Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Valverde : "Plus qu'heureux"

L'entraîneur de l'Espanyol est fou de joie après la qualification pour le finale de la Coupe UEFA, jeudi à Brême.

L'entraîneur du RCD Espanyol Ernesto Valverde jubile après la qualification pour la finale de la Coupe UEFA, aux dépens du Werder Bremen, jeudi en Allemagne (victoire 2-1, tot. 5-1). Valverde jouait pour l'Espanyol lors de la défaite en finale 1988 contre le Bayer 04 Leverkusen au tirs au but, malgré une victoire 3-0 à l'aller. Il a eu peur que l'histoire se répète lorsque Hugo Almeida a ouvert le score pour les Allemands. Brême a ensuite perdu son attaquant Miroslav Klose, expulsé. Ferrán Corominas et Jesús María Lacruz en ont profité en début de seconde période pour envoyer leur équipe à Hampden Park, le 16 mai, face au  Sevilla FC.

Thomas Schaaf, entraîneur du Werder
Nous devons cette défaite à nos erreurs. Nous étions en mauvaise posture après le match aller mais nous avons réalisé une entame parfaite, ponctuée du but que nous espérions tous. A mon avis, l'expulsion de Klose est le tournant du match. Même à dix, nous avons tout tenté mais cela n'a pas suffi. Bravo à l'Espanyol et félicitations à mon équipe. Elle a été grande, elle s'est bien comportée, elle a bien joué et elle a vraiment cru qu'elle pouvait accomplir un miracle. Même à dix, nous sommes restés audacieux mais, malheureusement, cela n'a pas été suffisant. L'Espanyol est une bonne équipe, il l'a montré au match aller, et tout est possible dans une finale, il n'y a pas de favori.

Ernesto Valverde, entraîneur de l'Espanyol
Bien sûr, nous sommes plus qu'heureux. Notre équipe est passée et ce n'est pas tous les jours qu'on peut disputer une finale. Le Werder a démarré très fort et a pris l'avantage, il était meilleur que nous à onze, et même à dix. Mais nous avons fait une bonne seconde période et les choses ont commencé à basculer en notre faveur, notamment après l'égalisation. Nous atteignons notre deuxième finale, 19 ans après la première, et mes joueurs seront très motivés. C'est un grand exploit d'en arriver là, surtout pour une équipe comme la nôtre. Séville est tenant du titre et vit une super saison. Ils ont toujours une chance de remporter la Primera División et la Copa del Rey en plus de la Coupe UEFA, mais ils ne vont rien lâcher.

Haut