Payet : "Jamais senti une atmosphère aussi exceptionnelle"

En ce début de saison d'Europa League, Dimitri Payet revient sur l'épopée de l'OM la saison dernière et confie son amour pour le club et sa ferveur.

Dimitri Payet grand fan de la ferveur marseillaise
Dimitri Payet grand fan de la ferveur marseillaise ©UEFA.com

L'Olympique de Marseille nourrit de grandes ambitions en UEFA Europa League cette saison après s'être incliné en finale de la compétition face au Club Atlético de Madrid en mai dernier. Homme clé du parcours des Phocéens jusqu'à la finale à Lyon, Dimitri Payet s'est longuement entretenu avec UEFA.com à l'aube d'une nouvelle épopée européenne.

Le bijou de Payet face à Leipzig
Le bijou de Payet face à Leipzig

UEFA.com : Comment est-ce que vous jugez vos performances de la saison dernière en Europa League avec sept passes décisives et trois buts ?

Dimitri Payet : Ça a été une campagne plutôt intéressante pour nous et pour moi. C'est vrai qu'on est sorti de justesse de la phase de groupes et, à partir de là, on a réussi à faire un joli parcours dans la phase à élimination directe.

Vous avez réalisé de très bonnes prestations, c'était quelque chose de valorisant pour vous ?
Oui, c'est toujours valorisant d'être performant en Coupe d'Europe, surtout dans un club comme celui-là, donc c'est vrai que plus ça allait, plus la ferveur autour de cette épopée européenne augmentait, donc on a vécu vraiment des bons moments.

Temps forts : l'OM battu par l'Atlético en finale
Temps forts : l'OM battu par l'Atlético en finale

Est-ce que cette campagne européenne a créé un élan dans le club, dans le groupe, pour les autres compétitions ?Oui, bien sûr, ça nous a permis d'être à un niveau européen, à un niveau de Coupe d'Europe, qui a fait qu'on a pu, aussi, être performants en championnat. Et ça a permis aussi à tout l'effectif d'être concerné donc ça a été une bonne chose pour nous.

Racontez-nous un petit peu votre histoire, votre attachement avec l'OM, comment ça a commencé et comment ça a grandi ?
J'étais encore à Lille, avec Rudi Garcia d'ailleurs, quand j'ai rejoint l'OM alors que lui avait rejoint la Roma. J'ai passé deux ans avec une année plus difficile et une deuxième où je me suis vraiment épanoui. Après j'ai dû quitter le club pour des raisons qui n'étaient pas spécialement les miennes, mais voilà, j'ai dû être vendu pour renflouer les caisses parce qu'il y avait pas mal de soucis dans ce club à cette époque-là. Et ensuite, deux ans après, j'ai eu l'opportunité de revenir avec le coach Garcia donc c'est sans me poser de questions que j'ai dit oui.

Qu'est-ce qu'il a de si spécial ce club, d'après vous qui le connaissez bien ?
En fait, il faut y être pour vraiment se rendre compte de ce que c'est Marseille, mais c'est vrai que c'est un club qui est complètement à part. C'est le seul club en France à avoir gagné la Champions League, c'est le seul club en France qui vend autant de maillots, c'est le club le plus populaire. On a une attente et un stade exceptionnels donc il faut vraiment être dedans pour savoir que c'est jamais tranquille ici, il y a toujours quelque chose.

Cette ambiance du Vélodrome, elle est unique ?
Honnêtement, j'ai joué à Saint-Étienne où il y a une ambiance quand même assez exceptionnelle, mais le Vélodrome fait deux fois Geoffroy Guichard donc c'est décuplé ici. En même temps, je n'ai pas fait 50 clubs, mais même à l'extérieur dans les clubs contre lesquels j'ai joué je n'ai jamais senti une atmosphère aussi exceptionnelle.

Est-ce que vous pouvez nous dire quelques mots sur chacun des clubs que vous allez affronter en phase de groupes de l'Europa League ?
Oui, la Lazio est le favori de ce groupe. Si je ne dis pas de bêtises, la Lazio a été la meilleure attaque la saison dernière en championnat d'Italie donc il faudra faire attention à eux. Francfort, je ne les ai pas souvent vus jouer mais je les ai vus dans leur finale contre le grand Bayern donc, voilà, ce seront des adversaires qui seront coriaces et même Limassol, je pense que s'ils sont là, ce n'est pas par hasard. Il va falloir prendre match par match, mais si on est à notre niveau, on pourra aspirer à sortir de ce groupe.

Haut