UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Exclu. Gara Garayev (Qarabağ) : « On peut ramener un résultat positif de Marseille »

À quelques jours du barrage aller contre l'Olympique de Marseille, Gara Garayev revient sur la progression du club azerbaïdjanais de Qarabağ sur la scène européenne.

Gara Garayev se prépare pour affronter Marseille
Gara Garayev se prépare pour affronter Marseille © Getty Images

Le milieu défensif Gara Garayev, 29 ans, n'a connu que le club de Qarabağ dans sa carrière professionnelle. Personne n'est mieux placé que le joueur aux 72 sélections avec l'Azerbaïdjan pour évoquer cette équipe, sa progression dans la hiérarchie européenne et, bien entendu, la double confrontation face à l'Olympique de Marseille, en barrages de l'UEFA Europa Conference League.

Garayev sur la double confrontation avec l'OM
« Marseille est un club qui a remporté la Champions League. C’est vrai, Marseille a déjà soulevé le trophée de la Champions League une fois. C’était il y a longtemps, mais c’est la preuve qu’il s’agit d’un club bien établi et fort, l’un des plus gros clubs de France.

En deux minutes, Marseille 2-2 Lazio
En deux minutes, Marseille 2-2 Lazio

Je pense que ce ne sera pas facile, mais le football a beaucoup changé, ces dernières années : l’envie, la persévérance et le respect du jeu peuvent faire des miracles lors de n’importe quel match. Ce sera compliqué, surtout avec ce match aller à l’extérieur, qui peut modifier le rapport de force.

Marseille possède de bons joueurs, c’est une équipe solide. Mais j’ai l’impression qu’on hausse notre niveau de jeu contre des adversaires de qualité.

Si on reste bien en place et si on arrive à garder le contrôle collectivement, je me dis qu’on peut rapporter un résultat positif de France. »

Garayev sur Qarabağ, premier club d'Azerbaïdjan à franchir une phase de groupes
« Qarabağ a atteint la phase de groupes d’une compétition européenne, a fait match nul (1-1) avec l'Atlético de Madrid en Champions League et s’est imposé à l’extérieur en Grèce (sur le terrain du PAOK 1-0), ce qui fait qu’on est maintenant reconnus dans de nombreux pays de football. Le changement le plus marquant, c’est que, quand on évolue à l’extérieur, l’équipe et l’entraîneur adverses nous prend désormais au sérieux et nous respectent. Il va sans dire que, si Qarabağ a atteint un tel niveau, c’est avant tout en travaillant d’arrache-pied.

Les autres pays sont maintenant obligés de nous respecter, et je pense que c’est l’un des principaux indicateurs à retenir pour nous dans les compétitions européennes. Que ce soit contre Arsenal (FC) ou l’Atlético, les propos de (Diego) Simeone à notre égard sont la preuve éclatante que Qarabağ s’est fait une vraie place en Europe.

Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Nous sommes déjà connus en Europe et même considérés comme une très bonne formation. Malgré le coefficient UEFA de notre championnat, notre équipe est très bien classée. »

En deux minutes : Omonoia 1-4 Qarabağ
En deux minutes : Omonoia 1-4 Qarabağ

Garayev sur la progression de Qarabağ
« On aurait pu se qualifier (directement pour les huitièmes) mais, lors du dernier match de la phase de groupes, nous avons gâché l’occasion de finir en tête de notre groupe. Si on avait remporté ce dernier match, cet événement historique serait déjà une réalité.

Pendant de longues années, on a lutté en phase de groupes, mais le fait que chaque phase de poules comprennent des adversaires de plus en plus forts nous a un peu éloignés de notre rêve de qualification. Mais on a cru en nos chances dès le début de cette saison.

Je remarque aussi que nous sommes l’une des équipes ayant le plus tiré au but depuis le début de la compétition. J’ai l’impression qu’on a dominé la plupart de nos adversaires

Gara Garayev

On savait que notre groupe était relevé (avec Bâle, Kairat Almaty et Omonoia). Mais, cette année, on a eu la détermination et le coup de chance nécessaires pour accéder au tour suivant : c’est un moment inoubliable, nous écrivons un nouveau chapitre dans l’histoire de Qarabağ.

À nous d’être encore plus sérieux et concentrés car, quand on accède à un certain niveau, les supporters ont plus de mal à accepter l’échec et il faut faire encore mieux pour les satisfaire.

Nico Gaitan devancé par Garayev lors d'une rencontre de Champions League entre Qarabag et l'Atlético
Nico Gaitan devancé par Garayev lors d'une rencontre de Champions League entre Qarabag et l'AtléticoAFP via Getty Images

Je n’ai pas envie de parler de ce qui arrivera après ce tour, mais on sent qu'on a une responsabilité. Et dans les années à venir, on sait qu'on devra atteindre de nouveaux sommets pour continuer à rendre nos supporters heureux. »

Garayev sur la saison de Qarabağ
« Je dois dire que nous avons réussi à bâtir une sacrée belle équipe, cette saison. De nouveaux joueurs nous ont rejoints, nous estimons qu’ils peuvent nous apporter beaucoup et nous aider à mieux jouer.

Cette année, notre objectif principal consistait à nous extirper de la phase de groupes de la Conference League et d’accéder au tour suivant. Je trouve que l’équipe a fait preuve d’une bonne agressivité jusqu’au dernier match. Notre niveau est resté très bon, à domicile comme à l’extérieur.

Je remarque aussi que nous sommes l’une des équipes ayant le plus tiré au but depuis le début de la compétition. J’ai l’impression qu’on a dominé la plupart de nos adversaires et que nous avons failli seulement lors du dernier match, qui a conïncidé avec notre unique défaite dans le groupe.

D’une manière générale, Qarabağ a mieux tourné cette saison. La prochaine étape, c’est de continuer. Notre prochain adversaire sera Marseille, contre qui on va essayer de décrocher un bon résultat pour ensuite se qualifier et poursuivre notre parcours. »