UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

La Roumanie a marqué les esprits

Avant d'affronter la Roumanie au Parc des Princes, pour leur deuxième match du Groupe A, les Suisses ont rendu hommage à la prestation de leur futur adversaire face à la France lors du match d'ouverture.

Anghel Iordanescu et Vlad Chiriches
Anghel Iordanescu et Vlad Chiriches ©Getty Images

Malgré la défaite au Stade de France, vendredi face aux Bleus (1-2), l'équipe de Roumanie n'a reçue que des louanges ces derniers jours. Il faut dire que la performance de l'équipe d'Anghel Iordanescu méritait d'être soulignée.

"Leur qualité principale, c'est qu'ils se battent les uns pour les autres, a expliqué le milieu de terrain suisse Valon Behrami. Ils sont très bien organisés, on a vu comme ils ont lutté contre la France. C'est une source d'inspiration pour nous."

  • La Suisse n'a jamais réussi à gagner deux matches dans une même phase de groupes à l'EURO
  • La Nati a lancé son tournoi avec une victoire 1-0 contre une Albanie vite réduite à dix
  • La Roumanie a elle dû concéder une défaite 2-1 lors du match d'ouverture contre la France
  • Les deux nations se sont affrontées 12 fois, pour 5 victoires chacune et 2 nuls.
  • La Roumanie a concédé autant de buts contre la France que lors de toute sa campagne éliminatoire à l'UEFA EURO 2016 (2)

"L'équipe roumaine m'a impressionné, a souligné le coach des Helvètes, Vladimir Petković. Elle a mis la France en grande difficulté, donc je crois que d'un point de vue psychologique et physique, ses joueurs sont en forme." Son homologue roumain Anghel Iordanescu n'en est pas si sûr : "Le problème numéro un après ce match a été de rétablir les joueurs, physiquement et mentalement. On espère avoir retrouvé nos forces demain sur le terrain."

Petković est surtout conscient que son équipe devra livré une prestation plus aboutie que face à l'Albanie pour signer une deuxième victoire en phase de groupes, ce qui n'est jamais arrivé à la Suisse... "Il faudra qu'on soit à 110%, car on sait ce qu'on a donné contre l'Albanie, et ça pourrait ne pas suffire cette fois-ci."

Les équipes probables
Suisse :
Sommer; Lichtsteiner, Schär, Djourou, Rodríguez; Behrami, Džemaili, Xhaka; Shaqiri, Seferović, Mehmedi.

Roumanie : Tătărușanu; Săpunaru, Chiricheș, Grigore, Raț; Pintilii, Hoban; Torje, Stanciu, Stancu; Keșerü.

Vladimir Petković, sélectionneur de la Suisse
On veut se qualifier dès ce deuxième match, donc on va tout faire pour y arriver face à un adversaire très fort, qui aurait pu battre la France en ouverture. Savoir qui est favori n'est pas important. Ce qui compte, c'est de voir quelle équipe entrera le mieux dans ce match. On a vu que la Roumanie était capable d'imposer un rythme élevé durant 90 minutes.

Ce que nous devons faire, c'est continuer à faire le jeu et à nous créer des occasions. On doit insister, tôt ou tard le ballon va rentrer ! On n'affrontera pas toujours un gardien aussi fort que Berisha (le portier albanais), donc il faut rester serein. Ce match doit nous donner confiance, nous pousser à exiger encore plus de nous-mêmes pour confirmer notre premier succès.

Je ne suis pas le type d'entraîneur qui se contente du minimum, je veux le maximum et le maximum, ce sont les trois points. On se doit d'être exigeant.

Anghel Iordănescu, sélectionneur de la Roumanie
C'est un match très important pour notre équipe. Mais il faut être réaliste : on va affronter une équipe qui compte 18 joueurs sur 23 qui évoluent dans des championnats majeurs. C'est une équipe qui a beaucoup de valeur et d'expérience. Depuis 2004, la Suisse est présente à quasiment chaque tournoi majeur.

On est un peu préoccupés par notre défense, mais on a aussi réussi à marquer récemment contre des équipes importantes. On espère donc ne pas encaisser de but... et en marquer !

Valon Behrami, milieu de la Suisse
Demain c'est un grand match, ça peut être un grand pas pour nous. On sait que ce sera difficile, mais on est prêts. Il y avait peut-être un peu trop de pression pour notre premier match contre l'Albanie, on n'a pas très bien joué. Mais on a aussi besoin de cette pression pour être à 100%. Donc j'espère qu'on la sentira dès demain matin. On doit être conscients de ce que signifierait une victoire pour nous.

Suivez le match sur les réseaux sociaux (#ROUSUI)