UEFA.com fonctionne mieux avec d'autres navigateurs
Pour profiter au mieux du site, nous recommandons d'utiliser Chrome, Firefox ou Microsoft Edge.

Le pouvoir fédérateur du football, briser les barrières, bâtir des communautés

L'EURO 2020 joue un rôle de premier plan en aidant les pays européens à utiliser le football pour lutter contre toutes les formes de discrimination, tant sur le terrain qu'en dehors.

BILDBYRÅN

Chaque année, l'UEFA utilise les recettes du Championnat d'Europe pour allouer 100 000 € à chacune de ses 55 associations membres afin qu'elles investissent dans des programmes de responsabilité sociale. Il y a une condition : les programmes doivent utiliser le football pour s'attaquer à deux grands problèmes sociétaux.

« Lorsque votre sport est pratiqué et suivi par des millions de personnes, ce que vous faites a une influence énorme sur la société », déclare Michele Uva, à la tête de la responsabilité sociale du football à l'UEFA.

« Nous pensons que le football peut jouer un rôle de premier plan dans la promotion des changements de comportement en matière d'environnement et de droits de l'homme. »

« Cette année, nous investirons un total de 12 M€ dans la promotion des activités de responsabilité sociale. Pour nous, il s'agit d'un investissement dans l'avenir, non seulement pour le football mais aussi pour la société. »

« Pour la seule saison 2019/20, 46 des associations de football européennes ont choisi d'investir les fonds de l'UEFA dans des projets en faveur de l'égalité des chances pour les communautés défavorisées : réfugiés, personnes handicapées ou souffrant de problèmes de santé mentale, toxicomanes, minorités ethniques, économiques, religieuses et sexuelles, détenues, supporters et orphelins. »

L'ampleur de ces initiatives est étonnante. Nous avons demandé à six associations nationales d'expliquer comment elles utilisent notre sport pour favoriser l'égalité des chances :

Saint-Marin

Andrea Zoppis et Luca Pelliccioni, (Fédération de football de Saint-Marin, FSGC), commentent le match d'ouverture de l'EURO 2020.
Andrea Zoppis et Luca Pelliccioni, (Fédération de football de Saint-Marin, FSGC), commentent le match d'ouverture de l'EURO 2020.

Andrea Zoppis, attaché aux affaires internationales et officier de liaison avec les supporters

Comment s'appelle le projet ?
Saint-Marin ouvert et vert.

Comment fonctionne le projet ?
L'objectif du projet est de rendre notre stade national accessible à tous les types de supporters et supportrices en situation de handicap. Dans ce cadre, avec l'aide de CAFE, partenaire de l'UEFA, nous avons organisé une formation au commentaire en audiodescription (ADC) avant le Championnat d'Europe des moins de 21 ans en 2019. L'ADC aide les supporters malvoyants qui assistent aux matches en leur fournissant une description détaillée de ce qui se passe sur le terrain. (Pour en savoir plus sur l'ADC, cliquez ici)

Qui a participé à la formation ?
Les participantes et participants de Saint-Marin comprenaient des journalistes et des membres du personnel de la FSGC. En outre, le responsable de l'accès aux personnes en situation de handicap de l'AC Milan a assisté au deuxième jour du séminaire pour en savoir plus sur le service et la formation requise.

Comment a-t-il été mis en œuvre ?
Il a eu un impact immédiat lors du tout premier match de la phase finale des moins de 21 ans organisé à Saint-Marin, et l'ADC était disponible pour le match Croatie-Roumanie du 18 juin 2019.

Nous fournissons ce service pour tous les matches à domicile de Saint-Marin et nous avons reçu des demandes de clubs italiens pour les aider à faire de même. Grâce à ce service, les supporters malvoyants et non-voyants ont bénéficié d'une expérience bien meilleure le jour du match.

Les recettes de l'EURO ont permis de lancer ce projet. A-t-il également contribué à faire en sorte que l'ADC soit disponible pendant le tournoi lui-même ?

Oui. CAFE et l'UEFA nous ont demandé de fournir l'ADC pour tous les matches joués à Rome pendant l'EURO 2020. Nos commentateurs (nous sommes trois) ont été formés il y a deux ans, et ont une super expérience.

