Zidane, Pirlo, Xavi, ces meneurs de jeu qui ont ébloui l'EURO

Zinédine Zidane, Andrey Arshavin, Bernd Schuster, Xavi Hernández ou Andrea Pirlo, ils ont brillé à l'EURO dans le rôle du meneur de jeu.

Xavi en finale 2012
Xavi en finale 2012

Andrea Pirlo (Italie 2-1 Allemagne, 2012)

Mario Balotelli fut particulièrement salué à l'issue de ce match pour ses deux buts marqués en faveur de l'Italie qui permettaient à la Nazionale d'atteindre la finale, mais ils furent nombreux à Kyiv, ce soir-là, y compris d'ailleurs les jurés de l'Homme du match, à louer les qualités d'Andrea Pirlo. Pied soyeux, regard aiguisé et nerfs à toutes épreuves, le maestro de la Juventus a offert un récital face à la Mannschaft.

Zinédine Zidane (France 2-1 Portugal, 2000)

Ballet où la grâce rencontre la puissance, le match de Zinédine Zidane contre le Portugal à l'EURO 2000 restera comme un symbole de perfection. Peut-être plus encore que celui livré par l'actuel coach du Real Madrid en Coupe du Monde contre le Brésil en 2006, car six ans plus tôt ZZ ajoutait la touche finale : le penalty de la qualification en pleine lucarne en prolongation.

France 2-1 Portugal, le match en intégralité

Bernd Schuster (Allemagne de l'Ouest 3-2 Pays-Bas, 1980)

Klaus Allofs marqua ce jour-là les trois buts de l'Allemagne, mais c'est un joueur de 20 ans qui fit sensation. L'image de la tignasse blonde de Schuster au milieu des maillots orange a signé l'irruption du milieu de terrain de Cologne dans le cœur des fans de football en Allemagne et dans le monde entier. Rapide, agressif dans le bon sens du terme, Schuster était impliqué dans les trois buts allemands. Celui qui allait être transféré à Barcelone mit un terme à sa carrière internationale à 24 ans et n'aura jamais été aussi brillant avec son pays que lors de ce match.

Ambassadeur de l'EURO 2020 : Andrey Arshavin
Ambassadeur de l'EURO 2020 : Andrey Arshavin

Andrey Arshavin (Russie 3-1 Pays-Bas, 2008)

Suspendu pour les deux premiers matches de la Russie à l'EURO 2008, mais appelé par le sélectionneur Guus Hiddink, l'attaquant de poche a mille fois donné raison au technicien néerlandais, transfigurant son équipe lorsqu'il était sur le terrain à l'occasion de ce tournoi qui s'est disputé en Autriche et en Suisse. Buteur et passeur contre la Suède, il parvenait encore à élever son niveau de jeu face aux Pays-Bas en quarts de finale. Dangereux à chacune de ses prises de balle, le feu follet que l'on allait retrouver plus tard à Arsenal était l'artisan de la qualification pour les demi-finales avec un but et deux passes décisives.

Xavi Hernández (Espagne 4-0 Italie, 2012)

Personnage clé des deux triomphes consécutifs à l'EURO de l'Espagne (2008 et 2012), Xavi était probablement à son apogée lors de la finale à Kyiv, la plus déséquilibrée sur le plan du score, dans l'Histoire de la compétition. Dès le premier quart d'heure, ses passes déclenchaient les « Olé ! » des supporters de la Roja, qui avaient fait le voyage en nombre en Ukraine et ravis de voir les Italiens courir après le ballon sans pouvoir le toucher. Aidé par Andrés Iniesta, Xavi offrait le premier but à David Silva avant de donner le deuxième à Jordi Alba. Il augmentait encore le rythme en fin de match pour envoyer Fernando Torres à dame laissant l'impression fascinante qu'il aurait pu danser sur le terrain encore toute la nuit.

Téléchargez l'app de l'EURO