Le site officiel du football européen

Les Turcs avaient le Mor aux dents !

Publié: Mardi, 21 juin 2016, 20.35HEC
L'expérience de Burak Yilmaz et la jeunesse bourrée de talent de Mor ont suffi aux Turcs pour écarter la République Tchèque (2-0) et se donner une chance de croire aux huitièmes !
par Benoît Dequevauviller
de Stade Bollaert à Lens

Statistiques des matches

Rép. tchèqueTurquie

Buts marqués0
2
Possession (%)51
 
49
Nombre de tirs 13
 
9
cadrés5
 
2
non cadrés7
 
5
Tirs contrés1
 
2
sur le poteau1
 
0
Corners8
 
3
Hors-jeu3
 
5
Cartons jaunes3
 
2
Cartons rouges0
 
0
Fautes commises16
 
14
Fautes subies13
 
16

Classements

Légende :

J: Joués   
pts: Points   
Mis à jour le: 17/11/2017 10:11 HEC
SSI Err
Publié: Mardi, 21 juin 2016, 20.35HEC

Les Turcs avaient le Mor aux dents !

L'expérience de Burak Yilmaz et la jeunesse bourrée de talent de Mor ont suffi aux Turcs pour écarter la République Tchèque (2-0) et se donner une chance de croire aux huitièmes !

Il ne fait aucune doute que Fatih Terim a su trouver les mots pour exhorter ses joueurs à donner le meilleur d'eux-mêmes sur cette ultime rencontre du Groupe D. Histoire de jouer à fond la toute petite chance qui restait aux Turcs de se qualifier après deux défaites face à la Croatie (1-0) et à l'Espagne (3-0). Car l'entame de match de son équipe a été une totale réussite...

Plus vifs sur les ballons, plus mordants à la récupération, les partenaires d'Arda Turan ont bousculé d'entrée des Tchèques bien peu à l'aise défensivement durant les premières minutes. Résultat, un débordement de l'incroyable Emre Mor offrait un caviar à la star de tout un peuple, Burak Yilmaz. Le jeune ailier - qui vient de signer à Dortmund - expédiait un centre tout en puissance, mais légèrement en retrait pour permettre à son aîné de décrocher aux six mètres et de placer une perle du pied droit sous la transversale de Petr Čech (1-0, 10e).

Dès lors, les Turcs s'installaient dans leur moitié de terrain, avec l'idée de bien défendre et de jouer tous les contres à fond. Les Tchèques prenaient donc logiquement les choses en main. En essayant de passer sur les côtés et en y parvenant souvent, les joueurs de Pavel Vrba multipliaient enfin les centres. Sur l'un d'eux, Sivok s'élevait plus haut que tout le monde. Mais le défenseur plaçait son coup de tête au pied du poteau droit de Volkan Babacan (25e).

La fin de la première période opposait des Turcs recroquevillés en défense à des Tchèques dominateurs dans le jeu, certes, mais jamais véritablement dangereux. Dès lors, les contacts commençaient à se durcir sérieusement et monsieur Collum, l'arbitre écossais de la rencontre, sortait une pluie de cartons. Malgré la pression tchèque, les joueurs de l'expérimenté Terim regagnaient les vestiaires avec un léger avantage au tableau d'affichage. Mérité.

Au retour des vestiaires, on se demandait comment les Turcs allaient gérer cet avantage au score ? Mais aussi la nécessité de marquer au moins un but supplémentaire pour espérer atteindre le fauteuil de meilleur troisième synonyme de huitième de finale ? Les Tchèques, eux, n'avaient plus le choix. Il fallait se jeter à l'abordage et prendre tous les risques. Et c'est d'ailleurs ce qu'ils faisaient...

Malheureusement pour eux, les hommes de Pavel Vrba n'allaient jamais trouver la solution offensive. Quelques rares frappes mal cadrées faisaient bien suer de grosses gouttes à leur banc. Mais rien de plus ! Et sur un nouveau contre, Inan obtenait un coup franc aux 25 mètres. Turan le frappait au second poteau. Topal contrôlait dos au but et servait Tufan juste derrière lui. Bim ! Čech ne pouvait rien contre le missile qui venait de se loger sous sa transversale (2-0, 65e).

La fin de match était un long chemin tranquille pour la sélection turque. Même si les Tchèques obtenaient une série de corners. Mais en manque d'imagination offensive et surtout de présence dans la surface de réparation, il ne leur restait plus qu'à préparer leurs bagages pour Prague.

Quand aux Turcs - qui finissent troisièmes de ce groupe D avec trois points - il ne leur reste plus qu'à croiser les doigts durant vingt-quatre heures. Et devenir supporters des équipes susceptibles de laisser derrière eux deux troisièmes moins bien placés qu'eux. Mais à Lens, les partenaires de Turan auront au moins une fois fait le boulot dans cet UEFA EURO 2016, pour le plus grand bonheur de leur 25 000 supporters présents.

Mis à jour le: 12/07/17 11.42HEC

http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2016/matches/round=2000448/match=2017900/postmatch/report/index.html#les+turcs+avaient+mor+dents