Le site officiel du football européen

La Grèce freine l’Espagne

Publié: Jeudi, 17 juin 2004, 0.56HEC
Grèce – Espagne 1-1
Les Grecs ont signé une nouvelle performance face à des Espagnols pourtant dominateurs.
par Xavier Cerf
La Grèce freine l’Espagne
Angelos Charisteas (à gauche), félicité pour son but égalisateur par Traianos Dellas, absent pour cause de blessure à l'échauffement ©Getty Images

Statistiques des matches

GrèceEspagne

Buts marqués1
 
1
Tirs cadrés2
 
2
Tirs non cadrés4
 
8
Corners2
 
15
Fautes commises17
 
20
Cartons jaunes5
 
2
Cartons rouges0
 
0

Classements

Mis à jour le: 27/06/2012 12:21 HEC

Légende :

J: Joué(s)   
pts: Points   
Publié: Jeudi, 17 juin 2004, 0.56HEC

La Grèce freine l’Espagne

Grèce – Espagne 1-1
Les Grecs ont signé une nouvelle performance face à des Espagnols pourtant dominateurs.

La Grèce n’en finit plus d’étonner. Courage, solidarité, discipline : quatre jours après son succès face au Portugal lors du match d’ouverture, la formation d’Otto Rehhagel a tenu en échec un autre favori de l’UEFA EURO 2004, l’Espagne, qu’elle avait déjà battue en phase éliminatoire, à Saragosse, il y a quelques mois (1-0). Avec 4 points chacune, les deux sélections restent au coude à coude en tête du Groupe A en attendant le match opposant ce soir la Russie au Portugal.

Iñaki Sáez avait prévenu son effectif : "Ils sont très forts au centre. Si on essaie de passer dans l’axe, on aura des problèmes". Le sélectionneur reconduisait la formation victorieuse de la Russie, samedi (1-0), et comptait donc sur Rodríguez Vicente et Joseba Etxeberria, ailiers incisifs, pour perforer la solide défense adverse. Côté grec, Angelos Basinas, buteur contre le Portugal, cédait sa place à Konstantinos Katsouranis au milieu de terrain.

Collectif bien huilé, arrière-garde sérieuse et talentueuse, individualités brillantes : l’Espagne ne mettait que quelques minutes à entrer dans la partie. Antonios Nikopolidis devait s’employer pour dégager un dangereux corner frappé de la droite. Les Ibères dominaient les débats. En face, la Grèce, à l’image de sa première sortie contre le Portugal, proposait une organisation rigoureuse et bien rôdée.

Il était par conséquent difficile de trouver les espaces dont les Espagnols raffolent. Mais, à force de volonté, l’équipe au maillot rouge ouvrait le score peu avant la demi-heure de jeu. Depuis leur surface de réparation, les défenseurs grecs hésitaient à dégager le ballon. Raúl Gonzalés en profitait pour servir Fernando Morientes d’une judicieuse talonnade. D’un dribble, l’ex-Monégasque s’ouvrait le chemin du but et trompait le portier grec d’une frappe croisée du pied droit à hauteur du point de penalty, inscrivant-là son 23e but en 35 sélections.

Il en fallait plus pour décourager la formation grecque. Zisis Vryzas tentait sa chance de volée en pleine surface de réparation. Mais Carlos Marchena, qui sera suspendu pour le match contre le Portugal suite à un carton jaune, contrait la tentative et permettait à l’Espagne de se dégager. Iñaki Sáez et sa troupe regagnait les vestiaires avec un petit but d’avance.

Un court avantage que la Grèce semblait déterminée à combler dès le coup d’envoi de la seconde période. Theodoros Zagorakis, à deux reprises, faisait apprécier sa frappe de balle. Sans succès. La partie s’emballait et Raúl, esseulé au deuxième poteau, manquait le cadre de la tête. La domination était toujours espagnole mais la Grèce allait montrer tout son savoir-faire en contre-attaque. Vassilios Tsiartas, récemment entré en cours de jeu, alertait Angelos Charisteas en profondeur. L’attaquant grec amortissait de la poitrine et frappait instantanément du gauche. Le ballon passait entre les jambes d’Iker Casillas, battu pour la première fois dans ce tournoi.

