UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

La Suisse entre dans l'Histoire au lendemain de « la soirée la plus dingue »

« En plein rêve », Granit Xhaka et les joueurs de la Suisse, tombeurs des champions du monde français, on écrit l'Histoire pour leur pays.

La liesse dans le camp suisse après l'exploit contre les Bleus
La liesse dans le camp suisse après l'exploit contre les Bleus POOL/AFP via Getty Images

La plus grande soirée du football suisse est arrivée au moment où on l'attendait le moins. La Nati n'avait jamais gagné un match à élimination directe à l'EURO, jamais battu la France en compétition. Au bout d'un scénario à la Hitchcock, elle reste dans le tournoi et se donne le droit de rêver.

Aux tirs au but, après un match qu'elle aura en majorité dominé, la Nati a réservé son billet pour Saint-Pétersbourg où elle affrontera l'Espagne, le 2 juillet en quarts de finale. Mais la Russie et la suite de la compétition étaient bien loin pour les héros de Vladimir Petkovic, hier soir à Bucarest.

France - Suisse, stats, photos, réactions

« Quel match ! Quelle soirée de football », résumait le gardien Yann Sommer quelques minutes après avoir repoussé le penalty de Kylian Mbappé, un geste qui a mis fin à près de trois heures de suspense.

Le capitaine Granit Xhaka a été nommé Star du Match après avoir dominé le milieu de terrain au sein duquel il se trouvait face à N'Golo Kanté et Paul Pogba. « Nous avons écrit l'histoire de cette nation de football », a-t-il déclaré. « Nous pouvons rêver maintenant. »

La Suisse n'avait jamais remporté un match à élimination directe en phase finale de Championnat d'Europe. En 2016, elle s'inclinait en huitièmes aux tirs au but contre la Pologne. À Bucarest, cependant, l'équipe de Vladimir Petković s'est libérée.

Le sursaut français après la pause a révélé une autre facette de la Nati. Menée 3-1 à 10 minutes de la fin, elle est revenue pour décrocher une prolongation et vivre « la soirée la plus dingue », a en croire Haris Seferović, auteur d'un doublé à la National Arena. Cap désormais sur Saint-Pétersbourg.

Téléchargez l'app de l'EURO