Demi-finales - 01/07/2004 - 20:45HEC (19:45 heure locale) - Estádio do Dragão - Porto
1-0
Grèce l'emporte grâce au "but en argent"  

Grèce - Rép. tchèque 1-0 - 01/07/2004 - Page du match - UEFA EURO 2004

Le site officiel du football européen

La couleur de l'argent pour la Grèce

Publié: Vendredi, 2 juillet 2004, 0.52HEC
Grèce - République tchèque 1-0 (b.e.a.)
Au bout de la crispation, la Grèce a arraché son billet pour la finale grâce à Traianos Dellas.
par Christian Châtelet
La couleur de l'argent pour la Grèce
Stupeur à Porto. La Grèce et Traianos Dellas (derrière Georgios Katsouranis) réussissent le coup parfait à la dernière seconde. ©AFP

Statistiques des matches

GrèceRép. tchèque

Buts marqués1
 
0
Tirs cadrés5
 
5
Tirs non cadrés4
 
9
Corners4
 
8
Fautes commises16
 
27
Cartons jaunes3
 
3
Cartons rouges0
 
0

Classements

Publié: Vendredi, 2 juillet 2004, 0.52HEC

La couleur de l'argent pour la Grèce

Grèce - République tchèque 1-0 (b.e.a.)
Au bout de la crispation, la Grèce a arraché son billet pour la finale grâce à Traianos Dellas.

Au bout de la crispation, la Grèce a poursuivi son chemin dans l'UEFA EURO 2004 en arrachant son billet pour la finale grâce à un coup de tête de Dellas à la 105e minute.

Tendue, âpre est serrée, la deuxième demi-finale de l'EURO portugais a tenu les promesses du jeu grec. Dur et froid comme une colonne ionique. Après quatre victoires à rebondissement dans ce tournoi, les coéquipiers de Pavel Nedved ne sont pas parvenus, à l'instar des Français, des Portugais et des Espagnols à trouver le fil d'Ariane dans le labyrinthe imaginé par Otto Rehhagel. Les Grecs retrouveront le Portugal, dimanche à l'Estádio da Luz.

Face aux hommes de Karel Brückner, "König Otto" optait pour une tactique similaire à celle qui avait condamné l'équipe de France : un marquage individuel spartiate, une attention redoublée et, dès que possible, une attaque cinglante avec en chevaux de Troie Angelos Charisteas ou Zisis Vryzas.

De la sorte, ce dernier, de retour après un match de suspension, se procurait la seule occasion grecque de la première période mais ne parvenait pas à couper à la 29e minute un centre de Theodoros Zagorakis. En face, on faisait parler la virtuosité. Dès la 3e minute, Tomáš Rosický écrasait une reprise sur la barre. Laquelle sauvait encore Antonios Nikopolidis à la 19e minute sur une tête en cloche de Jan Koller.

Le gardien du Panathinaikos FC était bien présent en revanche sur deux tirs de près de Marek Jankulovski (6e et 33e) et pour s'interposer devant Pavel Nedved qui venait de prendre de vitesse la défense grecque (32e). Lors d'une action ultérieure, le Ballon d'Or 2003 se blessait au genou et laissait sa place à Vladimír Šmicer (40e). Un coup dur pour les Tchèques qui repartaient de l'avant grâce à une nouvelle frappe de Jankulovski juste au-dessus (44e).

Comme ces deux équipes avaient fait plier leur dernier adversaire aux environs de l'heure de jeu (1-0 contre la France et 3-0 contre le Danemark), on s'attendait à ce que la partie jusqu'ici hésitante bascule du côté de Prague ou Athènes. Nenni. Les fautes, surtout grecques, s'accumulaient tandis que les Tchèques perdaient patience. Seule une tête de Koller (60e, sur un corner) égayait le premier quart d'heure. Tentative à laquelle répondaient deux autres têtes de Charisteas (64e) et Vryzas (67e).

Dès lors, ces bleus qui avaient tombé les Bleus n'attendaient qu'une chose : les tirs au but. Ni un une-deux "made in" BV Borussia Dortmund entre Rosický et Koller conclu hors cadre par le géant tchèque (80e), ni la percée d'un Baroš très discret (87e) ne parvenaient à débloquer la situation.

Leur chance était passée et c'est la Grèce qui réussissait un impressionnant hold-up. Haussant le rythme au long de la première période de la prolongation, les Grecs enlevaient le morceau sur un corner de Vasilios Tsiartas repris de la tête par Traianos Dellas à la dernière seconde !

Pour la première fois de l'histoire de l'EURO, et peut-être la dernière, un but en argent - qui valait de l'or - décidait du sort d'une rencontre. Le dernier match de la compétition, dimanche à Lisbonne, sera donc identique au premier, disputé 22 jours plus tôt et remporté 2-1 par la Grèce contre le Portugal.

Mis à jour le: 01/02/12 8.46HEC

http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2004/matches/round=1583/match=1059193/postmatch/report/index.html#la+couleur+largent