« De plus, l'Italie étant en finale, on nous a demandé de prendre en charge le service ADC à Wembley, nous sommes donc là pour le plus grand match de football européen ! »


Visitez le site de la Fédération de football de Saint-Marin (FSGC)

République d'Irlande

Ger McDermott, responsable du football de base à la FAI
Ger McDermott, responsable du football de base à la FAISPORTSFILE

Ger McDermott, responsable du football de base 

Comment s'appelle le projet ?

Walking Football (le football en marchant)

Pourquoi votre association a-t-elle choisi de créer un nouveau style de football pour les anciens ?
Lorsque nous parlons de la participation croissante au football, nous avons tendance à nous concentrer sur les enfants et les jeunes adultes, pas sur les hommes et les femmes qui s'éloignent de notre sport en disant qu'ils sont trop vieux pour jouer. Notre réponse a été de lancer le football en marchant pour les plus de 50 ans : une forme de football sans contact, pratiqué sur de plus petits terrains, en intérieur comme à l'extérieur.

Comme le fait de ne pas pouvoir sprinter ou changer de direction rapidement ne devrait vous empêcher de jouer au sport le plus simple du monde, vous pouvez jouer en marchant !

SPORTSFILE

Combien de temps a-t-il fallu pour faire décoller le projet ?
Nous avons débuté localement, à l'aide de fonds de l'UEFA et de Sport Ireland, et en faisant appel aux communautés, à la fois à travers notre réseau national de chargés de développement du football et nos liens avec les groupes communautaires.

Un festival de football en marchant organisé à la National Indoor Arena de Dublin en janvier 2020 a montré combien le programme était en plein essor. Il y avait 120 joueurs participants, âgés d'au moins 50 ans, et représentant 14 équipes de Blanchardstown, Santry, Balbriggan, Coolock, Finglas, Cabra, Drogheda, Offaly, Celbridge, Naas et Arklow.

De quoi êtes-vous le plus fier ?
Le véritable pouvoir du programme réside dans son aspect social. Un joueur nous a dit que c'était la première fois qu'il se faisait de nouveaux amis depuis des décennies.

Les footballeurs en marchant ont beau ne passer que 40 minutes sur le terrain, une discussion autour d'une tasse de thé après un match peut durer deux heures. C'est énorme.

Tom Shields, Palmerstown

C'est génial de pouvoir sortir de chez soi, de rencontrer des gens et de discuter avec eux, et de voir que, pour mes vieux jours, je peux encore sortir marcher.


Visitez le site de l'Association de football d'Irlande (FAI)

Autriche

Ingo Mach, en charge de la Responsabilité sociale à l'ÖFB
Ingo Mach, en charge de la Responsabilité sociale à l'ÖFB

Ingo Mach, en charge de la responsabilité sociale

Comment s'appelle le projet ?
Fussball für Alle (Football pour tous)

Pourquoi votre association a-t-elle choisi de prendre position contre l'homophobie dans le football ?
Nous avons été inspirés par EuroPride, l'événement international paneuropéen dédié aux communautés LGBT, qui a été accueilli par Vienne en 2019. Plutôt que de réagir aux incidents de discrimination, j'ai proposé que notre association s'attaque de manière proactive à l'homophobie dans le football autrichien.

Que proposez-vous ?
Nommer un médiateur indépendant pour le football autrichien qui servirait de personne de contact pour traiter tout signalement de discrimination sur l'orientation sexuelle, à tous les niveaux du football. Grâce au soutien de l'association, de la Bundesliga autrichienne de football et de l'UEFA, Oliver Egger a été désigné comme notre premier médiateur en 2019. Oliver, qui était défenseur du FC Gratkorn dans la Oberliga Mitte West, a été le premier footballeur autrichien à faire son coming out

Comment fonctionne cette médiation?
Les footballeurs qui ne se sentent pas à l'aise pour faire leur coming out ou qui ont été victimes de discrimination en raison de leur orientation sexuelle peuvent contacter le médiateur en utilisant une ligne d'assistance confidentielle. Nous préférons les contacts directs par téléphone portable ou WhatsApp, mais le courrier électronique est également acceptable.

