Instantané : dieux grecs au Portugal

Aujourd'hui, retour sur l'édition 2004 de l'EURO, qui vit, à la surprise générale, la Grèce remporter une victoire plus qu'inattendue.

©AFP

Quand la Grèce est arrivée à l'UEFA EURO 2004, elle n'était même pas considérée comme outsider. Et pourtant, au terme d'un superbe mois de football ensoleillé, au Portugal, l'ultra-pragmatisme des hommes d'Otto Rehhagel leur permit d'atteindre le sommet de l'Olympe. Les Grecs ont fait tomber les équipes les unes après les autres, pour finir le tournoi comme ils l'avaient commencé : en battant le pays hôte.

Temps forts de la finale 2004
Temps forts de la finale 2004

1 Traianos Dellas
Dellasa été l'un des clés de voute de l'imperméable défense grecque (seulement quatre buts encaissés). Le "Colosse de Rhode", comme l'appelait Rehhagel, a offert le but en argent à son équipe, lors de la demi-finale contre la République tchèque. Il jouait alors à la Roma, mais c'est à l'AEK Athens qu'on l'associe généralement. Il a pris sa retraite en 2012, après avoir fait remonter l'AEK de la troisième à la première division. Il entraîne aujourd'hui le club d'Atromitos.

2 Theodoros Zagorakis
Zagorakis n'a pas marqué au Portugal mais il a été décisif en final. Il a pris sa retraite en 2007 et compte 120 sélections. En club, sa plus grande victoire reste une Coupe de Grèce, en 2002, gagnée avec l'AEK. Il est aujourd'hui président du PAOK, et membre du parlement européen depuis 2014.

Nikopolidis et l'EURO 2004
Nikopolidis et l'EURO 2004

3 Otto Rehhagel
Rehhagel est le seul sélectionneur à avoir remporté le Championnat d'Europe avec une nation qui n'est pas la sienne. Après cette victoire, l'ancien tacticien du Werder Bremen a qualifié la Grèce pour l'UEFA EURO 2008 et la Coupe du Monde 2010 avant de prendre sa retraite à l'aube de ses 72 ans. Il est le seul à compter plus de 1000 matches de Bundesliga, en tant que joueur et entraîneur.

4 Michalis Kapsis
Kapsis a le football dans le sang : son père, Anthimos, a été international grec, et faisait partie de l'équipe du Panathinaikos défaite par l'Ajax en finale de la C1 1971. Michalis connait sa première sélection en juin 2003, et parvient à éteindre l'Espagnol, Raúl González, au cours d'un match que la Grèce remporte 1-0. Il a fait de même face à Jan Koller lors de la phase finale. Il a fait le doublé avec l'Olympiacos, en 2006. Il a pris sa retraite en 2012.

Angelos Basinas
Angelos Basinas©Getty Images

5 Angelos Basinas
Il fit partie des quatre joueurs grecs comptant plus de 100 sélections. Il a joué un rôle majeur dans la conquête de l'UEFA EURO 2004 en tant que milieu récupérateur. Il a marqué un penalty lors de la victoire 2-1 en match d'ouverture, contre le Portugal, et déposé le ballon sur la tête d'Angelos Charisteas en finale. Basinas passe désormais ses diplômes pour être entraîneur.

6 Takis Fyssas
Fyssas a rejoint Benfica en décembre 2003 et marqué un but lors de la victoire en finale de la Coupe du Portugal, contre le Porto de José Mourinho, qu'il priva alors d'un triplé. Un mois plus tard, il a débuté l'EURO en tant qu'arrière gauche dans son jardin de l'Estádio do Sport Lisboa e Benfica, à Lisbonne. Il a aussi joué pour les Hearts, en Écosse, puis au Panathinaikos, avant de prendre sa retraite en juin 2008. Il a ensuite fait partie du staff de la sélection nationale et est, depuis 2014, directeur technique du Panathinaikos.

Vryzas et Papadopoulos
Vryzas et Papadopoulos©Getty Images

7 Zisis Vryzas
Grâce à son but lors de la défaite contre la Russie, il a permis à son équipe de doubler l'espagne au classement, au prix de la meilleure attaque. Chouchou des fans du PAOK, il a aussi joué à Pérouse, à la Fiorentina, au Celta Vigo et au Torino. Il est devenu directeur technique du PAOK après sa retraite, en 2008. Après avoir été président du PAOK, il est aujourd'hui directeur technique de Veria.

8 Dimitris Papadopoulos
Papadopoulos était, à 22 ans, le plus jeune joueur de l'effectif, en 2004. Il sortait alors d'un doublé coupe-championnat avec le Panathinaikos, et représenta ensuite la Grèce aux Jeux olympiques d'Athènes. Né en Ouzbékistan, cet attaquant a un temps été éloigné du football international, avant d'être rappelé en sélection en août 2013, après avoir été élu footballeur de l'année, après une bonne saison au Panthrakikos. Il joue aujourd'hui à l'Atromitos.

9 Stelios Giannakopoulos
La suspension de Giorgos Karagounis permit à Giannakopoulos de disputer la finale. 13 mois plus tôt, c'est lui qui avait permis aux siens de l'emporter 1-0 sur l'Espagne, à Saragosse. Il est passé par Bolton, Hull et Larissa mais a surtout brillé à l'Olympiacos, où il a fini champion au terme de chacune de ses sept saisons passées au club. Après sa retraite, en 2010, il est devenu président de l'Association des footballeurs professionnels, en Grèce. Après une brève carrière d'entraîneur, il est aujourd'hui chroniqueur.

Angelos Charisteas
Angelos Charisteas©Getty Images

10 Angelos Charisteas
Son but vainqueur en finale reste le sommet de sa carrière internationale, faite de 88 sélections et 25 buts. Il avait marqué en phase de groupes contre l'Espagne, puis contre la France, en quarts. Champion d'Allemagne en 2003/04 avec le Werder Bremen, il a beaucoup voyagé, passant par les Pays-Bas, la Grèce, la France, et l'Arabie saoudite. Il a brièvement occupé le poste de directeur technique d'Aris, son premier club, avant de sortir de sa retraite pour jouer en Australie.

11 Giourkas Seitaridis
Seitaridis, arrière droit, s'est montré précieux tant sur le plan offensif que défensif, lors du parcours grec. Il a su contenir les véléités de joueurs comme Thierry Henry ou Milan Baroš. Il sortait alors d'un doublé coupe-championnat avec le Panathinaikos. Après la compétition, il a rejoint Porto, avant de partir au Dinamo Moskva et à l'Atlético Madrid. Il est ensuite revenu au Panathinaikos, où il a raccroché les crampons, en 2013.

Également présents sur cette photo ...
12 Giannis Goumas
13 Kostas Chalkias
14 Giorgos Georgiadis
15 Pantelis Kafes
16 Vassilis Lakis
17 Fanis Katergiannakis
18 Stelios Venetidis

Haut