UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

La Pologne prête psychologiquement

Le sélectionneur Franciszek Smuda affirme que la Pologne n'a pas succombé à l'euphorie générale et qu'elle veut gagner contre la République tchèque.

Franciszek Smuda vise les quarts de finale
Franciszek Smuda vise les quarts de finale ©Getty Images

Si le pays tout entier se voit déjà en quarts de finale, le sélectionneur de la Pologne Franciszek Smuda pense que ses joueurs ont les pieds sur terre avant le match décisif contre la République tchèque.

"Je pense qu'ils ne font pas ressortir cette euphorie, ces émotions positives", indique le coach de 63 ans. "Nous essayons de garder la tête froide et je pense que l'équipe est concentrée comme avant le match de la Russie. Il s'agit peut-être du match le plus important de ma vie et de l'équipe. Mais il faut rester calme."

Si les enjeux du stade Municipal de Wroclaw n'empêchent pas le sélectionneur de dormir, il se tracasse plutôt pour son onze de départ. "Si nous n'avions aucun blessé, j'aimerais vraiment utiliser le même onze que contre la Russie", dit Smuda, dont la forme des milieux Eugen Polanski et Dariusz Dudka et de l'arrière central Damien Perquis le préoccupe. Ainsi que le cas du gardien. Przemysław Tytoń a été sensationnel en l'absence de Wojciech Szczęsny.

Son homologue, Michal Bílek, de son côté, est heureux de pouvoir compter sur Petr Čech, son n°1 s'étant entraîné normalement après un problème à l'épaule. En revanche, le capitaine Tomáš Rosický a regardé ses coéquipiers s'entraîner à cause de sa blessure au tendon d'Achille. "J'espère que Tomáš jouera mais nous avons d'autres options", a rassuré Bílek. Daniel Kolář pourrait en être une.

Maintenant, il va s'atteler à gâcher la fête des Polonais. "Nous passons du bon temps en Pologne et les supporters polonais nous ont soutenus mais maintenant, c'est nous ou eux. Nous allons tout faire pour atteindre notre objectif", affirme Bílek, dont l'équipe sera qualifiée avec une victoire. "Des joueurs comme Błaszczykowski et Lewandowski sont excellents et il faudra les surveiller, mais nous n'avons pas peur. Nous avons montré notre classe dans le deuxième match. Nous n'avons pas l'intention de dire adieu à l'EURO pour l'instant."