, le club est surnommé Zenitchiki (Canons anti-aériens), mais personne n'utilise ce surnom. On entend parfois Zenitovtsy (ceux qui appartiennent au Zenit), mais c'est Sine-Belo-Golubye que l'on croise le plus. Mais généralement, on se contente de Zenit.

Zürich – Der Stadtclub (Le Club de la Ville)
Bien que Zurich ait été créée en 1896 par les anciens membres des trois clubs locaux, dont le fondateur de Barcelone, Joan Gamper, et soit connu comme le club des travailleurs - par opposition à la réputation de ses rivaux des Grasshoppers - il n'y a pas de réponse claire à ce choix de surnom.

Haut