Guingamp relance le suspense

EA Guingamp 2-0 PAOK FC
S’imposant sur un doublé de Sylvain Marveaux, En Avant revient à hauteur de son adversaire.

Sylvain Marveaux (à gauche) a marqué les deux buts du match
Sylvain Marveaux (à gauche) a marqué les deux buts du match ©AFP/Getty Images

En s’imposant logiquement devant son public face au PAOK FC, l’En Avant de Guingamp revient à hauteur de son adversaire du soir dans le Groupe K de l'UEFA Europa League.

Sèchement battus à Florence lors de la première journée, les Guingampais avaient besoin du soutien de leur public pour se relancer dans cette UEFA Europa League, dont ils disputent la phase de poules pour la première fois de leur histoire. C’est chose faite avec une belle victoire – une première, là aussi – construite au retour des vestiaires grâce à un doublé de Sylvain Marveaux. Le PAOK s’est fait piéger par une formation bretonne enthousiaste, qui compte bien lui contester la qualification dans un débat dominé par la Fiorentina.

La soirée commençait par un long round d’observation, avec une possession stérile des Grecs face à des Guingampais vigilants. Le premier tir cadré de la rencontre était l’œuvre de Ronnie Schwartz pour les locaux, sa frappe ne parvenant pas néanmoins à inquiéter le gardien Panaggiotis Glykos, titulaire surprise (12e). L’attaquant danois était encore cherché par Beauvue d’un petit centre fouetté venu de la droite, sans plus de succès (19e).

Deux minutes plus tard, l’emprise des vainqueurs de la Coupe de France sur le match aurait pu être concrétisée par l’ouverture du score, mais la frappe de Marveaux, bien servi par Beauvue, allait heurter la barre transversale (21e). Un symbole des difficultés actuelles dans la finition de la formation bretonne, lanterne rouge de L1 et qui n’a inscrit que 4 buts au cours de ses 9 derniers matches, toutes compétitions confondues.

Nouvelle preuve à la demi-heure de jeu : Schwartz, oublié au second poteau, manquait sa reprise suite à un centre de Jérémy Pied. Les occasions de marquer se multipliaient pour le club rouge et noir, mais Glykos se montrait vigilant sur des frappes de Beauvue (32e), puis Pied (37e). En face ? Pas grand-chose à signaler, si ce n’est une tentative hors cadre signée Salpingidis (39e). Les 22 acteurs rejoignaient les vestiaires sans but.

Une situation qui évoluait dès la reprise, avec l’ouverture du score pour l’EAG signée Sylvain Marveaux. Le milieu offensif prêté par Newcastle profitait d’une tentative de lob de Schwartz difficilement repoussée par Glykos, qu’il ajustait d’une frappe croisée (1-0, 47e). Trois minutes plus tard, le portier grec était de nouveau battu, encore par Marveaux, maître artificier sur un coup franc direct tiré à 20 mètres des buts, plein axe (50e, 2-0).

Sonnés, les joueurs de Salonique tentaient néanmoins de revenir à la marque mais la frappe de Tzandaris finissait hors cadre (60e), quand celles d’Athanasiadis et Golasa étaient contrées par la défense adverse (69e et 75e). En fin de match, c’est Jonas Lössl qui se distinguait, stoppant une nouvelle tentative de Tzandaris (86e). Logiquement, les Guingampais baissaient de rythme au fil des minutes, se contentant de procéder par des contres mal exploités, hormis avec Beauvue à la conclusion, dont la frappe était repoussée en corner (89e).

La défense tenait bon, pour préserver cette précieuse victoire. Elle permet aux hommes de Jocelyn Gourvennec de se relancer dans la compétition et de contester la qualification au PAOK. En rééditant une prestation comme celle de ce soir, elle en a assurément les moyens. Quant aux Grecs, ils vont devoir se ressaisir lors du prochain match, qu’ils disputent le 23 octobre à domicile face aux Italiens de la Fiorentina, qui occupent ce soir seuls la tête du groupe avec deux victoires en deux matches.