Demi-finales - 23/06/1984 - 20:00HEC (20:00 heure locale) - Stade Vélodrome - Marseille
3-2
France s'impose après prolongation  

France - Portugal 3-2 - 23/06/1984 - Page du match - UEFA EURO 1984

Le site officiel du football européen

Michel Platini fait la différence

Publié: Jeudi, 24 novembre 2011, 10.52HEC
France 3-2 Portugal (a.p.)
À quelques secondes d'une séance de tirs au but, Michel Platini envoie le Stade Vélodrome au paradis.
Michel Platini fait la différence
Michel Platini 1984 (France) ©AFP

Statistiques des matches

FrancePortugal

Buts marqués3
 
2
Cartons jaunes0
 
0
Cartons rouges0
 
0

Classements

Publié: Jeudi, 24 novembre 2011, 10.52HEC

Michel Platini fait la différence

France 3-2 Portugal (a.p.)
À quelques secondes d'une séance de tirs au but, Michel Platini envoie le Stade Vélodrome au paradis.

Un classique. Le match le plus animé de toute l'histoire des phases finales des Championnats d'Europe. Par certains aspects, il rappelle le scénario de la fameuse demi-finale entre l'Italie et la République fédérale d'Allemagne à l'occasion de la Coupe du Monde de 1970 : une équipe qui mène à la marque pendant la majeure partie de la rencontre, une égalisation tardive, des buts et du suspense pendant la prolongation. Mais si on en est arrivé là, c'est parce que les favoris ont laissé passer des occasions contre l'équipe donnée battue d'avance.

Les premières vingt minutes sont émaillées de petites fautes. Sur l'une d'entre elles, d'Antonio Frasco sur Michel Platini, le capitaine français s'avance pour tirer puis laisse à Jean-François Domergue, pour monter sur le côté opposé et asséner un tir du gauche, qui pénètre dans les buts après avoir heurté la tête de João Pinto.

Le Portugal a opté une nouvelle fois pour un second avant-centre destiné à soutenir Rui Jordão, mais tout se passe à l'autre bout du terrain. Dans les premières minutes de la seconde mi-temps, Manuel Bento sauve dans les pieds de Luis Fernandez (sur le rebond, celui-ci tire de peu à côté) puis dans ceux de Platini. Il continue en repoussant deux tentatives d'Alain Giresse, qui envoie à son tour un obus à quelques centimètres de la cage. Une partie à sens unique avec Platini généralement aux commandes.

Menés d'un seul but, les Portugais reprennent courage. Fernando Chalana finit par apparaître sur le flanc gauche, délivre un centre à mi-hauteur, et de la tête, l'infatigable Jordão marque son premier but des phases finales. Bento se jette pour l'énième fois dans les pieds d'un adversaire, Platini en l'occurrence, puis repousse sur la barre quand Didier Six envoie un boulet de canon sur le ricochet. Réactions splendides d'un gardien à deux jours de son trente-sixième anniversaire.

Quant à son collègue d'en face, il a fort à faire au cours de la prolongation. Son intervention devant Nené est décisive - d'autant plus qu'à ce moment, les Français ont un but de retard. Une fois encore, Chalana adresse un centre sur Jordão, dont la volée frappe le sol puis trouve la lucarne opposée.

On aurait pardonné aux Français de se décourager. Ils jettent au contraire toutes leurs forces dans la bataille et attaquent à outrance. Alors qu'il ne reste que cinq minutes à jouer, deux de leurs défenseurs sont impliqués dans la confection du but égalisateur. Domergue trouve Yvon Le Roux, qui passe à Platini, taclé au moment de remettre à gauche. Et Domergue marque.

Le Portugal pense s'en remettre aux tirs au but, mais la France lance une dernière tentative pour l'emporter au cours du temps réglementaire. Jean Tigana rate sa passe mais se démène pour récupérer le ballon. Il part à grandes enjambées vers l'avant, dribble un Portugais sur la ligne de but, à droite des cages, puis centre à ras de terre devant Bento. Platini contrôle calmement la balle et l'envoie au fond des filets, déclenchant un torrent d'enthousiasme dans la France entière.

Platini courant les bras levés le long de la ligne de touche et une marée de drapeaux français agités par la foule à l'arrière-plan, voilà l'image forte de ce tournoi. Honneur au Portugal malgré sa défaite, jour de gloire pour le milieu de terrain français, et tout particulièrement pour Michel Platini et l'inépuisable Tigana, vainqueur le jour de son 29e anniversaire.

Mis à jour le: 23/06/15 18.37HEC

http://fr.uefa.com/uefaeuro/season=1984/matches/round=203/match=3461/postmatch/report/index.html#la+folie+velodrome