Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Garay se plaît au Zenit

Le défenseur central du FC Zenit Ezequiel Garay évoque auprès d'UEFA.com sa première expérience en Russie et son premier hiver.

Ezequiel Garay a quitté Benfica pour rejoindre André Villas-Boas au Zenit
Ezequiel Garay a quitté Benfica pour rejoindre André Villas-Boas au Zenit ©AFP/Getty Images

Après avoir grandi en Argentine et vécu dans la chaleur du Portugal et de l'Espagne, Ezequiel Garay a rejoint le FC Zenit en 2014. À 28 ans, il découvre les rigueurs de l'hiver de son nouveau pays d'adoption en provenance du SL Benfica où il vient de disputer deux finales consécutives en UEFA Europa League.

Après les défaites contre le Chelsea FC en 2013 et le Sevilla FC en 2014, le vice-champion du monde espère vivre encore quelques grands moments.

UEFA.com : Comment se passe votre hiver ?
Ezequiel Garay : Je n'avais vécu à aucun moment de ma carrière dans un pays aussi froid. Mais il suffit de se vêtir en conséquence et surtout de ne pas oublier de mettre un joli couvre-chef.

UEFA.com : Qu'est-ce que vous appréciez ici en Russie ?
Garay : J'aime tout, de même que mon épouse. Il n'y a pas vraiment de point négatif dans cette ville de Saint-Pétersbourg, nous nous sommes même faits au climat. Je ne pense pas que le froid ait empêché mon épouse d'être heureuse. Nous sommes très bien dans cette ville magnifique.

UEFA.com : Comment pourriez-vous qualifier le football russe, après être passé au Portugal et en Espagne ?
Garay : En Espagne, on vous laisse un peu plus jouer qu'au Portugal. Mais en Russie, le championnat est très difficile parce que les adversaires que nous rencontrons jouent très défensif face à Saint-Pétersbourg, cela rend notre tâche très difficile. Donc c'est compliqué pour nous et c'est un championnat homogène.

UEFA.com : Qui sont vos meilleurs amis au sein de votre nouveau club ?
Garay :
Étant donné que je ne parle pas anglais ni russe, je m'entends mieux avec les joueurs avec lesquels je peux communiquer en espagnol ou en portugais. Dans notre équipe, je traîne souvent avec l'Italien "Mimmo" (Domenico Criscito), (José) Rondón et (Luís) Neto.

UEFA.com : Vous avez commencé votre carrière en tant que buteur. Est-ce que cela vous aide aujourd'hui en tant que défenseur central ?
Garay : Lorsque j'étais plus jeune, je jouais devant, c'est vrai, et même si c'est un poste très différent de celui que j'occupe aujourd'hui, cela m'aide encore beaucoup, parce que je sais ce qu'un buteur est en mesure de faire et cela m'aide à mieux le contrer.

UEFA.com : Quel est votre souvenir de football favori jusque-là ?
Garay : C'est évident : pour moi, c'est la finale de la Coupe du Monde. C'est inexplicable avec les mots. Il faut avoir vécu cela. Malheureusement, cette finale, nous l'avons perdue, mais cela reste mon plus beau souvenir.

Haut