UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Exclu. Kimpembe : « Il va falloir être solides »

Le défenseur central de la France Presnel Kimpembe aborde sa première phase finale d'EURO de manière sereine et déterminée.

Presnel Kimpembe et la France entrent en lice en Allemagne mardi
Presnel Kimpembe et la France entrent en lice en Allemagne mardi UEFA via Getty Images

Presnel Kimpembe nous en dit plus sur le rôle des «Bavarois» de l'équipe de France avant d'affronter l'Allemagne, mais aussi sur ses ambitions, tant collectives que personnelles, et sur son importance croissante en tant que leader d'équipe. Exclu.

Téléchargez l'app de l'EURO


UEFA.com : Quelle est l'ambiance au sein du groupe, est-ce que vous êtes prêts ?
Presnel Kimpembe : L'équipe est prête, forcément. On est tous très excités et très impatients de pouvoir commencer cette compétition. Il reste encore quelques heures pour peaufiner quelques détails. Et pour être prêts le jour J.

Quelles seront les ingrédients indispensables pour battre cette équipe d'Allemagne ?
Ce qui est sûr, c'est qu'il va falloir être solides. On tombe contre une grosse nation du football. On connaît tous les qualités de l'Allemagne. Il va falloir être prêts physiquement, très agressifs, on sait que c'est une équipe qui est aussi agressive. On va arriver avec nos armes tout simplement.

Tous les buts de la France sur la route de l'EURO 2020
Tous les buts de la France sur la route de l'EURO 2020

Avec Paris, vous avez eu la chance d'éliminer le Bayern en C1. Et il y a des joueurs du Bayern dans votre équipe. Est-ce un plus de connaître bon nombre de joueurs allemands ?
Je pense que c'est un plus parce qu'ils (les Bavarois de l'équipe de France) connaissent la plupart des joueurs allemands. On va essayer de s'en servir. C'est toujours mieux d'avoir des joueurs qui côtoient nos concurrents dans cette compétition. C'est toujours important qu'il les connaissent. Ils peuvent nous donner aussi deux ou trois conseils. C'est toujours bon à prendre.

Est-ce qu'il y a un joueur que vous craignez plus particulièrement dans cette équipe d'Allemagne ?
Non. Je ne crains personne.

Vous disputez votre premier EURO. Quelles sont les sensations et quels sont vos objectifs personnels ?
L'objectif, c'était d'y être. Ensuite, d'être titulaire. Je pense que j'ai et qu'on a bien travaillé pour être là aujourd'hui. On espère que tout va se passer comme nous l'espérons. Mais il faudra d'abord passer par l'Allemagne.

EURO 2020, la feuille de route des Bleus


Après l'Allemagne, il y aura la Hongrie. À quel type de match vous attendez-vous chez eux ?

On sait que ça va être compliqué. Si les Hongrois sont là, c'est qu'ils le méritent. Ce n'est pas pour rien. On a vu dans cette compétition qu'il n'y avait pas de petite nation. En plus, on va jouer chez eux, dans un stade plein avec le retour des supporters après la crise sanitaire, qui a duré plus d'un an. Il ne faudra pas prendre ce match à la légère.

On parle souvent de groupe de la mort quand on évoque votre Groupe F...
Oui, on sait que le groupe est relevé. Il n'y a pas de petite nation. Ça va nous obliger à ne pas nous endormir et à mettre le bleu de chauffe pour être au diapason, comme on dit.

 Kimpembe : « Mon rôle premier, c'est d'être un défenseur, de défendre et d'aimer défendre. »
Kimpembe : « Mon rôle premier, c'est d'être un défenseur, de défendre et d'aimer défendre. »Getty Images

On vous voit souvent donner de la voix à l'entraînement, vous êtes aussi souvent capitaine au PSG. Pensez-vous que vous avez un rôle à jouer dans cette équipe de France dans le domaine du leadership ?
Évidemment, les titulaires comme les remplaçants ont tous un rôle à jouer dans cette équipe. On a tous ce côté leader. Certains moins que d'autres, mais je pense que les bonnes personnes le sortiront au bon moment. On aura besoin de tout le monde dans cette compétition. C'est ça, une équipe.

À l'entraînement, on vous voit aussi marquer des buts. Est-ce que vous aimeriez être plus décisif devant ?
Forcément, j'aimerais aussi mettre mon premier but en équipe de France et faire dérouler la machine. J'ai toujours pensé comme ça. Mais chacun son rôle et, mon rôle premier, c'est d'être un défenseur, de défendre et d'aimer défendre. Je pense que c'est ce que je fais depuis pas mal de temps. Mais ce serait pas mal de marquer des buts en plus.

Pavard : « On veut égaler nos aînés »


Vous avez l'occasion d'imiter la génération 98-2000. Est-ce que vous en parlez, entre vous ? Et que pensez-vous de cette génération ?

Je pense que c'est une génération dorée, qui a fait le boulot pendant un bon moment. Ils nous ont mis des étoiles plein les yeux. Ils ont été nos exemples, nos modèles. Bien sûr, ce serait magnifique de pouvoir faire comme eux.