UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Analyse du match Swissquote, Betis 1-2 Francfort

Les observateurs techniques de l'UEFA analysent la victoire de Francfort en huitièmes aller de l'UEFA Europa League sur le terrain du Real Betis.

See examples of how Frankfurt's pressing game was key to their round of 16, first leg win against Betis.
In The Zone: Frankfurt's pressing game

L'Eintracht Francfort a l'avantage avant son huitième de finale retour face au Real Betis, grâce à une impressionnante victoire 2-1 dans le sud de l'Espagne.

Dans cette analyse présentée par Swissquote, les observateurs techniques de l'UEFA se penchent sur le pressing solide et les transitions offensives rapides qui ont offert aux Aigles leur troisième victoire à l'extérieur dans la compétition cette saison.

La feuille de match

Regardez les buts

En deux minutes, Betis 1-2 Francfort
En deux minutes, Betis 1-2 Francfort

Les systèmes

Betis

Le Betis a débuté en 4-2-3-1
Le Betis a débuté en 4-2-3-1

Les hommes de Manuel Pellegrini alignaient initialement un 4-2-3-1 avec le duo composé de William Carvalho (14) et Rodríguez (21) en sentinelles et le trio Canales (10), Fekir (8) et Juanmi (7) devant eux. Derrière, le Betis devait composer sans trois défenseurs latéraux pour cause de blessures et confiait le poste de latéral gauche à Aitor Ruibal (24). C'est l'autre latéral, Sabaly (23), qui se montrait le plus offensif, avec Canales qui repiquait dans l'axe.

Après 61 minutes, Pellegrini apportait un changement tactique avec un double changement : Juan Miranda (33), qui faisait son retour de blessure, et Joaquín (17) remplaçaient William Carvalho et Juanmi, le Betis passant en 4-3-3. L'entrée de Miranda au poste de latéral gauche permettait à Aitor Ruibal de retrouver un rôle offensif plus habituel, tandis que l'arrivée de Joaquín sur l'aile droite permettait à Canales de descendre dans le trio de l'entrejeu aux côtés de Fekir et Rodríguez. Cela aidait le Betis à dominer la possession du ballon lors d'une journée où seul Barcelone faisait mieux que son total de 810 touchers de balle.

Francfort

Francfort est resté en  3-4-3 tout au long de la rencontre
Francfort est resté en 3-4-3 tout au long de la rencontre

Francfort opérait en 3-4-3 tout au long de la rencontre. Cela se transformait en défense à cinq lorsque le Betis attaquait sur les ailes, les offensifs excentrés Ansgar Knauff (36) et Kostić (10) reculant prêter main forte.

Les trois défenseurs centraux de l'Eintracht, Tuta (35), Martin Hinteregger (13) et N'Dicka (2), avaient la taille et la solidité pour dominer dans les airs et étaient également capables de sortir le ballon. Si Sow (8) a joué un rôle clé dans la maîtrise du jeu, le défenseur central N'Dicka a également reçu les éloges des observateurs techniques de l'UEFA pour son travail pour aider ses collègues de l'entrejeu à museler Fekir et Canales, ainsi que pour avoir brillamment sauvé son camp en contrant une tentative de ce dernier en seconde période.

Faits marquants

Le pressing de Francfort a été décisif lors de la victoire à Séville. Les Allemands ont bien pressé dans l'entrejeu et plus haut sur le terrain également lorsque le Betis cherchait à construire de derrière. Comme l'a dit le portier des hôtes Claudio Bravo : « Ils nous ont posé beaucoup de problèmes surtout lorsque nous tentions de relancer en passes courtes de derrière. »

Comme le montre le premier extrait de la vidéo, les joueurs de l'Eintracht avaient sept joueurs dans la moitié de terrain du Betis lorsqu'ils ont récupéré le ballon avant de marquer leur second but. Et pour mieux souligner leur travail défensif collectif, c'est l'un des trois attaquants, Lindström, qui a terminé la soirée avec le plus de ballons récupérés (dix).

Daichi Kamada fête son but de la victoire pour l'Eintracht Francfort
Daichi Kamada fête son but de la victoire pour l'Eintracht FrancfortGetty Images

La tactique de l'entraîneur Oliver Glasner impliquait la récupération du ballon par le duo de l'entrejeu Sow - Kristijan Jakić puis la recherche du trio offensif composé de Lindström, Rafael Borré et Kamada, dont la vitesse se transformait en grande menace sur les contre-attaques. L'excentré Kostić était également grandement impliqué sur ces contres et était la figure dominante sur son aile.

Tandis que davantage d'espaces s'ouvraient dans la dernière demi-heure, Francfort avait des occasions de s'offrir un plus grand avantage avant le retour face à des adversaires qui semblaient payer leurs efforts tandis qu'ils se battent sur trois fronts cette saison. L'équipe de Bundesliga réalisait neuf tirs cadrés contre trois pour les hôtes, Bravo réalisant des arrêts décisifs, dont un sur le penalty de Borré.

Quant au Betis, les observateurs techniques de l'UEFA ont noté que les Andalous ont parfois cherché les passes longues pour casser le pressing de Francfort, un plan qui a eu un certain succès. Mais trop souvent, ils se sont appuyés sur les étincelles créatives de Fekir, qui terminait la soirée avec dix dribbles, soit le plus grand total des joueurs engagés en Europa League la semaine dernière. Pour souligner davantage son impact, Fekir a réalisé 19 passes dans les trente derniers mètres (avec un taux de réussite de 75 %) et son total de huit centres était le meilleur parmi les joueurs du Betis, même si l'impressionnant Kostić l'a devancé avec neuf pour Francfort.