L'EURO de A à Z

L'UEFA EURO 2016 vient de se finir en apothéose avec la victoire du Portugal en finale. EURO2016.fr vous présente ce que l'on a retenu de ce magnifique tournoi.

Éder, buteur décisif pour le Portugal
Éder, buteur décisif pour le Portugal ©AFP/Getty Images

A comme Allemagne. Les champions du monde n’ont pas fait preuve de chance à l’EURO 2016, la faute aux blessures. Privés de Marco Reus avant le tournoi, puis de Mario Gomez et Sami Khedira pour la demi-finale, Jérôme Boateng s’est lui aussi blessé pendant le match face à la France que Bastian Schweinsteiger a disputé sur une jambe alors que Mats Hummels était suspendu. Ce qui n’enlève rien à l’exploit des Bleus, vainqueurs de l’Allemagne pour la première fois en phase finale d’un tournoi majeur. Auf Wiedersehen Deutschland.

B comme Buts. 108 inscrits au total lors des 51 matches de l'UEFA EURO 2016. Entre le premier inscrit par Olivier Giroud pour la France contre la Roumanie jusqu'au dernier marqué par Éder pour le Portugal en finale, il y a eu de jolies réalisations. Vous pouvez d'ailleurs voter pour le But du tournoi !

C comme Champion. Le Portugal a fait subir à la France ce qu'il avait souffert en 2004 en tant que pays hôte face à la Grèce. Il a dû recourir à la prolongation pour se défaire des Bleus au terme d'une rencontre tactique, bien maîtrisée défensivement.

D comme Débutants. Le Pays de Galles (demi-finaliste), l’Islande (quart de finaliste), l’Irlande du Nord (8e de finaliste) et l’Albanie (phase de groupes mais dont le niveau de jeu a été salué) : les nations qui disputaient leur premier EURO n’ont pas manqué le Rendez-Vous.

E comme EURO. La 15e édition du Championnat d’Europe de l’UEFA a peut-être été une déception pour les hôtes sur le plan sportif en finale, mais a été une véritable fête de A à Z. Le passage de 16 à 24 nations s’est magnifiquement bien passé et, pour la première fois, une équipe ayant terminé parmi les meilleurs 3e de la phase de groupes a remporté la finale.

F comme France. Hôte d’un cinquième grand tournoi de son histoire, après les Coupes du Monde 1938 et 1998, et les Championnats d’Europe 1960 et 1984, la France a réussi a organiser un EURO splendide et à accueillir 24 nations à bras ouverts, à Lens, Lille, Marseille, Lyon, Saint-Étienne, Paris, Saint-Denis, Toulouse, Bordeaux et Nice. En parfait hôte, elle a même laissé l'honneur à un autre pays de l'emporter. L’élégance française.

G comme Guetta. À chaque mini-cérémonie organisée avant toutes les rencontres de l’EURO, les stades français ont pu vibrer aux sons du DJ français David Guetta qui a créé l’hymne de l’EURO 2016 "This One’s for You". L’ambianceur made in France !

H comme Histoire. Le Portugal a remporté le tout premier EURO de son histoire et devient par la même occasion de dixième vainqueur distinct de la compétition.

I comme Islande. Outre le Pays de Galles, demi-finaliste, l’Islande, 323 000 habitants, a créé la sensation de l’EURO en terminant devant le Portugal en phase de groupes avant d’éliminer l’Angleterre en 8es de finale. La marche était trop grande en quarts face au pays hôte.

J comme Jeu. Des dribbles de Paul Pogba aux coups de tête de Cristiano Ronaldo en passant par les frappes de Radja Nainggolan ou de Luka Modrić, les spectateurs de l’EURO ont assisté à du beau jeu en France.

K comme Király. Avec sa tenue vestimentaire atypique, le portier de la Hongrie est devenu à plus de 40 ans le joueur le plus âgé à participer à la compétition.

L comme Luis Nani. Le Portugais, auteur face à l’Islande, à Saint-Étienne, du 600e but de l’Histoire en phase finale de l’EURO.

M comme Morata. L'Espagnol a inscrit le premier doublé de l'EURO, face à la Turquie. Ils sont cinq à l'avoir imité ensuite, dont Griezmann à deux reprises.

N comme No Vardy No Party. L’adage anglais n’aura jamais été autant valable. Les fans de l’Angleterre ont demandé pendant toute la compétition la titularisation de Jamie Vardy, le sélectionneur Roy Hodgson ayant maintenu sa confiance en Harry Kane (0 buts en 240 minutes).

P comme Portugal. S’il est bien une équipe qui a profité du passage à 24 nations, c’est bien le Portugal. Qualifiée au terme de la phase de groupes après trois matches nuls, elle aurait été éliminée lors d’une édition à 16 équipes. Classée parmi les meilleurs troisièmes, elle a ensuite profité de la défaite de l’Espagne face à la Croatie pour éviter les champions d’Europe en titre dès les 8es de finale. La suite, on la connaît...

Q comme Qualifiés. 24 qualifiés, 552 joueurs, 51 rencontres, 10 stades, un premier EURO à 24 nations parfaitement réussi en termes d’organisation.

R comme Ronaldo. Le talisman portugais a marqué la compétition de son empreinte, devenant le premier joueur à marquer lors de 4 EURO différents avant d’égaler le record de buts de Michel Platini en phase finale (9).

S comme Soulier d’Or. Avec six réalisations en sept matches, Antoine Griezmann est devenu le meilleur buteur de l'EURO 2016 et le 4e meilleur buteur de l'histoire de la compétition. En France, ses victimes ont été l'Albanie, l'Irlande (2), l'Islande et l'Allemagne (2). Maigre consolation pour le joueur de l'Atlético.

T comme Tenant du titre. L’Espagne a déçu dans cet EURO, butant sur une équipe d’Italie déterminée en 8es de finale. 5 buts marqués en 4 matches, la Roja nous avait habitués à un meilleur rendement offensif mais surtout à une plus grande solidité défensive (4 buts encaissés lors de ses deux derniers matches).

U comme Umtiti. Quel mois pour cet appelé de dernière minute à l’EURO ! Titulaire en quart pour sa première sélection chez les Bleus, puis en demies et en finale, le défenseur central lyonnais a également été transféré au Barça au cours d’un été qu’il n’oubliera décidément pas de si tôt.

V comme Vitesse. Les joueurs ont été chronométrés tout au long du tournoi. Kingsley Coman a réalisé la plus belle pointe à 32,8 km/h.

W comme Will Grigg’s on Fire. Les supporters de l’Irlande du Nord ont mis le feu partout où ils sont passés en France, leur fameux chant à la gloire de leur attaquant étant désormais repris par les fans des autres pays. En bonus pour leur première phase finale de l’EURO, une participation aux 8es de finale.

X comme Xherdan Shaqiri. La Suisse a beau s’être inclinée aux tirs au but face à la Pologne en 8es de finale, l’égalisation du joueur de Stoke City ce jour-là à Saint-Étienne, d’un magnifique retourné acrobatique de l’entrée de la surface de réparation, reste peut-être le plus beau but du tournoi.

Z comme Zaza. L’Italien a joué 121 minutes à l'EURO, mais a surtout fait une entrée remarquée en quart de finale face à l'Allemagne. Antonio Conte l'a en effet mis sur le terrain à la fin de la deuxième période de la prolongation pour qu'il puisse frapper un tir au but. Après avoir couru 12 secondes et sans avoir au préalable touché le ballon, il s'est présenté devant Manuel Neuer... pour rater le premier tir italien !

Haut