Nous organisons également des stages pour sensibiliser la grande famille du football, des écoliers et des clubs aux joueurs professionnels et aux associations nationales au-delà de l'Autriche. Nous sommes fiers que notre association ait été la première à créer un médiateur et qu'elle soit désormais un modèle pour les autres membres de l'UEFA.

Quelle est votre plus grande réussite jusqu'à présent ? Il y a de réels signes d'un changement dans la culture du football. La saison dernière, nous avons organisé un atelier national auquel étaient invités les supporters non seulement de l'équipe nationale, mais aussi de tous les clubs participant à la Bundesliga autrichienne de football. Depuis lors, on constate que les supporters sont beaucoup plus conscients du fait que leur langage est homophobe ou non.

💬 Oliver Egger, médiateur (Fussball für Alle)

Nous espérons que, d'ici deux à trois ans, il sera tout à fait normal pour les footballeurs, hommes et femmes, de faire leur coming out.

Visitez le site de l'Association autrichienne de football (ÖFB)

Géorgie

Nikoloz Tevdoradze,en charge de la Responsabilité sociale à la GFF
Nikoloz Tevdoradze,en charge de la Responsabilité sociale à la GFF

Nikoloz Tevdoradze, en charge de la responsabilité sociale du football

Comment s'appelle le projet ?
Championnat et coupe pour les amputés géorgiens

Pourquoi avez-vous axé votre programme de responsabilité sociale sur les joueurs amputés ?
Il y a de nombreux footballeurs amputés en Géorgie, dont les blessures ont été infligées lors de conflits ou dans d'autres circonstances. Dès le départ, notre fédération a ressenti comme une obligation morale d'aider ces joueurs. Tout d'abord, en leur fournissant des installations pour qu'ils puissent s'entraîner et participer à des compétitions régulières et, ensuite, en veillant à ce qu'ils soient accueillis comme des membres de la communauté du football au sens large.

La mise en place du championnat et de la coupe pour amputés montre comment le football peut contribuer à l'intégration des personnes handicapées dans la société.

Comment fonctionne le projet ?
Chaque saison, six équipes représentant cinq villes géorgiennes s'affrontent dans le championnat de football pour amputés. Il y a également une Coupe de football des amputés, dans laquelle les six équipes sont réparties en deux groupes – Est et Ouest – les vainqueurs étant qualifiés pour la finale. À la fin de la saison, nous organisons également une finale de Super Coupe, où les champions rencontrent les vainqueurs de la coupe dans un match unique. Sans le soutien financier de l'UEFA, rien de tout cela ne serait possible. Il a été essentiel, tant pour le lancement que pour le maintien du tournoi.

Quel est le plus grand signe de réussite du projet ? L'organisation de la toute première finale de la Ligue des champions pour amputés à Tbilissi en 2019, en collaboration avec la Fédération européenne de football pour les amputés : Everton (Angleterre), Cork City (Irlande), Ortotek Gazileri (Turquie), Dinamo Altai (Russie), le Legia Warszawa (Pologne) et notre propre AFC Tbilisi (Géorgie)... Rien qu'en voyant la joie sur les visages des joueurs amputés géorgiens qui ont participé, tout cela en valait la peine.

💬 David Babutsadze (Tbilisi Club)

Le football a changé ma vie quotidienne pour le mieux, améliorant ma santé et mon moral. Je suis fier de faire partie de cette communauté et je me réjouis de vivre de nouvelles expériences enrichissantes dans ce sport.

Visitez le sit Web de la Fédération géorgienne de football (GFF)

Suède

Andreas Jansson, responsable de la communication de la SvFF
Andreas Jansson, responsable de la communication de la SvFF

 Andreas Jansson, responsable de la communication 

Comment s'appelle le projet ?
Alla är olika-Olika är bra

Comment cela se traduit-il ?
Tout le monde est différent et la différence est bonne.

