Éradiquons la pandémie de COVID-19 en suivant les cinq gestes barrières de l'Organisation mondiale de la santé et de la FIFA pour contribuer à freiner la diffusion de la maladie.
 

1. Lavez-vous fréquemment les mains 2. Toussez ou éternuez dans votre coude 3. Ne vous touchez pas le visage 4. Évitez les contacts proches 5. Restez chez vous si vous ne vous sentez pas bien.

Tous les détails >

Jonk sacre l'Inter

Jonk sacre l'Inter
Jonk sacre l'Inter ©Getty Images

En 1993/94, la Coupe UEFA est retournée en Italie pour la cinquième fois en six saisons, mais cette fois avec les rubans noirs et bleus du FC Internazionale Milano. La campagne européenne des Nerazzurri sera parvenue à faire oublier leur saison italienne, qu'ils ont terminé à un point de la relégation.

La surprise de Salzbourg
L'Inter débutait avec des victoires face au FC Rapid Bucuresti et à l'Apollon Limassol FC. Le troisième tour était cependant moins facile pour les Italiens : face au Norwich City FC, tombeur du FC Bayern München, ils devaient se contenter de deux victoires sur le score de 1-0 pour se qualifier pour les quarts de finale contre le BV Borussia Dortmund, battu 4-3 (score cumulé). Dans une autre partie du tableau, l'OFI Crete avait surpris le SK Slavia Praha et le Club Atlético de Madrid avant d'être éliminé par le Boavista FC, mais la véritable menace émergeante venait du SV Austria Salzburg.

Des matches serrés
Les Autrichiens commençaient par se défaire du FC DAC Dunajská Streda et du R. Antwerp FC, finaliste de la précédente Coupe des vainqueurs de coupes européenne, avant de battre le Sporting Clube de Portugal, qui menait pourtant au score. La chance leur souriait ensuite en quarts de finale comme en demi-finale, où ils éliminaient successivement deux clubs allemands : l'Eintracht Frankfurt aux tirs au but, puis le Karlsruhe SC au bénéfice des buts inscrits à l'extérieur.

Jonk fait le métier
Les Interistes étaient plus convaincants dans le dernier carré, en s'imposant face au Cagliari Calcio dans une demi-finale 100 % italienne. Ils conservaient la même dynamique en finale, grâce à Nicola Berti, unique buteur du match aller à Vienne, puis à l'international néerlandais Wim Jonk, qui doublait l'avantage milanais à San Siro.

Haut