UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Les dix plus grosses surprises des éliminatoires

UEFA.com revient sur les dix plus grosses surprises de l'histoire des éliminatoires du Championnat d'Europe de l'UEFA.

Les surprises de l'EURO ©Getty Images

Les Petits Poucets du football européen ont rarement l'occasion de briller en phase finale, mais ils écrivent leur histoire en éliminatoires du Championnat d'Europe de l'UEFA. UEFA.com revient sur les dix plus grosses surprises.

Luxembourg 2-1 Pays-Bas (30/10/63)
Après un nul 1-1 après l’aller à Amsterdam, tout le monde s’attendait à ce que le match retour tourne en faveur des Oranje. Mais une équipe du Luxembourg emmenée par ce qui reste probablement le plus grand joueur de l’histoire du pays, Louis Pilot, l’emportait pour sa toute première rencontre du Championnat d’Europe de l’UEFA, Camille Dimmer marquant lors de chaque période malgré l’égalisation de Pieter Kruiver. "Les Pays-Bas ne sont pas au meilleur de leur forme en ce moment et nous avions la volonté de gagner", a déclaré le gardien luxembourgeois Nico Schmitt.

Albanie 0-0 Allemagne de l'Ouest (17/12/67)
Face à une équipe qui avait terminé finaliste de la Coupe du Monde de la FIFA l’année précédente, peu d’espoirs été laissés à l’Albanie à Tirana. L’équipe de Helmut Schön savait en effet qu’une victoire la qualifierait pour le Championnat d’Europe de l’UEFA 1968, tandis que les hôtes cherchaient tant bien que mal un premier point dans le Groupe 4 du tour préliminaire. Ils obtenaient logiquement un nul mémorable. "C’était une telle surprise que nous l’avons fêtée pendant un mois, car nous pensions que nous avions gagné la Coupe du Monde", confiait le n° 10 de l’Albanie Panajot Pano.

Islande 2-1 RDA (05/06/75)
L’Islande a tardé à faire impression en éliminatoires du Championnat d’Europe de l’UEFA, ne parvenant pas à décrocher la moindre victoire en 1964 et ne participant pas aux éditions 1968 et 1972. Mais sa première victoire valait la peine d’attendre, Johannes Edvaldsson et Ásgeir Sigurvinsson marquant avant que Jürgen Pommerenke ne réduise le score. La RDA terminait à une longueur de la tête du groupe.

Malte 0-0 Allemagne de l'Ouest (25/02/79)
L’équipe de RFA qui foulait la pelouse de Gzira comprenait des joueurs de légende comme Sepp Maier et Karl-Heinz Rummenigge. Mais les hôtes ne s’en laissaient pas conter et décrochaient ce qui allait être leur unique point en éliminatoires. "À la fin du match, plutôt que d’échanger mon maillot avec un joueur allemand, j’ai décidé de le garder en honneur de la prestation mémorable de l’équipe et de moi-même", raconte le gardien de but de Malte Charles Sciberras. Les visiteurs rebondissaient en l’emportant 8-0 au retour avant de brandir le trophée l’année suivante en Italie.

Îles Féroé 1-0 Autriche (12/09/90)
"Nous voulions que ce soit possible et nous l'avons rendu possible", a déclaré le capitaine Jóannes Jakobsen. Une telle réaction n’est pas une surprise étant donné que ce résultat reste le plus célèbre de l’histoire des Îles Féroé, et il intervenait lors de sa toute première rencontre en compétition. Torkil Nielsen était le héros du jour, trouvant le chemin des filets juste après l’heure de jeu.

Pays de Galles 1-0 Allemagne (05/06/91)
Même si le Pays de Galles possédait quelques joueurs talentueux comme Neville Southall, Ian Rush et Mark Hughes, peu de monde s’attendait à les voir inquiéter les champions du monde. Mais l’équipe de Berti Vogts était réduite à dix après l’expulsion de Thomas Berthold à l’heure de jeu. L’équipe de Terry Yorath s’imposait grâce à un but de Rush six minutes plus tard. "Tout le monde nous donnait perdants d'avance", déclarait Gary Speed. "C’est un résultat qui a surpris le monde du football."

Italie 1-1 Lituanie (02/09/06)
Moins de deux mois après avoir remporté le Mondial pour la quatrième fois, l'Italie débutait les éliminatoires de l'UEFA EURO 2008 par un match considéré "facile". Mais le capitaine lituanien Tomas Danilevičius offrait l’avantage aux visiteurs à la 21e minute à Naples avant l’égalisation de Filippo Inzaghi. "L'équipe a été excellente", raconte Danilevičius. "Les Italiens nous ont peut-être sous-estimés, mais on a montré qu'on pouvait déranger les plus forts."

Irlande du Nord 3-2 Espagne (06/09/06)
Même si les Espagnols n'avaient pas encore atteint les sommets européens et mondiaux, ils pouvaient compter sur des joueurs talentueux qui auraient dû facilement se débarrasser de l'Irlande du Nord. L'équipe de Luis Aragonés prenait deux fois l'avantage, par Xavi Hernández et David Villa, mais David Healy égalisait à chaque fois avant de conclure son premier triplé international en 15 ans avec une victoire à la clé. "Nous avons montré notre caractère plus que tout, ce soir et cela devrait être une leçon pour tout le monde", a déclaré Healy.

Liechtenstein 3-0 Islande (17/10/07)
Le Liechtenstein a rarement pris du plaisir en éliminatoires du Championnat d'Europe de l'UEFA et cette victoire reste sa plus large dans la compétition. La principauté n'avait gagné qu'une fois avant la campagne 2006–08, mais n'a fait qu'une bouchée de l'Islande grâce à un double de Thomas Beck et un but de Mario Frick. "C'est génial et personnellement, je suis très content, mais je le suis encore plus pour l'équipe", déclarait Beck.

France 0-1 Belarus (03/09/10)
Malgré trois défaites de rang auparavant et une Coupe du Monde ratée, la France était favorite dans le premier match compétitif de Laurent Blanc à la tête de l'équipe nationale. Les Bleus dominaient, mais ne trouvaient pas la faille et le payaient à quatre minutes de la fin quand Sergei Kislyak marquait. "C'était un grand plaisir de battre la France chez elle", se souvient Kislyak. "C'était la première fois que je voyais autant de supporters, près de 80 000."