Le site officiel du football européen

Les Tchèques dans le coup et dans l'histoire

Publié: Mardi, 12 juin 2012, 16.49HEC
Grèce 1-2 République tchèque
Grâce à deux buts inscrits en un temps record, la République tchèque se replace.
par David Valverde
Les Tchèques dans le coup et dans l'histoire
Les Tchèques fêtent le premier but de Petr Jiráček ©Getty Images

Statistiques des matches

GrèceRép. tchèque

Buts marqués1
 
2
Possession (%)54
 
46
Nombre de tirs 7
 
8
Tirs cadrés5
 
3
Tirs non cadrés2
 
5
Tirs arrêtés4
 
0
Tirs sur les poteaux0
 
0
Corners1
 
4
Hors-jeu6
 
0
Cartons jaunes3
 
3
Cartons rouges0
 
0
Fautes commises14
 
26
Fautes subies24
 
13

Classements

Légende :

J: Joués   
pts: Points   
Mis à jour le: 21/11/2017 14:46 HEC
Publié: Mardi, 12 juin 2012, 16.49HEC

Les Tchèques dans le coup et dans l'histoire

Grèce 1-2 République tchèque
Grâce à deux buts inscrits en un temps record, la République tchèque se replace.

Jamais dans l'histoire de l'EURO une équipe avait marqué deux buts aussi rapidement. Au-delà de l'anecdote, la victoire de la République Tchèque sur la Grèce permet aux coéquipiers de Jaroslav Plašil de se relancer dans le Groupe B de l'UEFA EURO 2012. 

Avant la rencontre, les Tchèques restaient sur trois matches sans marquer contre la Grèce. Une statistique qui n'allait pas tenir longtemps. Deux minutes quatorze très exactement soit le 3e but le plus rapide de l'histoire de l'EURO. Tomáš Hübschman mettait ses habits de serveur et, sur un plateau, plaçait Petr Jirácek sur orbite d'une longue passe à ras de terre. L'attaquant de Wolfsburg n'était pas du genre à gâcher le travail des copains (0-1, 3e). La République Tchèque qu'on avait vu souffrante face à la Russie prenait les choses en mains.

Les joueurs de Michal Bilek ne relâchaient par leur étreinte sur la défense hellène. Etouffé, Kostas Chalkias détournait mal de la main droite un centre de Theodor Gebre Selassie. Le ballon filait devant le but. Václav Pilar était le plus prompt au milieu de deux gardes du corps et s'offrait, lui, le 6e but le plus rapide de l'histoire de l'EURO (0-2, 6e). La République tchèque grattait une autre page du livre de souvenirs de la compétition : jamais une équipe n'avait marqué deux fois en aussi peu de temps.

Forcément la suite était difficile pour les Grecs qui faisaient entrer Michalis Sifakis dans les buts à la place de Kostas Chalkias, blessé. La première période était exclusivement à l'avantage des Tchèques actifs et imaginatifs face à des Grecs brouillons et pris un nombre incalculable de fois en position de hors jeu, à l'image de Giorgos Fotakis (41e) dont le but était justement refusé.

Les Rouge se dirigeaient donc vers une victoire facile, mais comme lors du match d'ouverture face à la Pologne, la Grèce allait montrer du caractère. Elle allait surtout profiter d'une incompréhension terrible entre Tomáš Sivok et son gardien Petr Čech. Les deux Tchèques oubliaient de se parler et permettaient à Fanis Gekas, entré à la pause, de réduire la marque (1-2, 53e). Un but gag qui finalement ne comptait pas trop lourd si ce n'est peut être dans la tête de Čech qui a déjà encaissé cinq buts depuis le début de la compétition. Après la gifle reçue contre la Russie, les Tchèques ont pris une option sur la qualification en quart. La Grèce est pratiquement éliminée.

Mis à jour le: 14/06/12 0.05HEC

http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2012/matches/round=15172/match=2003328/postmatch/report/index.html#les+tcheques+reagissent