Le site officiel du football européen

Le Portugal peut rêver

Publié: Jeudi, 1 juillet 2004, 0.45HEC
Aussi forte dans sa tête que dans son football, la Selecçao a réalisé une belle démonstration en sortant les Pays-Bas en demie, ce soir à Lisbonne.
par Christian Châtelet
de Lisbonne

Statistiques des matches

PortugalPays-Bas

Buts marqués2
 
1
Tirs cadrés7
 
1
Tirs non cadrés2
 
5
Corners9
 
2
Fautes commises22
 
21
Cartons jaunes3
 
2
Cartons rouges0
 
0

Classements

Publié: Jeudi, 1 juillet 2004, 0.45HEC

Le Portugal peut rêver

Aussi forte dans sa tête que dans son football, la Selecçao a réalisé une belle démonstration en sortant les Pays-Bas en demie, ce soir à Lisbonne.

Aussi forte dans sa tête que dans son football, la Selecçao a réalisé une belle démonstration en sortant les Pays-Bas en demie, ce soir à Lisbonne.

"Obrigado"
Lorsqu'Anders Frisk a renvoyé les deux équipes au vestiaire sur la victoire du Portugal, c'est tout un pays qui a explosé de joie. Luiz Felipe Scolari aussi. En quittant la pelouse d'Alvalade après moult effusions, le coach brésilien du Portugal a brandi le poing vers la tribune. Il l'a regardée au fond des yeux et lui a dit "obrigado" (merci).

Nouvelle dimension
Sans se départir de sa "coolitude" de papy ni de son survêt déflanqué, le champion du monde 2002 avec le Brésil venait de hisser le Portugal dans une nouvelle dimension, celle des finalistes des grandes compétitions. Surtout, il venait de mettre en poupe la pression réputée ingérable de ce pays fou de foot. "Je remercie tous ceux qui nous ont soutenus", lançait Scolari après la rencontre.

"Facétie scolarienne"
C'est ensuite d'une facétie "scolarienne" qu'il a annoncé qu'il renouvelait son bail avec la Fédération portugaise de football pour deux ans. Plongeant une main dans sa poche, il en sortit un anneau. "C'est une proposition de 'mariage' du président de la Fédération", pouffait-il en montrant le bijou. Se l'ajustant à l'annulaire il ajoutait : "Je l'accepte, nous sommes unis pour deux ans encore".

Mariage pour le meilleur
Si le Portugal continue de jouer comme il l'a fait ce soir à Lisbonne, ce mariage sera pour le meilleur. Après avoir failli passer à la trappe au premier tour contre l'Espagne et en quarts de finale contre l'Angleterre, l'équipe du pays hôte a réussi son meilleur match du tournoi.

"Une grande équipe"
Elle s'est appuyée, pour cela, sur un Luís Figo intenable tant à gauche qu'à droite et sur Cristiano Ronaldo, 19 ans, qui martyrisait la défense néerlandaise avant d'ouvrir le score de la tête à la 28e minute sur un corner de Deco, lui aussi en verve. "J'espère qu'on jouera la finale comme on a joué jusqu'à présent, avec le soutien de tous nos supporteurs. Ce soir nous avons montré encore une fois que nous avions une grande équipe", déclarait Ronaldo.

Figo, comme un lion
"Moi, j'attends ce jour depuis 13 ans", soufflait Figo. Le 30 juin 1991, à 2 kilomètres de l'Alvalade, à la Luz, le Portugal Juniors devenait champion du monde. "Depuis ce jour, je suis à la recherche d'une autre grande finale avec mon pays." Sorti à la 75e minute, furieux, contre l'Angleterre, Figo est revenu vers le groupe. Bien lui en prit. L'artiste s'est même mis à défendre comme un lion dans les dernières minutes, preuve que cette équipe peut être sacrée, dimanche, contre la République tchèque ou la Grèce qui joue demain soir.

Les Pays-Bas menaçants
"La force mentale supérieure" (Scolari) s'est aussi manifestée côté portugais lorsque Jorge Andrade a marqué contre son camp, donnant au deuxième but portugais signé Maniche, une importance cruciale. Les Pays-Bas eurent alors plusieurs occasions de revenir à égalité.

Makaay aurait pu...
"La qualité technique était de l'autre côté", reconnaissait Dick Advocaat, le coach des Oranges. Il a joué son va-tout en faisant entrer Roy Makaay à la mi-temps. L'attaquant du FC Bayern München a eu quelques opportunités pour marquer. En vain. Les Pays-Bas quittent la compétition à l'avant-dernier tour, comme il y a quatre ans.

Mis à jour le: 01/07/04 12.19HEC

http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2004/matches/round=1583/match=1059192/postmatch/quotes/index.html#le+portugal+peut+rever