Que faites-vous pour l'égalité des chances en Suède ?
Nous pensons que tout le monde devrait avoir une chance égale de profiter du foot. Avec le soutien de l'UEFA et d'autres partenaires de la SvFF, notre programme de responsabilité sociale finance plusieurs initiatives qui garantissent que rien ne s'oppose à la réalisation des rêves de chacun concernant le football : ni la nationalité, ni l'âge, ni le sexe, ni l'orientation sexuelle, ni le niveau.

Comment fonctionne le projet ?
Soutenu par une grande chaîne de supermarchés suédoise, Alla är olika-Olika är bra a permis à des centaines de clubs de football de lancer des initiatives visant à éliminer les obstacles à la pratique du football. Il peut s'agir d'un projet visant à former des filles pour devenir arbitres ou d'un projet visant à créer une équipe entièrement composée de réfugiés. Tous ces projets renforcent l'égalité des chances.

Comment les Suédois ont-ils réagi ?
Depuis le lancement du projet en 2016, nous avons investi 1 M€. Il y a maintenant 300 clubs où tout le monde est le bienvenu pour jouer au football. Nous continuerons à œuvrer pour le droit de chacun à participer au mouvement du football et à soutenir les clubs de football qui œuvrent pour la même cause.

💬 Emre Gürler, responsable du développement à l'Eskilstuna United DFF

« Grâce à Alla Är Olika-Olika Är Bra, notre club a pu lancer Hjärta United (Cœur uni). Avec l'aide de nos joueurs, nous nous attaquons aux problèmes sociaux les plus urgents à Eskilstuna : le chômage de longue durée, la solitude des personnes âgées et l'égalité entre les sexes. Nous sommes fiers de ce que nous avons accompli. »

Visitez le site de l'Association suédoise de football (SvFF)

Pays de Galles

Rob Franklin, chef de projet à la FAW
Rob Franklin, chef de projet à la FAW

Rob Franklin, project manager

Comment s'appelle le projet ?
Tous sous le même maillot

Comment l'association galloise fait-elle tomber les barrières dans la société ?
Une personne sur quatre présente un symptôme de mauvaise santé mentale au cours de sa vie. Cinquante pour cent de ces symptômes se manifestent avant l'âge de 14 ans. Il ne s'agit donc pas d'une maladie qui ne touche qu'un groupe restreint de personnes, mais tout le monde.

En 2015, nous avons lancé un projet qui utilise le football pour apporter une aide, à la fois en soulignant la prévalence des problèmes de santé mentale chez les jeunes et en leur offrant la possibilité de faire de l'exercice et de se socialiser.

Comment fonctionne le projet ?
La première étape, c'est surmonter la stigmatisation de la santé mentale. Pour ce faire, nous travaillons avec des clubs semi-professionnels et professionnels afin de créer un endroit sûr et accueillant où toute personne souffrant de problèmes de santé mentale peut jouer au football.

Grâce au soutien de l'UEFA, nous avons pu étendre le projet à dix clubs gallois : Swansea City Community Trust, Newport County in the Community, Cardiff Metropolitan University FC, Cambrian & Clydach Village Trust, Wrexham Inclusion FC, Newtown AFC, Haverfordwest County AFC, Bangor 1876 FC, Penybont FC et Barry Town United AFC.

Quels sont les signes les plus encourageants ?
Ce que nous disent les participants. C'est stupéfiant. Certains disent même que le projet leur a sauvé la vie. Certains des gars qui sont venus nous voir pour la première fois étaient vraiment timides et nerveux. Aujourd'hui, ils ont tissé des liens très forts entre eux. C'est fantastique de voir leurs caractères se forger.

💬 Luke Martin, patient schizophrène, membre de la communauté

Il y a trois ans, je pensais que je valais plus rien. Je ne pensais pas que l'on pourrait s'intéresser à moi. Trois ans plus tard, c'est incroyable. J'ai passé mon permis de conduire. C'est tellement bon d'être capable de sortir et de rendre la pareille à ceux qui m'ont aidé. Cela m'a permis d'adopter une attitude positive, pas seulement dans le football, mais aussi dans la vie.

Visitez le site de l'Association de football du Pays de Galles (FAW)