Surnom des équipes UEL : L à Z

Voici la deuxième partie de notre article sur les surnoms des équipes engagées en seizièmes de finale de l'UEFA Europa League.

Lazio et leur mascotte, un aigle, après la victoire en Coppa Italia 2013
Lazio et leur mascotte, un aigle, après la victoire en Coppa Italia 2013 ©Getty Images

Lazio – Aquile (Aigles) ou Aquilotti (Aiglons)
Ce sobriquet vient de l'emblème du club, dont l'origine remontant à 1900 est liée à Luigi Bigarelli, un athlète et officier de l'armée italienne. Le choix du majestueux rapace s'est imposé naturellement : il s'agissait du symbole des légions romaines.

RB Leipzig  RBL
Fondé en 2009, le club est souvent appelé comme la boisson énergétique qui la sponsorise... Mais aussi par son acronyme, comme il est monnaie courante en Allemagne.

Lokomotiv Moscou – Zheleznodorozhniki (Les Cheminots)
Pas de grand mystère ici : le Lokomotiv a été fondé par les employés de la gare Passazhirskaya de Moscou, et le Ministère des Transports russe reste à ce jour le principal sponsor du club. Certains fans utilisent un surnom dont l'origine est encore plus claire : Parovozi (les Trains à vapeur).

Ludogorets Razgrad – Les Aigles
Autrefois surnommé Les Loups, le club bulgare a pris de la hauteur il y a quelques années. En revanche, personne ne sait exactement pourquoi. Selon une théorie partagée, il le doit à la ville jumelée de Razgrad en Russie, qui s'appelle Orel, qui signifie "Aigle".

Lyon – Les Gones
Ici, pas de théorie fumeuse : ce mot signifie "les garçons" en patois lyonnais. En revanche, ce surnom met l'accent sur la jeunesse et l'identité lyonnaise.

Marseille – Les Phocéens
Clin d'œil aux origines millénaires de la ville, qui a été fondée en -600 par des colons grecs de Phocée.

Napoli – Partenopei
Inspiré par l'ancien nom de la ville, Parthénopé. Elle a été baptisée ainsi en l'honneur de Parthénope : une sirène de la mythologie grecque tombée amoureuse d'Ulysse, dont l'indifférence l'amena à se jeta à la mer, où elle se noya. Selon la légende, son corps a échoué sur la petite île de Megaride, à quelques encablures de Naples.

Nice – Les Aiglons
L'aigle a fait son apparition sur les armes de la ville au 15e siècle. Il s'agit d'un emblème impérial lié au pouvoir de la Maison de Savoie. L'OGC, fondé en 1904, l'a adopté volontiers.

Östersund  aucun
Club âgé de tout juste 21 ans, il n'a pas encore trouvé le surnom qui lui convenait le mieux.

Partizan  Crno-beli (Les Noir et Blanc)
Le club de Belgrade adoptait ces couleurs après un amical face à la Juventus en 1957, le club italien offrant deux jeux de maillots à son homologue serbe au terme de la rencontre.

Plzeň – Viktoriáni
Ce surnom vient du nom complet du club, Viktoria Plzeň. Le surnom est resté, même après que l'équipe tchèque a abandonné cet hommage à la déesse romaine de la victoire durant 40 ans, avant d'y revenir en 1992. La saison qui a suivi, ils ont été promus.

Real Sociedad – Txuri-urdin
Le club de Saint-Sébastien, ville du Pays basque, joue en bleu et blanc, et son surnom n'est que la traduction en Euskera, langue basque, de ces deux couleurs.

Salzbourg – Die Mozartstädter
Le principal club autrichien est plus souvent associé au nom de la boisson énergétique qui en est propriétaire. Mais il est aussi connu sous le nom de Die Mozartstädter, un nom en lien avec l'enfant prodige de la ville : Wolfgang Amadeus Mozart.

Spartak Moskva – Narodnaya komanda (L'équipe du peuple)
Le Spartak n'a jamais été lié à un ministère du gouvernement, contrairement aux clubs rivaux de la ville. Le club tire son soutien de toutes les classes sociales, peu importe leur statut ou leur métier. C'est peut-être pour cela que le Spartak est le club le plus populaire de Russie encore aujourd'hui. were never attached to a government department like their big city rivals.

Sporting CP – Leões (Les Lions)
En hommage au Roi de la jungle que l'on peut voir sur l'emblème du club. Les Lisboètes sont également souvent surnommés les Vert et Blanc, en raison de leurs couleurs traditionnelles.

Villarreal – El Submarino Amarillo (Le sous-marin jaune)
C'est un groupe de supporters qui a associé le club aux Beatles durant un match austade El Madrigal, en 1968, en changeant les paroles de la chanson du célèbre groupe : "Amarillo es el Villarreal/amarillo es/amarillo es" (Villarreal are yellow, they are yellow ; en français : Vilarreal est jaune, oui, jaune).

Zenit – Sine-Belo-Golubye (Bleu, blanc et bleu ciel)
D'après Wikipedia, le club est surnommé Zenitchiki (Cannons anti-aériens), mais personne n'utilise ce surnom. On entend parfois Zenitovtsy (ceux qui appartiennent au Zenit), mais c'est Sine-Belo-Golubye que l'on croise le plus. Mais généralement, on se contente de Zenit.

Haut