Le site officiel du football européen

L'évolution du football

Chaque Championnat d'Europe de l'UEFA fournit son lot de repères tactiques. L'EURO 2012 devrait nous apporter un aperçu frais et fascinant du football actuel.
L'évolution du football
La Grèce a gagné la bataille tactique à l'UEFA EURO 2004 ©AFP

L'évolution du football

Chaque Championnat d'Europe de l'UEFA fournit son lot de repères tactiques. L'EURO 2012 devrait nous apporter un aperçu frais et fascinant du football actuel.

Chaque Championnat d'Europe de l'UEFA fournit son lot de repères tactiques. L'UEFA EURO 2012 devrait donc nous apporter un aperçu frais et fascinant du football d'aujourd'hui.

Lors des premiers EURO dans les années 1960, l'ancienne formation en 2-3-5 avec deux arrières, deux latéraux, un milieu axial, deux ailiers, deux avants-centres et un attaquant de pointe, a laissé sa place à une stratégie de plus en plus sophistiquée qui illustrait parfois une nouvelle philosophie défensive. Plutôt que de s'occuper à inscrire des buts, les équipes préféraient ne pas en encaisser. De nouveaux systèmes tels que les 4-3-3 (souvent sans ailier), 4-4-2 ou 4-2-4 étaient de plus en plus appréciés dans un football plus rapide dans les gestes et les pensées.

Les postes individuels ont également évolué. Les Italiens, champions 1968, comptaient parmi leurs rangs des défenseurs solides et des attaquants rapides mais également un arrière latéral au potentiel offensif important en la personne de Giacinto Facchetti qui a complètement redessiné ce poste. Les meneurs de jeu sont également apparus. Si le meneur de jeu était capable de régulièrement marquer des buts, dans le jeu ou sur coup franc, alors l'équipe marchait fort. En 1984, le Français Michel Platini terminait meilleur buteur de la compétition avec neuf buts en cinq rencontres à domicile.

Dans les années 1970, le poste de "libero" était né. À ce poste se trouvait un "libero" purement défensif qui évoluait juste derrière sa défense pour récupérer les ballons des adversaires. L'élégant Allemand Franz Beckenbauer, capitaine de l'Allemagne de l'Ouest 1972, donnait une certaine ampleur à ce poste en utilisant ses qualités et sa vision pour véritablement amorcer les attaques de son équipe.

Au fil des ans, le football est devenu une véritable bataille tactique, les défenses s'avérant de plus en plus difficile à contourner. D'ailleurs, un groupe d'étude technique de l'UEFA, composé d'entraîneurs et d'experts techniques, surveille ces développements depuis quelques EURO pour identifier les tendances tactiques dominantes tous les quatre ans.

À l'EURO '96 en Angleterre, les équipes ont eu tendance à développer des blocs défensifs solides, pratiquement infranchissables, et l'on a été témoin de la "surcharge" du milieu de terrain dans une formation en 3-5-2, et de la pénurie d'ailiers qu'il a fallu compenser par des joueurs latéraux travailleurs ou des arrières latéraux usant et abusant de débordements. Les contre-attaques, souvent amorcées par des attaquants rapides, et des coups de génie individuels étaient nécessaires pour déstabiliser les blocs défensifs solides. Un milieu de terrain défensif, nommé "aspirateur", permettait également de mettre un terme aux contre-attaques. Puis les gardiens ont dû devenir de véritables joueurs de ballon suite aux changements de la règle de la passe au gardien.

Aux Pays-Bas et en Belgique en 2000, tout le monde ne parlait plus que du milieu en diamant : un milieu défensif, deux milieux "normaux" et un joueur axial en soutien des attaquants. Les attaquants solitaires ont également laissé leur trace. Un écran de deux milieux défensifs protégeaient l'arrière-garde des dangers potentiels et les footballeurs ont dû devenir des joueurs complets, matures tactiquement, polyvalents, adaptables, flexibles et intelligents, ainsi qu'excellents physiquement.

En phase finale 2004, les qualités techniques et la vitesse étaient des éléments prérequis puisque le football avait gagné en rapidité. Le bloc défensif collectif et regroupé tenait bon ce qui obligeait les adversaires à utiliser les flancs et à lancer des contre-attaques fulgurantes pour déjouer les tactiques adverses. Des mouvements offensifs bien construits, lents et la circulation de ballon s'avéraient quelque peu inefficaces face à de tels systèmes mais les équipes avaient davantage besoin d'ailiers pour contourner les défenses amassées. Une discipline tactique, une organisation et un esprit d'équipe exceptionnels ont permis à la Grèce de devenir un champion inattendu.

L'annonce de la fin du jeu en combinaison et de la circulation de balle s'est avérée prématurée. Quatre ans plus tard, l'Espagne arrivait en Autriche et en Suisse avec un milieu de terrain "poids plume" centré autour de Xavi Hernández, Andrés Iniesta et Marcos Senna, tous culminant à 1,77 m ou moins. Incapables de passer au physique, ils ont trouvé un autre moyen, et leur "tiki-taka" n'a jamais manqué de faire mouche.

Le football n'arrête jamais d'évoluer. À quoi pouvons-nous nous attendre pour la phase finale en Pologne et en Autriche ? L'UEFA EURO 2012 fournira certainement son lot d'éléments tactiques aux experts et aux supporters.

Mis à jour le: 10/10/13 14.03HEC

https://fr.uefa.com/uefaeuro/history/background/the-evolution-of-football/index.html