L’égalisation grecque s’avérait pour le moins inattendue, tant les Espagnols dominaient leurs adversaires. Une donnée qui n’allait pas changer dans le dernier quart d’heure de jeu. La pression espagnole était terrible. L’excellent Joaquín, entré sur le terrain pour Etxeberria, décochait un tir du pied gauche à mi-hauteur de peu à côté du but. Ruben Baraja, d’une tête à bout portant, tentait d’inscrire le but vainqueur mais Nikopolidis veillait sur sa ligne.

Même Juan Carlos Valerón, décisif contre la Russie, voyait sa volée du droit contrée par une défense adverse héroïque. Le remplacement de Raúl par Fernando Torres à dix minutes du coup de sifflet final ne changeait rien. La Grèce signait un nouvel exploit avant d’affronter la Russie dimanche.

Mis à jour le: 24/01/12 17.03HEC

http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=2004/matches/round=1581/match=1059172/postmatch/report/index.html#la+grece+freine+lespagne

Composition

Grèce

Grèce

Espagne

Espagne

1
NikopolidisAntonis Nikopolidis (GA)
23
CasillasIker Casillas (GA)
2
SeitaridisGiourkas Seitaridis
3
MarchenaCarlos Marchena
Yellow Card16
5
DellasTraianos Dellas
4
AlbeldaDavid Albelda
7
ZagorakisTheodoros Zagorakis (C)
Yellow Card61
5
PuyolCarles Puyol
8
GiannakopoulosStelios Giannakopoulos
Yellow Card24
Substitution49
6
Iván HelgueraIván Helguera
Yellow Card37
9
CharisteasAngelos Charisteas
Goal66
7
Raúl GonzálezRaúl González (C)
Substitution80
14
FyssasTakis Fyssas
Substitution86
8
BarajaRubén Baraja
15
VryzasZisis Vryzas
Yellow Card90+1
10
MorientesFernando Morientes
Goal28
Substitution65
19
KapsisMichalis Kapsis
14
VicenteVicente
20
KaragounisGiorgos Karagounis
Yellow Card27
Substitution53
15
Raúl BravoRaúl Bravo
21
KatsouranisKostas Katsouranis
Yellow Card7
17
EtxeberriaJoseba Etxeberria
Substitution46

Remplaçants

12
ChalkiasKostas Chalkias (GA)
1
CañizaresSantiago Cañizares (GA)
13
KatergiannakisFanis Katergiannakis (GA)
13
AranzubiaDaniel Aranzubia (GA)
3
VenetidisStelios Venetidis
Substitution86
9
TorresFernando Torres
Substitution80
10
TsiartasVasilis Tsiartas
Substitution53
19
JoaquínJoaquín
Substitution46
11
NikolaidisDemis Nikolaidis
Substitution49
21
ValerónJuan Carlos Valerón
Substitution65
4
DabizasNikos Dabizas
2
CapdevilaJoan Capdevila
6
BasinasAngelos Basinas
11
LuqueAlbert Luque
16
KafesPantelis Kafes
12
GabriGabri
17
GeorgiadisGiorgos Georgiadis
16
Xabi AlonsoXabi Alonso
18
GoumasGiannis Goumas
18
César MartínCésar Martín
22
PapadopoulosDimitris Papadopoulos
20
Xavi HernándezXavi Hernández
23
LakisVasilis Lakis
22
JuanitoJuanito

Entraîneur

Otto-Heinz Rehhagel (GER) José Ignacio Sáez (ESP)

Arbitre

Ľuboš Michel (SVK)

Arbitres assistants

Igor Sramka (SVK), Martin Balko (SVK)

Quatrième arbitre

Stuart Dougal (SCO)

Légende :

  • ButsButs
  • But contre son campBut contre son camp
  • PenaltiesPenalties
  • Penalties manquésPenalties manqués
  • reds_cardCartons rouges
  • yellow_cardsCartons jaunes
  • yellow_red_cardsDouble avertissement
  • RemplacementRemplacement