Le site officiel du football européen

Les Tchèques impressionnent

Publié: Lundi, 28 juin 2004, 0.52HEC
République tchèque – Danemark 3-0
Milan Baroš et Jan Koller, en 15 minutes, permettent aux Tchèqueq d'affronter la Grèce en demi-finale.
par Xavier Cerf
Les Tchèques impressionnent
La joie de Milan Baroš après son but pour la République tchèque contre le Danemark ©AFP

Statistiques des matches

Rép. tchèqueDanemark

Buts marqués3
 
0
Tirs cadrés5
 
1
Tirs non cadrés6
 
6
Corners7
 
4
Fautes commises22
 
17
Cartons jaunes3
 
3
Cartons rouges0
 
0

Classements

Publié: Lundi, 28 juin 2004, 0.52HEC

Les Tchèques impressionnent

République tchèque – Danemark 3-0
Milan Baroš et Jan Koller, en 15 minutes, permettent aux Tchèqueq d'affronter la Grèce en demi-finale.

Irrésistible lors de la première phase de la compétition, la formation tchèque de Karel Brückner n’a pas fait de détail face au Danemark. La Grèce, adversaire des Tchèques en demi-finale jeudi, a quatre jours pour trouver la solution et notamment observer le premier quart d’heure de la seconde période de la rencontre de ce soir, moment choisi par Milan Baroš et Jan Koller pour plier la rencontre.

"Par rapport à nos matches de groupe, la République tchèque est notre adversaire le plus difficile", avait déclaré le capitaine danois, René Henriksen. Il avait vu juste.

Seule formation à avoir aligné trois succès en poule, la République tchèque retrouvait ses stars, laissées au repos lors de la victoire sur l’Allemagne (2-1). Et, contrairement aux Tchèques, le Danemark devait se passer de deux pièces maîtresses : Dennis Rommedahl et Ebbe Sand pour cause de problèmes musculaires. Martin Jørgensen, de retour de blessure, occupait l’aile gauche aux côtés de Jon Dahl Tomasson, avant-centre, et Jesper Grønkjær, à gauche.

Était-ce l’enjeu du dernier quart de finale ? La République tchèque semblait paralysée par l’événement en début de rencontre. La formation slave devait se contenter de deux frappes lointaines et timides de Pavel Nedved et Tomáš Galásek. Devant tant de nervosité, le Danemark imposait son jeu sans trop de difficultés. Christian Poulsen, d’un tir contré à neuf mètres puis d’un coup de tête non cadré, illustrait l’envie et la détermination des Nordiques, organisés en 4-3-3 et adroits lorsqu’il s’agissait de porter le danger sur les côtés.

Incapables de s’appuyer sur le mordant et le talent collectif qui avaient permis à l’équipe de Karel Brückner de réaliser des merveilles face aux Pays-Bas (3-2), les Tchèques étaient méconnaissables. Presque apathiques. Au fil des minutes, les Danois, un peu plus tranchants, posaient leur empreinte sur le jeu. Et quand Karel Poborský trouvait la barre transversale d’un centre juste avant la pause, les 50 000 supporteurs des deux camps se dirent peut-être qu’ils n’avaient pas été loin d’assister à un hold-up.

Ce n’était donc qu’un mauvais moment à passer. La République tchèque rectifiait le tir sitôt le coup d’envoi du deuxième acte. Suite à un corner obtenu par Nedved et frappé par Poborský côté droit, Jan Koller déployait sa grande carcasse au premier poteau et catapultait le ballon au fond des filets. Le deuxième but du géant tchèque dans le tournoi était aussi son 29e sous le maillot blanc de la sélection.

Logiquement, le rythme du match s’intensifiait. Tomasson, qui manquait de justesse le ballon aux six mètres, et Nedved, tout près d’ouvrir son compteur but de la tête, affichaient les nouvelles ambitions des deux camps. Mais quand les Tchèques se décident à jouer, rien ne peut les arrêter. Les Danois, bien que soutenus par la Princesse Alexandra du Danemark, spécialement venue assister à la rencontre, allaient en faire la triste expérience.

En l’espace de deux minutes, Milan Baroš ruinait les espoirs adverses. Deux coups de poignard. Poborský, de son aile droite favorite, alertait l’attaquant du Liverpool FC dans le dos des défenseurs scandinaves. Ce dernier levait la tête pour juger la position du gardien et marquait d’un petit ballon lobé. Baroš ne se contentait pas de son 4ème but inscrit dans la compétition. 63ème minute. Profitant d’une passe en profondeur de Nedved, le buteur tchèque plaçait un tir terrible du gauche au centre de la cage danoise. Et de cinq.

À 3-0, Brückner décidait de remplacer le héros du jour et meilleur buteur de la compétition (5 buts), ovationné par les fans tchèques, par Marek Heinz. Peter Madsen, entré en cours de jeu, tentait bien de réduire le score côté danois mais sa reprise du front passait de peu au-dessus. Transformée et à nouveau flamboyante, la République tchèque gérait la fin de match sans encombre. Huit ans après, Nedved et Poborský, rescapés de l’épopée de l’UEFA EURO 1996, retrouvaient les demi-finales d’un championnat d’Europe.

Mis à jour le: 01/02/12 20.02HEC

http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2004/matches/round=1582/match=1059191/postmatch/report/index.html#les+tcheques+impressionnent