Simeone : "Fier de mes joueurs"

Les réactions des deux entraîneurs, Diego Simeone et Marcelo Bielsa, après la victoire 3-0 de l'Atlético sur l'Athletic en finale de l'UEFA Europa League.

Diego Simeone et Falcao
Diego Simeone et Falcao ©Getty Images

Les réactions des deux entraîneurs, Diego Simeone et Marcelo Bielsa, après la victoire de l'Atlético dans la finale de l'UEFA Europa League, 3-0, aux dépens de l'Athletic Club, à Bucarest.

Diego Simeone, entraîneur de l'Atlético
Gagner, c'est toujours fantastique. Lorsque vous êtes joueur, vous appréciez plus parce que vous êtes sur la pelouse, vous pouvez courir, vous pouvez crier. Lorsque vous êtes entraîneur, vous devez garder une certaine contenance. Vous savez, la victoire c'est le moment des joueurs. Je suis fier de mes joueurs, je suis heureux pour eux, pour le public de l'Atlético, et je suis reconnaissant envers les gens qui nous ont fait confiance depuis le mois de décembre.

Nous avons joué dans un système différent [contre Bilbao] à Calderón, avec Adrián derrière Falcao. Nous savions qu'à un certain point, nous devrions céder le ballon et leur laisser la possession mais, avec nos quatre joueurs offensifs, nous pouvions leur faire très mal sur une seule passe. Cela nous a beaucoup aidés d'être aussi réalistes (...). Je suis fier de cela.

Je connais Radamel (Falcao) depuis qu'il est tout jeune, je l'ai eu en tant que joueur à River, nous avons gagné un championnat ensemble. Je l'adore en tant que personne et je l'admire. Il n'y a pas de limite à son ambition. Diego est un joueur qui fait la différence. Quand il joue bien, vous avez plus de chances de l'emporter. Il nous faut maintenant essayer de participer à l'UEFA Champions League pour pouvoir le garder avec nous.

Marcelo Bielsa,  entraîneur de l'Athletic
Nous ne nous attendions pas à un tel résultat ce soir. Je ne m'attendais pas à une telle différence entre ce que nous pouvions attendre et ce qui s'est passé. La clé de la rencontre, c'est qu'ils sont parvenus à jouer leur jeu et que ce ne fut pas notre cas. Voilà ce qui a fait la différence.

Nous voulions jouer notre jeu et nous n'y sommes pas arrivés ; eux, ils ont fait ce qu'ils ont voulu et je me sens donc personnellement responsable de ce résultat. Il n'y a pas de consolation possible, il est bien naturel que les joueurs soient affectés. Nous n'avons pas atteint notre objectif alors, bien sûr, nous sommes bouleversés.

L'ampleur du score ne me semble pas justifiée, cet écart est exagéré. Il est disproportionné si on se base sur ce que nous avons pu voir. Ce qui s'est passé sur la pelouse, de mon point de vue, c'est qu'ils ont marqué trois buts sur huit occasions. Nous en avons eu neuf et nous n'avons pas marqué une fois. Ce qui me désole le plus, c'est que l'écart ne reflète pas la réalité. Nous n'avons pas bien défendu, nous n'avons pas été décisifs en attaque, nous n'étions pas à notre niveau. Et ça, c'est clairement ma faute.

Haut